Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 06 01Article 599524

Actualités of Tuesday, 1 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Covidgate: les 4 questions qui risquent d'envoyer le DG de l'IMPM à Kondengui

•le DG de l'IMPM est attendu au TCS ce mardi 1er juin.

•Le Prof Jean Louis Essame Oyono doit s'expliquer sur plusieurs questions compliquées.

•Il est en très mauvaise posture selon la rédaction de camerounWeb.


Ce mardi 1er juin, le DG de l'Institut de recherches médicales et d'études des plantes médicinales (IMPM) doit se présenter devant des officiers de police judiciaire du Tribunal criminel spécial, qui devraient l'interroger dans le cadre de l'affaire relative à l'audit des Fonds affectés à son institution dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Dans tout le lot de personnes citées dans le cadre de l'enquête du Tribunal Criminel Spécial (TCS) suite à l'audit des fonds Covid, le Prof Jean Louis Essame Oyono est celui qui est actuellement dans la plus mauvaise posture. Car, l'intéressé doit répondre à des questions très difficiles et l'on ne sait pas comment humainement, il pourrait s'en sortir.

D'après nos informations, il doit donner des explications sur :

- Pourquoi il a rassuré l’opinion publique nationale et internationale, le Ministère de la Recherche scientifique, le Ministère de la Santé et l’OMS que son institut était prêt à fabriquer localement les médicaments alors qu'il n'en est rien été ?

- Pourquoi avoir décidé, en collaboration avec le conseil d’administration de l’IMPM de ne pas respecter les hautes instructions du Chef de l’Etat ?

- Pourquoi avoir choisi d’importer les médicaments après avoir encaissé les fonds ?

-Pourquoi avoir persisté dans le choix d’importer les médicaments alors que les autorités lui ont notifié à plusieurs reprises de rester dans le cadre du cahier des charges de sa mission ou de rembourser les fonds encaissés si l’objet de la mission avait changé ?

Autant de question, qui selon la rédaction de camerounWeb, pourrait facilement conduire le DG de l'IMPM à Kondengui.