Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 11Article 601732

Opinions of Friday, 11 June 2021

Auteur: BORIS BERTOLT

Covidgate : Medeline Medical Cameroun et le blanchiment de 33 milliards FCFA

Moda Holding est basé sur l’île de Hong Kong, un paradis fiscal pour le blanchiment d’argent Moda Holding est basé sur l’île de Hong Kong, un paradis fiscal pour le blanchiment d’argent

C'est la conclusion à laquelle est arrivée le lanceur d'alertes Boris Bertolt dans la première partie d'une série de révélations sur les implications de la société Medeline Medical Cameroun SA du milliardaire camerounais Mohamadou Dabo dans le scandale lié à la gestion des fonds destinés à lutter contre le covid-19 au Cameroun.

La société Medeline Medical Cameroun SA a-t-elle blanchi une partie des 33 milliards Fcfa correspondant à la livraison de 1 900 000 Kits de test Covid 19 au gouvernement camerounais ? C’est une question qui taraude déjà l’esprit des enquêteurs du Tribunal Criminel Spécial. Car, l’entreprise Medeline Medical Cameroon SA est celle qui a gagné plus de 90% de la livraison des tests COVID-19 au gouvernement Camerounais. 1 900 000 tests ont déjà été livrés au gouvernement de la République par la société Medeline Medical Cameroon SA, adjudicataire du marché ainsi qu’il suit : 30 mai 2020 : 100 000 tests de type standard Q Covid-19 AG ; 25 juin 2020 : 300 000 tests de type standard Q Covid-19 AG ; 20 juillet 2020 : 500 000 tests de type standard Q Covid-19 AG ; 28 décembre 2020 : 500 000 tests de type standard Q Covid-19 AG ; Janvier 2021 : 500 000 tests de type standard Q Covid-19 AG. Pour un total de près de 33 milliards Fcfa. Chose curieuse, si l’on a la date exacte des précédentes livraisons, Medeline Medical Cameroon SA ne donne aucune précision sur le jour de la livraison de celle du mois de janvier 2021. Or, la dernière commande du gouvernement comme elle-même l’indique remonte au 9 décembre 2020. Pour la livraison du 28 December 2020.

Medeline Medical Cameroon SA va vendre un kit au gouvernement camerounais à 17 500 alors que le 1er juin 2020, une commission spéciale mise sur pieds par le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana pour valider les prix des matériels COVID recommande que le gouvernement puisse acheter 25 tests par carton à 17 500 prix hors TVA des kits de tests de type standard Q Covid-19 AG du fabriquant SD BIOSENSOR. Medeline Medical Cameroun SA ne s’en tient pas aux recommandations du gouvernement.

Elle peut compter sur le fait que le directeur de cabinet du premier ministre, Dion Ngute, en la personne de Balungeli Ebune a écrit le 11 juin 2020, par lettre n0 00490/CF/CAB/PM au ministre des Finances Louis Paul Motaze, « Le chef du gouvernement vous demande de bien vouloir prendre toutes les mesures idoines nécessaires pour assurer le paiement effectif au profit du ministre de la Santé publique, maître d’ouvrage, de la première tranche de la livraison des cent mille (100.000) premiers kits de dépistage rapide livrés par le co-contractant MEDELINE MÉDICAL CAMEROUN SA. Par ailleurs, il vous prescrit de tenir la main au suivi cohérent et efficace du règlement des prestations liées à l’importation de deux millions neuf cent mille (2.900.000) tests de dépistage de la Covid-19 restant d’ici fin décembre 2020. Cette commande sera livrée au Cameroun au fur et à mesure au profit exclusif du Ministère de la Santé publique, par MEDELINE MEDICAL CAMEROUN SA, dans le cadre d’un marché social régulièrement contracté ». Mais, le gouvernement est déjà piégé parce que si le ministre de la Santé reçoit l’accord officiel de livraison des tests le 11 juin 2020, Medeline Medical Cameroun SA avait livré depuis le 30 mai 2020, 100 000 tests sans mercuriale et pouvait dès lors imposer son prix au gouvernement.

1 KIT A 17 500

Entre mai 2020 à fin novembre 2020, Medeline Medical Cameroon SA a livré 900 000 tests à 17 500 FCFA l’unité pour un montant d’environ 16 milliards Fcfa. Alors qu’ils sont informés depuis le 1er juin 2020 que le gouvernement du Cameroun a opté pour 25 tests à 17 500 FCFA, ce n’est que six mois après, soit le 9 décembre 2020 que Medeline Medical Cameroon SA va s’opposer à la mercuriale fixée par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Dans un courrier daté du 9 décembre 2020, Medeline Medical Cameroon SA rejette le prix du gouvernement. Son directeur général écrit : « nous vendons un test à 17 500 FCFA. On se retrouverait avec d’énormes pertes, si notre livrable devait coûter 17 500 FCFA par kit de 25 tests par carton, comme mentionné dans la fiche de validation ». Or, le 1er juin 2020 lorsque le gouvernement camerounais a fixé le prix des tests COVID à 17 500 FCFA par kit de 25 tests par carton et non 17 500 le test, Medeline Medical Cameroon SA n’avait livré que 100 000 tests au gouvernement camerounais. Il aurait donc pu contester la mercuriale et engager de nouvelles discussions. Pourquoi avoir attendu six mois tout en poursuivant les livraisons alors que le prix fixé par le gouvernement ne les convenait pas ?

Malgré cette confusion, conformément aux instructions du premier ministre, le ministère des Finance maintient ses paiements. Medeline Medical Cameroon SA a reçu au total, 24 milliards 500 millions Fcfa dans son compte logé à Afriland First Bank. Mais, l’on découvre par la suite que Medeline Medical Cameroon SA demande à Afriland first Bank d’effectuer des paiements à l’ordre de la société Moda Holding, basée à Hong - Kong pour le compte de l’acquisition des tests. Cette société tout comme Medeline Medical Cameroon SA est la propriété du milliardaire camerounais Mohamadou Dabo. Par ailleurs consul honoraire de la Corée du Sud à Douala. Afriland First Bank va solliciter et obtenir de la BEAC le 8 octobre 20202 un versement d’environ 5 milliards Fcfa à Moda Holding.

PAIEMENTS BLOQUES

Mais, le 5 janvier 2021, toujours pour le compte de Medeline Medical Cameroon SA, Afriland First Bank demande à nouveau à la BEAC l’autorisation d’un transfert de plus de 5 milliards Fcfa à Moda Holding. C’est alors que les services de conformité, d'études des transferts et de suivi de la réglementation de change de la BEAC reçoit « une alerte rouge » qui correspond dans le domaine de la finance à une possibilité de blanchiment d’argent. Les documents fournis ne permettent pas le justificatif d’une transaction financière d’une telle envergure pour l’opération. Car, si l’entreprise MODA HOLDING est actionnaire de Medeline Medical Cameroon SA, elle n’est pas le fabriquant qui est SD BIOSENSOR. Moda Holding ne peut donc pas bénéficier d’un paiement sous la base du prétexte qu’il s’agit du règlement de la facture d’acquisition des tests COVID 19 par le gouvernement camerounais chez SD BIOSENSOR. Plus encore, un écart est constaté entre les quantités de tests et de colis déclarés à la direction des douanes (75 colis) et celles indiquées sur la lettre de transport aérien (280 colis). La BEAC suspecte une fraude. La requête d’Afriland First Bank est rejetée. Le transfert de Medeline Medical Cameroun SA est contraire aux dispositifs LCB/FTP (Lutte contre le blanchiment d'argent, financement du terrorisme et prolifération).

Face à ce blocage, Medeline Medical Cameroon SA saisit le secrétaire d’Etat à la santé, Halim Hayatou. Ce dernier demande au ministre des Finances, Louis Paul Motaze d’intervenir auprès de la BEAC. Mais, MINFI n’y peut rien. L’entreprise doit se conformer à la réglementation financière. Medeline Medical Cameroon SA n’arrive pas à déposer les documents demandés pour l’autorisation du transfert. Malgré cela, en février 2021, Medeline Medical Cameroon SA formule de nouveau deux requêtes qui sont toutes rejetées par la BEAC. Dans ces deuxièmes rejets, la banque est presque certaine que Medeline Medical Cameroun veut blanchir de l’argent à travers Moda Holding et la suspecte d’avoir fabriquer des documents de SD BIOSENSOR. Cette fois-ci ils sont plus clairs. Ils demandent clairement à Medeline Medical Cameroon SA de fournir la fiche KYC (Know Your Customer) de la banque SD biosensor. Afin de savoir ce que la banque de SD BIOSENSOR pense de Medeline Medical Cameroon SA et Moda Holding. Pour s’assurer que l’argent ira dans le compte de SD Biosensor et non Moda Holding, la BEAC demande à ce que Medeline Medical Cameroon SA montre un document de SD Biosensor attestant des factures à régler. L’affaire se complique dès lors pour Medeline Medical Cameroon SA qui n’arrive pas à fournir les documents réclamés par la BEAC. Y compris jusqu’en mars 2021.

PARADIS FISCAL

Or, le gouvernement est confronté à un nouveau problème. Une pénurie de tests s’annonce. La colère monte à la présidence de la République. Ferdinand Ngoh Ngoh menace Manaouda Malachie de limogeage au cas où une rupture interviendrait. Medeline Medical Cameroon SA refuse de livrer les tests si son argent n’est pas payé. Une réunion est convoquée au secrétariat général des services du premier ministre, chez Seraphin Magloire Fouda pour examiner la situation. Un responsable de la BEAC est présent et explique pourquoi les paiements de Medeline Medical Cameroon SA n’ont pas été effectués conformément aux règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le ministre de la Santé lui demande de formaliser par écrit ces réserves à son attention. D’où la lettre du 10 avril 2020, du directeur national de la BEAC, Blaise Eugene Nsom avec pour objet : « facilitation du transfert de fonds en rapport avec le financement d’un marché de livraison des tests de diagnostic rapide ».

La veille, dans une lettre adressée à Manaouda Malachie, le 9 mars 2021, Medeline Medical Cameroon SA, informe le ministre de la santé que la BEAC a rejeté ses paiements. L’entreprise écrit en noir et blanc : « notre ordre de transfert émis en date du 31/12/2020 en faveur de notre fournisseur Moda Holding Hong Kong Ltd a subi plusieurs rejets ». Pourtant, le contrat de Medeline Medical Cameroun ne mentionnait pas Moda Holding comme fournisseur, mais plutôt SD BIOSENSOR basé à Seoul en Corée du Sud. Or Moda Holding est basé sur l’île de Hong Kong, un paradis fiscal pour le blanchiment d’argent.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter