Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 06 14Article 602059

Actualités of Monday, 14 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Covidgate: traqué par les enquêteurs, Fame Ndongo au bord des larmes

Fame Ndongo nie avoir reçu une telle somme du ministère des finances Fame Ndongo nie avoir reçu une telle somme du ministère des finances

• Jacques Fame Ndongo a été auditionné par les enquêteurs de la chambre administrative de la cour suprême

• Il lui était demandé de rendre compte de la gestion des 6 milliards reçus

• Fame Ndongo nie avoir reçu une telle somme du ministère des finances


L’audition du ministre de l’enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo dans le cadre des enquêtes sur la gestion des fonds covid-19, destinés à amoindrir les conséquences de la pandémie sur les populations camerounaises, n’a pas du été une partie de plaisir pour ce dernier.

Selon certaines indiscrétions, face à la pertinence des questions des enquêteurs de la chambre administrative de la cour suprême, le Professeur Fame Ndongo était à deux doigts de laisser couler les larmes. D’une voix désespérée, le patron des universités camerounaises s’est exclamé : « Comment puis-je détourner l'argent que je n'ai pas reçu ? »

En effet, selon le rapport du ministère des finances sur la répartition des 180 milliards du Fonds monétaire international (FMI) aux 24 ministres pour aider à lutter contre le Covid-19, 6 milliards de francs CFA ont été octroyé au ministère de l’enseignement supérieur. Cette somme était censée être distribuée aux universités d'État et les autres instituts d'enseignement supérieur juridiquement reconnus pour aider à freiner la propagation du virus corona mais aucune de ces formations n’a reçu de ce qui lui revient.

Pour se disculper, le ministre Fame Ndongo déclare n’avoir jamais reçu de pareille somme du ministère des finances et de ce fait, n’a pas détourné les fonds liés au Covid-19.

Les enquêteurs se sont donnés pour mission de découvrir ce qui est arrivé aux 6 milliards de francs CFA.

Covidgate : surprise générale durant l’audition de Jacques Fame Ndongo

Selon les recoupements effectués par la rédaction de CamerounWeb, les enquêteurs du Tribunal criminel spécial (TCS) ont été surpris lors de leur investigation d’apprendre que le ministre de l'enseignement supérieur n'a encore rien reçu des 6 milliards de F CFA attendus du fonds spécial Covid-19.

Ils étaient six enquêteurs du TCS à être reçus au cabinet du ministre d'état, ministre de l'enseignement supérieur en début de cette semaine. Ils ont entendu le Pr Jacques Fame Ndongo et quatre de ses proches collaborateurs sur les fonds alloués dans 24 administrations camerounaises, dont le ministère de l'enseignement supérieur, qui s'est vu attribuer, au terme du décret Nº 2020/3221/PM du 22 juillet 2020, fixant répartition de la dotation du fonds spécial de lutte contre le coronavirus, une enveloppe de six (06) milliards F cfa dans le cadre du programme 974 résilience sociale action 7.

La première surprise des fins limiers du Tribunal criminel spécial a été de constater que le virement de ces fonds est toujours attendu du ministère des finances. La deuxième surprise est qu'aucun marché public relatif à ses fonds n'a été effectué dans ce département ministériel qui assure la coordination rationnelle des universités au Cameroun.

Si les informations fournies par le Pr Jacques Fame Ndongo et ses collaborateurs sont confirmées, le ministre ne serait donc plus concerné par le scandale Covidgate qui touche plusieurs membres du gouvernement de Paul Biya.

Dans l’opinion publique camerounaise, il n’y a plus de doute, le fonds spécial Covid-19 a été détourné par des ministres et hommes d’affaires indélicats. Ce que les Camerounais ignorent, c’est la destination finale d’une bonne partie des sommes détournées et l’implications de personnalités insoupçonnables.
Le journal Investir Au Cameroun a révélé dans un article publié sur son site internet les mouvements bancaires suspects effectués par Mediline Medical Cameroon (MMC) de l’homme d’affaires camerounais Mohamadou Dabo. 8,9 millions de dollars (près de 5 milliards de) ont été transférés du compte de MMC chez Afriland First Bank à Hong Kong. Après l’autorisation de cette transaction, la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), aurait constaté d’énormes anomalies qui font peser de sérieux doutes sur la transpadane de l’opération.

« En fait, le virement effectué en octobre 2020 par MMC visait le « règlement de tests de diagnostic rapide achetés auprès de Moda Holding ». Après le dépôt de l’ordre de virement par l’entreprise, Afriland First Bank sollicite la Beac pour l’obtention des devises nécessaires à la réalisation de l’opération. Le 8 octobre 2020, la banque centrale met l’argent à disposition et le virement est effectué. Sauf que, quelques mois plus tard, l’institution d’émission se rend compte que Moda Holding ne figure pas dans la liste des fabricants auprès desquels le ministère de la Santé publique du Cameroun autorise la commande de tests de dépistage du Covid-19 », révèle nos confrères d’Investir Au Cameroun.

La BEAC découvre également des incohérences entre la quantité des colis déclarés à la douane et celle indiquée sur la lettre de transport aérien.
« Pire, au moment de justifier, comme le prévoit la réglementation des changes, que les tests pour lesquels l’argent est censé avoir été viré sont effectivement entrés sur le territoire camerounais, « des incohérences » sont relevées dans la documentation fournie par MMC. À titre d’exemple, un écart est constaté entre les quantités de tests et de colis déclarés à la direction des douanes (75 colis) et celles indiquées sur la lettre de transport aérien (280 colis). En plus, cette lettre apprend que les tests ont été expédiés depuis Séoul en Corée du Sud par la société SD Biosensor et non par Moda Holding à qui l’argent a pourtant été transféré. « Ce constat interroge sur le rôle dans cette transaction de la société Moda Holding », ont expliqué les responsables de la banque centrale aux autorités camerounaises. Pour la Beac, la transaction est d’autant plus suspecte que la société de Mohamadou Dabo est basée à Hong Kong. Ce territoire figure dans la liste des paradis fiscaux de plusieurs institutions internationales », indique la source.

Manaouda Malachie à la manette

Face à toutes ces anomalies, la BEAC a refusé d’autoriser les autres transactions demandées par la société Mediline Medical Cameroon. Les tentatives de la société de transférer des milliards à Hong Kong ont échoué en janvier puis en février 2021, selon la source. Le ministre de la santé Malachie Manaouda se serait personnellement impliqué dans cette opération sans succès. « La lettre du ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, du 10 mars 2021, sollicitant de la banque centrale des pays de la Cemac une « facilitation du transfert de fonds en rapport avec le financement d’un marché de livraison des tests de diagnostic rapide », n’y a rien changé ; de même que la réunion qui a suivi dans les services du Premier ministre », révèle le journal Investir au Cameroun.

Plusieurs ministres camerounais sont cités dans le scandale financier dénommé Covidgate qui a été révélé par le premier rapport d'audit de la Chambre des comptes de la Cour suprême.

Rejoignez notre newsletter!