Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 10Article 540592

General News of Thursday, 10 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Crimes du régime : un autre anglophone meurt enchaîné comme un chien (photo)

L'information est parvenue à la rédaction de Camerounweb il y a quelques heures. Le combattant sécessionniste arrêté et détenu depuis plusieurs mois était souffrant. Mais, sa maladie occasionnée par les conditions de sa détention a eu raison de lui. Il a rendu l'âme ce 9 septembre 2020.


'Un énième anglophone décède comme un chien à l'hôpital laquintini de Douala dans les mêmes conditions que papa tangem mort enchaîné sur son lit à l'hôpital central de Yaoundé. Le régime tribale et terroriste de Yaoundé veut exterminer les anglophones pour se perpétuer', nous apprend une source images à l'appuis.


AFFAIRE PAPA TANGEM


Thomas Tangem, un autre combattant sécessionniste est mort il y a quelques années dans des conditions similaires. Il était en détention provisoire à la prison centrale. Thomas Tangem est décédé le 5 août 2020 à l’hôpital central de Yaoundé. Il était 5h30 lorsque ce prisonnier anglophone a été emporté par la maladie. Malgré son état de santé déplorable, le quinquagénaire est décédé menotté dans son lit. Depuis le week-end dernier, la publication de l’une de ses photos sur la toile a suscité l’indignation sur la toile. Thomas Tangem était détenu à la prison centrale de Kondengui depuis octobre 2017.

Il avait été interpellé à Buéa dans le Sud-Ouest, pour soupçons de complicité avec les séparatistes. Selon les informations, Thomas Tangem a été accompagné à l’hôpital vendredi dernier alors qu’il était déjà mourant. « Le responsable de la communication et des médias pour la défense d’Ayuk Tabe et d’autres détenus poursuivis dans le cadre de la crise anglophone annonce avec profonde douleur, le décès de Tangem Thomas, décès survenu dans la matinée de ce 5 aout 2020 à l’hôpital central. Papa Tangem est mort enchaîné pour la satisfaction des responsables de la prison et de l’administration judiciaire.

Le corps a été gardé à la prison centrale de Yaoundé », a précisé Me Amungwa Tanyi, responsable de la Communication. Hier après, l’annonce du décès, les prisonniers anglophones ont manifesté leur mécontentement au sein de la prison centrale de Kondengui. Le défunt était âgé de 57 ans Selon Me Christopher Ndong, avocat chargé d’assurer la défense des prisonniers poursuivis dans le cadre de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le défunt était souffrant depuis trois ans.

Il attendait toujours d’être jugé depuis son arrestation en 2017. Le weekend dernier, Me Felix Agbor Balla, le président du Centre des droits de l’homme et de la démocratie en Afrique attirait l’attention des autorités judiciaires sur l’état de ce prisonnier.

Depuis le déclenchement de la crise anglophone la prise en charge des détenus malades dans les formations hospitalières reste une véritable préoccupation. Ce décès intervient quelques semaines après celui du journaliste Wazizi. A cause de l’éloignement avec les membres de leurs familles, les prisonniers hospitalisés ne sont souvent abandonnés à eux-mêmes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter