Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 17Article 542266

Crime & Punishment of Thursday, 17 September 2020

Source: coupsfrancs.com

Crime crapuleux: un détenu de 22 ans assassiné par les gardiens de prison à Mbanga

L’affaire ne fait pas de bruit ni au centre pénitentiaire, ni au ministère de la Justice L’affaire ne fait pas de bruit ni au centre pénitentiaire, ni au ministère de la Justice

La scène tragique s’est déroulée à Mbanga, une localité située à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Douala, dans la région du Littoral. Un détenu torturé à l’extrême par des bourreaux, des gardiens de prison barbares, a fini par rendre l’âme. Et l’affaire ne fait pas de bruit ni au centre pénitentiaire, ni au ministère de la Justice.

Titus BESSONG, un détenu de la prison secondaire de Mbanga dans le département du Moungo est décèdé dans la nuit du 04 au 05 septembre dernier dans des circonstances troubles, entre les mains des gardiens de prison qui lui ont asséné des coups jusqu’à fracasser son crâne. À l’origine de ces traitements barbares, une tentative d’évasion.

Quelques jours plutôt, le garçon de 22 ans avait profité d’une séance de corvée collective dans l’arrondissement de Mombo dans le même département pour s’évader. Pris en chasse par les gardiens de prison, il sera ramèné au sein du pénitencier où il subira de graves tortures corporelles d’après des sources dignes de foi. L’infortuné en succombera. Sa dépouille est déposée à la morgue de l’hôpital de district de Mbanga.

Sans faire l’autopsie, les autorités de la ville évoquent vaguement un cas d’étouffement subi par le défunt. Aucun gardien de prison ou même le régisseur n’ont été inquiétés pour cet assassinat crapuleux.

Déjà au mois de mars, plusieurs prisonniers sont morts dans le même établissement pour cause de Covid-19. Le régisseur avait préféré mettre en quarantaine une dizaine de gardiens de prison. Dans un document signé le 02 avril, il signalait qu’il y avait « suspicion de contamination au Covid-19 » dans cette maison d’arrêt.

Dans le but de garantir la santé aux siens , le régisseur avait publié une liste de 11 personnels sommés de se mettre en quarantaine. Cela concernait des gardiens chefs de prison, les gardien principaux , du gardien major de prison jusqu’aux simples gardiens de prison. Ils avaient repris le service le 13 avril sans test. Plusieurs détenus développent pas la maladie et meurent sans soins . Et toute tentative d’évasion est punie de tortures et d’assassinat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter