Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 03Article 606007

Actualités Régionales of Saturday, 3 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Covidgate et détournement des fonds de la CAN: les chefs Sawa livrent leurs fils à Paul Biya

Chefs traditionnels Sawa Chefs traditionnels Sawa

• Les chefs traditionnels Sawa retirent dans un communiqué leur soutient aux Sawa du sérail

• Ils dénoncent une mauvaise utilisation des fonds

• Les chefs traditionnels Sawa exigent de sevères sanctions contre les coupables



Alors que l’étau se resserre de plus en plus autour des membres du régime dans les différents scandales de détournement de fonds, les chefs traditionnels Sawa viennent de lâcher leurs fils qui sont dans le sérail et qui seraient impliqués dans ces différentes malversations.

Dans un communiqué signé par Ruben Ness Essombey Ndambwe, président de l’association des chefs traditionnels des villages Sawa du Wouri relayé par le site d'information actucameroun, ces derniers affirment qu’ils ne soutiendront aucun originaire de Sawa qui sera impliqué dans le détournement des fonds de la CAN ou ceux destinés à la lutte contre la Covid 19 au Cameroun. Pour Ruben Ness Essombey Ndambwe et ses pairs, « un usage judicieux et approprié de cet argent aurait amélioré le cadre et les conditions de vie des camerounais à Douala ».

Cette sortie intervient alors qu’aucun nom n’a encore été révélé en ce qui concerne les auteurs des différents détournements dans les deux affaires.

Dans leur communiqué, ils exigent des sanctions sévères pour tous ceux qui seront reconnus coupables. « Il faut que la sanction de la justice soit suivie d’une sanction de la communauté, car il est désormais évident que toute seule, la justice étatique n’arrive pas à endiguer le phénomène. Il faut donc que chaque communauté réprime ses enfants qui font du mal au pays tout entier, au lieu de les couvrir en contrepartie des œuvres sociales ou des cadeaux dont l’origine est illicite », peut-on lire.

La liste des cas avérés de détournements

Le nouveau rapport de la Chambre des comptes de la Cour Suprême a dressé la liste des cas avérés de mauvaises pratiques et de détournements dans la gestion du fonds spécial Covid-19. Les auditeurs au recensé plusieurs cas de surfacturations, doubles paiements et autres infractions. CamerounWeb vous propose un extrait du document de synthèse.


6.2 Les cas avérés de mauvaises pratiques et de détournements

6.2.1 Une surfacturation, de plus de 15,3 milliards au profit de MEDILINE MEDICAL CAMEROUN SA, importatrice des tests de dépistage

Au 31 décembre 2020, sur 1,503 millions de tests (tous types confondus), 1,4 millions avaient été fournis par la société MEDILINE MEDICAL CAMEROON SA le reste étant partagé entre MEDICAL PLUS SARL et SAT PHARMA qui sont deux opérateurs nationaux dont l’expérience dans la vente de médicaments et dispositifs médicaux est avérée.


MEDILINE MEDICAL CAMEROON SA, principal attribuer des marchés des tests, est immatriculé au registre de commerce depuis le 14 septembre 2017, mais cette société n’avait justifié d’aucune activité jusqu’ en janvier 2020. Le choix de cette entreprise inexpérimentée, au détriment de sociétés locales qualifiées ; est d’autant plus étonnant que les prix finaux auxquels l’opération a été traitée apparaissent déconnectés des prix du fabricant et ce sur le marché international.

4 marchés ont été passés avec MEDILINE MEDICAL CAMEROON SA les 19 juin (100 000 et 300 000 tests), le 15 juillet (500 000 test) et 16 décembre 2020 (500 000) tests) au prix de 17500 FCFA, le test antigène « standard Q Covid-19 AG Test »

Or les prix pratiqués par le laboratoire SD BIOSENSOR à partir de la mi-mai 2020 et disponible sur son site internet était très nettement inférieur: ils s’établissaient à 10,80 euro le test antigène « SDTANDARD Q Covid-19 AG test », soit 7 084 FCFA pour toute commande supérieure ou égale à 3 cartons de 25 kits de test antigène.

L’homologation du prix d’achat par la commission dédiée du Mincommerce n’apparait pas comme un modèle de transparence. Pour établir le prix du kit de 25 tests, la commission de validation des prix et des tarifs de cette administration disposait de 3 prix de référence émanant de trois sources différentes :

-162 960CFA, soit 6 518 FCFA le test, prix moyen pondéré calculé sur la base des prix pratiqués sur le marché international ;

-29160 FCFA, soit 1166 FCFA le test, prix pondéré calculé sur la base du prix d’origine de MODA HOLDING HONG KONG, l’intermédiaire qui était en affaire avec MEDILINE MEDICAL CAMEROUN SA ;

- 437 500 FCFA, soit 17 500 FCFA le test, pris proposé par le fournisseur MEDILINE MEDICAL CAMEROUN SA.

La Chambre de Comptes observe que les prix proposés par MEDILINE MEDICAL CAMEROUN SA et son intermédiaire MODA HOLDING HONG KONG n’étaient pas crédibles, l’un étant 15 fois supérieur à l’autre, et tous deux étant fortement éloignés du prix affiché par le fabriquant SD BIOSENSOR avec lequel ils étaient pourtant en relation étroites.

Seul le prix de 162 960 FCFA le kit de 25 tests se rapprochait des prix du fabricant et de ceux du marché.

C’est pourtant un 4è prix, qui de manière incohérente, a été retenu par la commission de validation, à 17500 F le kit de 25 tests, soit 700F le test. La Chambre relève le caractère irréaliste de ce prix, et la confusion autour du chiffre de 17500 F qui, selon la commission du Mincommerce concerne le kit de 25 tests, mais qui a été acté par le Minsanté comme étant le prix d’un seul test.

Si l’on prend pour référence le prix de 162960FCFA, soit 6518 FCFA le test, qui aurait dû en bonne logique être validée par la commission de validation des prix et des tarifs du Mincommerce, la surfacturation au profit de la société MEDILINE MEDICAL CAMEROUN SA, importatrice des tests de dépistage s’établit à 15, 3 milliards FCFA.

La chambre observe en outre que le 4è marché portant sur 500 000 tests a été signé au mois de déc 2020 aupris de 17500 F le test, alors que la commande aurait pu etre passée auprès du fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à 2932 Fcfa le test, soit un cout d’opportunité injustifiée de 7 284 000 000 FC FA sur ce seul marché.

Bien qu’il ne soit pas signataire des marchés d’acquisitions des tests de dépistage eu égard au montant en jeu, il est peu vraisemblable que le ministre de la Santé publique ait pu être tenu dans l’ignorance et à l’écart des manœuvres tendant à facturer les tests de dépistages à un prix déconnecté de la réalité du marché ?

6-2-2 La vente controversée de 15 000 tests de dépistage rapide Covid-19 par le ministre de l’Administration territoriale au Ministre de la Santé publique.

Le 11 mai 2020, le ministre de la Santé publique a réglé la somme de 288 000 000 FCFA au profit du ministre de l’Administration territoriale sur un compte ad-hoc dont la Chambre des Comptes ignore l’identité du titulaire, pour l’achat de 15 000 tests de dépistages rapide Covid-19. Cette somme a été à reverser dans le compte de BGFI du Minsanté le 2 juin 2020 « sur instruction du Premier ministre chef de gouvernement ».

La Chambre s’étonne de cette transaction alors que la réglementation n’autorise pas une administration à vendre des biens à une autre. Elle souligne que l’origine de ces tests est incertaine, même s’il n’est pas inhabituel que le Minat reçoive des dons de cette nature dans les situations de crise.

Elle constate qu’en l’absence de prise en compte du reversement dans le livre journal banque du Minsanté, il subsiste un risque que la somme de 288 000 000 FCFA fasse l’objet d’une appropriation privée.

6.2.3 - Des liens d’intérêt unissant des sociétés attributaires de marchés spéciaux au président du groupe de travail du Minsante participant à l’attribution de ces marchés

Au terme des travaux du groupe de travail du Minsante, trois entreprises, ETS ABOA Perspectives, ABS Motors et Phase Engeneering Cameroun SA, ont été attributaires de 5 marchés d’une valeur totale de 796 834 539 fcfa et ont en commun un même gérant.

La chambre des comptes a établi que le gérant de ces 3 entreprises est le frère cadet du président du groupe de travail, qui a participé à l’attribution de ces marchés.

Compte tenu de l’opacité relative aux critères d’attribution de ces marchés et des liens unissant le président du groupe de travail et le gérant de ces 3 sociétés, la chambre des comptes relève le conflit d’intérêt que cette situation recèle et souligne le risque élevé de qualification pénale attaché à l’attribution de ces marchés.

6.2.5 -Des doubles paiements de marché générant un préjudice de 708,4 millions de FCFA

6.2.5.1 -La construction du poste de santé de l’aéroport de Nsimalen
Les travaux de construction du poste de santé aux frontières de l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen ont été attribués à la société ETS Global Distribution par un bon de commande administratif du 15 avril 2020 pour un montant de 216 276 272 FCFA. Deux paiements portant sur les mêmes prestations ont été effectués au profit de la société ETS Global Distribution, pour des montants respectifs de 177 373 748 FCFA et 179 368 749 Fcfa.

En outre, un marché spécial du 08 octobre 2020 d’un montant de 97 323 383 fcfa, attribué à la même société, reprend les mêmes prestations que celles du marché initial, à l’exception des travaux d’installation du gaz médical qui s’élèvent à 16 841 000 fcfa.

Au bout du compte, la construction du poste de santé de l’aéroport de Nsimalen a donné lieu à des paiements non justifiés pour un total de 259 851 132 fcfa à l’entreprise ETS Global Distribution.

6.2.5.2 - La construction d’un bâtiment d’isolement à l’hôpital régional de Ngaoundéré

Le bon de commande administratif n*109 pour la construction d’un bâtiment d’isolement hospitalier à l’hôpital régional de Ngaoundéré, régularisé en marché spécial le 01 juillet 2020, a fait l’objet d’un double paiement, soit deux paiements de 228 534 093 fcfa chacun.

6.2.5.3 - L’achat d’équipements de protection individuelle.

La chambre a identifié des doubles paiements dans le cadre des marchés d’acquisition des équipements de protection individuelle, pour un montant de 200 millions fcfa.

6.2.5- Construction, réhabilitation, extension et aménagement des unités d’isolement : absence des pièces justificatives

Alors que les cahiers de clauses administratives des marchés spéciaux prévoyaient la tenue de commissions de réception chargées de constater l’effectivité des travaux, la chambre souligne que des paiements d’un montant total de 815 817 708 fcfa ont été effectués sur 7 marchés, soit 53,29% du montant total des paiements effectués pour cette activités, en l’absence de procès-verbal de réception et du rapport d’achèvement de l’exécution des marchés, documents de certification du service fait et de validité de la créance.

6 2 5 Des doubles paiements de marché générant un préjudice de 708,4 millions de FCFA

6251 : La construction du poste de santé de l'aéroport de Nsimalen

Les travaux de construction du poste de santé aux frontières de l'aeroport international de Yaoundé Nsimlen ont été attribués à la société ETS GLOBAL DISTRIBUTION par bon de commande administratif du 15 avril 2020 pour un montant de 216 276 272 FCFA. Deux paiements portant sur les même prestations ont été effectuées au prof de la société ETS GLOBAL DISTRIBUTION pour des montants respectifs de 177 373 748 et 179 368 749 FCFA.

En outre, un marché spécial du 08 octobre 2020 d'un montrant de 97 323 388 CFA, attribué à la même société, reprend les mêmes prestations que celles du marché initial, à l'expection des travaux d'installation du gaz médical qui s'élèvent à 16 841 000 FCFA.

Au bout du compte, la construction du poste de santé de l'aéroport de Nsimalen a donné lieu à des paiement non justifiés pour un total de 259 851 FCFA à l'entreprise ETS GLOBAL DISTRIBUTION.

6-2-5-2 La construction d'un bâtiment d'isolement à l'Hôpital Régional de Ngaoundéré

Le bon de commande administratif n0109 pour la construction d'un bâtiment d'isolement hospitalier à l'hôpital régional de Ngaoundéré, régulairse en marché le 01 jullet 2020, a fait l'objet d'un double paiement, soit deux paiements de 228 534 093 FCFA

6-2-5-3 L'achat d'équipement de protection individuelle

La Chambre a identifié des doubles paiements dans le cadre des marchés d'acquisition des équipements de protection individuelle, pour un montant de 220 millions FCFA.

Rejoignez notre newsletter!