Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 11Article 526603

General News of Saturday, 11 July 2020

Source: 237actu.com

Crimes, Violences, abus: le nouveau rapport salé de HRW contre l'armée camerounaise


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’armée camerounaise est encore accusée de graves violations de droits de l’homme dans la région de l’Extrême-Nord où les soldats combattent les djihadistes de Boko Haram depuis 2014.

Cette fois, les abus répertoriés par Amnesty International concernent le 42ème bataillon à Mozogo dans le département du Mayo-Tsanaga.

Violences

Selon l’ONG de défense des droits de l'homme, des soldats ont contraint des civils à assurer des gardes de nuit pour prévenir les attaques du groupe islamiste armé Boko Haram.

Durant la période initiale de ce travail forcé, de la mi-mars à la fin avril 2020, des soldats ont roué de coups ou menacé ceux qui refusaient de s’acquitter de cette tâche. Human Rights Watch a été informé que les violences auraient cessé pour l’instant. Cependant, les habitants continuent de vivre dans la crainte que les passages à tabac ne reprennent, tandis que le travail forcé et les menaces se poursuivent dénonce Human Rights Watch


Enquêtes

«Les autorités camerounaises devraient immédiatement cesser de forcer les civils à exercer des fonctions de surveillance la nuit, et au contraire protéger les civils par des moyens légaux», a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

«Elles devraient enquêter sur les allégations de passages à tabac, de menaces et de travail forcé, et les membres des forces de sécurité responsables devraient être traduits en justice », soutient Lewis Mudge.

L’ONG a répertorié les témoignages de six civils qui ont été passés à tabac pour n’avoir pas pu « exercer des fonctions de surveillance la nuit.»

La région de l’Extrême-Nord est en proie au conflit contre les djihadistes de Boko Haram. Dans les deux régions du Nord-Ouest et Sud-ouest les soldats camerounais affrontent également les milices séparatistes armées. Dans toutes ces trois régions, des ONG accusent régulièrement l’armée d’exactions. Ce dont se défend le gouvernement.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter