Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 27Article 598840

General News of Thursday, 27 May 2021

Source: Terre Promise n°0036

Covidgate et la Chambre des Comptes : quel crédit faut-il accorder au rapport d’étape ?

Le siège de la chambre des comptes Le siège de la chambre des comptes

Alors que ce document confectionné suite à l’audit commandé par le chef de l’Etat relève de graves dysfonctionnements dans la gestion par certains ministères des fonds qui leur ont été alloués dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, des observateurs appellent à l’appréhender avec beaucoup de prudence.

Au moment où l’annonce pour cette semaine de nouvelles auditions et dépositions des .gestionnaires des fonds Covid, un rapport dit d’étape de la Chambre des Comptes (CC) est disponible dans les réseaux et dans la presse, laissant transparaitre des accusations qui clouent au pilori, entre autres membres du Gouvernement, Madeleine Tchuenté, ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation, et Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique.

Des médicaments importés au lieu du « Made in Cameroon » Le ministre de la Recherche Scientifique et de l’innovation (Minresi) a bénéficié une enveloppe de 6,1 milliards de FCFA pour deux principales activités : la production de la chloroquine et de l’azithromy-cine, budgétisée à 4,054 milliards de FCFA. Et alors qu’elle est accusée d’avoir importé ses médicaments qu’elle avait promis de faire fabriquer sur place.



Mais, en fait, si on peut reprocher à Madeleine Tchuenté d’avoir reconditionné ces médicaments en les estampillant IMPM, comme s’ils avaient été fabriqués sur place. Mais, relève le rapport, ces médicaments n’ont jamais été mis à la disposition du ministre de la Santé. A noter, 700 millions de FCFA ont été pour la renovation de 1TMPM afin de lui permettre de produire ces médicaments. Pendant ce temps, le rapport de la CC relève que plus de 15,387 millions de F CFA de ces fonds auraient été utilisés à d’autres fins.



La situation du ministre de la Santé publique apparait comme la plus préoccupante. Le Dr Manaouda Malachie aurait été cuisiné pendant une dizaine d’heures par les fins limiers du TCS. Sur les 180 milliards de FCFA du Fonds monétaire international (FMI), une enveloppe de 45 milliards 630 millions de FCFA a été allouée au Minsanté.

Des largesses suspectes aux prestataires
Par rapport à la gestion de ces fonds, les accusations du rapport d’étape de la CC portent notamment sur l’acquisition des équipements de protection individuelle dont les documents comptables sont absents; le quasi-monopole accordé à la société Mediline Medical Cameroun SA dans l’achat des tests de dépistage et le dépassement des crédits budgétaires; l’aménagement des centres de mise en quarantaine; l’acquisition des ambulances; l’acquisition des équipements médicaux de prise en charge des patients atteints de covid 19, entre autres.


Tout semble donc accabler le ministre de la Santé publique, et pourtant l’homme ne manque pas d’arguments pour sa défense. Pour commencer, il fournit à la Justice des éléments qui n’avaient pas été pris en compte dans le rapport d’étape. Ensuite, il affirme que plusieurs de ces marchés n’ont jamais fait l’objet de liquidations et donc n’ont pas été payés; que les surfacturations relevées s’avèrent être une méprise de la Chambre des Comptes sur les caractéristiques des équipements livrés.

Et, enfin, argument massif, Manaouda Malachie confie qu’il n’a jamais été, ni de près, ni de loin, associé à la passation des marchés du Covid dont le processus était, soutient-on dans son entourage, supervisé par le secrétaire d’État chargé de la lutte contre les Epidémies et les Pandémies, le défunt Alim Hayatou. On semble même porter un doigt accusateur le PM et le SGPR qui, dit-on, auraient « instruit à tout va ».

S’agissant des ambulances, le Minsanté soutient qu’elles n’ont jamais fait l’objet de paiement, car elles n’ont pas été livrées, ni réceptionnées. Madeleine Tchuenté et Manaouda Malachie se plaignent de n’avoir pas été soumis au principe du contradictoire. En fait, certains observateurs estiment que le rapport d’étape de la CC comporte quelques faiblesses et doit, par conséquent, être appréhendé avec beaucoup de prudence et même de réserve.

Mais les Camerounais, qui veulent voir des têtes tomber, l’entendront-ils de cette oreille? S’ils ne sont pas aussi accablés que le Minsanté et le Minresi, une poignée d’autres membres du gouvernement semblent ne pas dormir sur leurs deux oreilles et ont déjà engagé, via les médias, une campagne d’explications sur leur implication dans la gestion des fonds Covid. Mais la justice a ses voies que les médias ignorent.

Pour sa part, l’homme qui, le premier, a découvert le pot-aux roses, le député SDF du Wouri, Jean-Michel Nintcheu, se félicite de la tournure des événements, et demande que l’audit de la Chambre des Comptes aille au-delà des fonds du FMI pour intégrer les dons en espèces et en nature qui ont été faits au Gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Et il réclame la démission du gouvernement de toutes les personnes mêlées à cette scabreuse affaire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter