Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 28Article 599083

General News of Friday, 28 May 2021

Source: www.camerounweb.com

CovidGate: graves révélations sur le rôle d'Élysée Amour Eyenga

Selon Boris Bertolt, Élysée Amour Eyenga a réussi à construire à Yaoundé deux immeubles R2 et R3 Selon Boris Bertolt, Élysée Amour Eyenga a réussi à construire à Yaoundé deux immeubles R2 et R3

• Plusieurs collaborateurs de Manaouda Malachi sont passés devant les enquêteurs du CONSUPE pour être auditionnés

• Le directeur des ressources humaines du MINSANTE Élysée Amour Eyenga fait partie des personnalités indexées par le rapport

• Selon Boris Bertolt, Élysée Amour Eyenga a réussi à construire à Yaoundé deux immeubles R2 et R3


Le ministère de la santé publique n’est certainement pas encore sorti de ce bourbier du scandale lié à la gestion des fonds covid. Après leur patron Dr Manaouda Malachi, c’est au tour de plusieurs de ses collaborateurs de passer devant les enquêteurs du CONSUPE pour être auditionnés.

C’est une enquête qui aurait débutée en décembre 2020. Comme le relève le lanceur d’alertes Boris Bertolt, dans une correspondance adressée le 15 décembre 2030 au ministre des Finances, Louis Paul Motaze, avec pour Objet : « Mission spéciale d’audit des fonds relatifs à la lutte contre le Covid-19 » Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence de la République écrivait : « J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir débloquer et mettre à la disposition du Ministre délégué à la Présidence de la République Chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, une dotation de 32 555 000(trente-deux millions cinq cent cinquante-cinq milles, ndlr) FCFA destiné à la couverture des frais relatifs à la mission portée en objet ».

Le directeur des ressources humaines du MINSANTE Élysée Amour Eyenga fait partie des personnalités indexées par le rapport d’étape de la chambre des comptes de la cour suprême qui précise que « la gestion opaque des stocks des médicaments d’une part, la non tenue des documents de la comptabilité matière et d’autre part, la gestion du stock des médicaments par Monsieur Eyenga Ndjomo Elisée Amour qui n’est ni pharmacien, ni comptable matières ».

Boris Bertolt nous renseigne, suite à ces révélations des enquêteurs, que Élysée Amour Eyenga « a réussi à construire à Yaoundé deux immeubles R2 et R3. Si les papiers sont difficiles que les enquêteurs suivent la piste de l’argent ».

Covid-19 : les dessous des manœuvres douteuses Mediline Medical Cameroon

En 2020, le Cameroun a acquis un million 556 mille tests de dépistage du Covid-19 pour un coût de 25,806 milliards de FCFA. Mais, selon la synthèse du premier rapport d’audit de la Chambre des Comptes sur la gestion des fonds Covid (180 milliards de FCFA en 2020), ce matériel a été surfacturé de plus de 1,582 milliards de FCFA.

Au centre de la manœuvre : Mediline Medical Cameroon, entreprise présentée à l’opinion, le 4 Juin 2020, en présence du ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, comme la filiale de la firme sud-coréenne Mediline Medical Korea» et le fruit d’un partenariat entre le Cameroun et la Corée du sud». Elle a livré au ministère de la Santé publique (MINSANTE) 1,4 millions de tests (90%) contre 156 mille ( 10%) pour Medical Plus et SAT Pharma, deux entreprises locales.

Sauf que, les deux derniers prestataires livraient le test à 8371,9 FCFA (soit 1,306 milliard pour toute la commande) alors que Mediline Medical Cameroon, lui, facturait le test à 17500 FCFA (soit 24,5 milliards pour toute la commande). Les tests livrés par la filiale de la firme sud-coréenne sont de marque Standard Q Covid-19 Ag Test SD-Biosenjfor. Et selon la CDC, il coûtait 7084 FCFA.

La différence de 10415 FCFA entre le prix pratiqué par Mediline Medical Cameroon SA et celui fixé par le fabricant SD-Biosensor a entrainé pour le trésor public un coût d’opportunité de 14 581,884 800 FCFA. Autrement dit, l’État du Cameroun aurait pu réaliser une économie de 14 581884800 FCFA sur l’ensemble des marchés passés en 2020 avec Mediline Medical Cameroon SA, si la commande avait été directement adressée à SD-Biosensor, soutient la Chambre des comptes.

Tests portés disparus

En plus,« au quatrième trimestre 2020, le MINSANTE a continué d’acheter des tests de marque Standard Q Covid-19 Ag Test SD-Biosensor auprès de Mediline Medical Cameroon SA au prix unitaire de 17500 FCFA, alors qu’il est établi qu’à cette période, le MINSANTE aurait pu également les acquérir par le biais du Fonds mondial de lutte contre le VI U, la tuberculose et le paludisme au prix unitaire de 4,97 LSD, soit 2932,3 FCFA, ajoute la CDC, rendant encore plus suspect l’intérêt du Département Ministériel dirigé par Manaouda Malachie à transiger avec cette entreprise encore inconnue des Camerounais.

Par ailleurs, selon la juridiction des Comptes, sur les 1,4 millions de tests achetés, 610 mille manquent à l’inventaire, aucune information sur leur destination finale n’ayant été produite à la juridiction financière», lit-on dans la synthèse du rapport d’audit. Selon ce document, ce matériel a pourtant fait l’objet de la facture n° 004 : MHK 06-2020 du le 2 Juillet 2020 d’un montant de près de 6 milliards de FCFA, laissant soupçonner des marchés fictifs. Mais le gouvernement du Cameroun semble avoir agi en connaissance de cause.

Dans une note du ministère de l’É-conomie, de Planification et de l’A-ménagement du territoire (MI-NEPAT), datant du 2 Juin 2020, on apprend que, dans le cadre de la coopération avec la Corée du sud, le Cameroun était en tiain de commander trois millions de tests directement auprès de la société SD-Bio-sensor/Mediline. Ce qui suggère que SD-Biosensor et Mediline sont au moins liés et que le gouvernement connaissait SD-Biosensor. Il pouvait donc difficilement ignorer les prix pratiqués par ce fabricant.

Soupçons de conflit d’intérêts

Pour faire passer son dossier, Mediline Medical Cameroon, poussé par l’un de ses actionnaires, Moda Holding Hong Kong du milliardai-re camerounais Mohamadou Dabo, par ailleurs consul général de la Corée du sud au Cameroun, a bénéficié de soutiens au sommet du gouvernement. C’est le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, qui a autorisé, le 11 juin 2020, le Minsan-té à négocier avec cette entreprise pour l’acquisition de 3 millions de kits de tests.

Et le ministère du Commerce, que dirige Luc Magloi-re Mbarga Atangana, a validé le prix du test alors qu’il n’aurait pas dû, à cause du décalage abyssal entre les prix du marché et ceux proposés par l’entreprise, soutient la chambre des comptes. Mais pourquoi ces membres du gouvernement ont-ils agi de la sorte? La juridiction financière dit être incapable de répondre « les critères de sélection des prestataires et les conditions dans lesquelles les marchés spéciaux ont été passés, sont restés inconnus de la Chambre des comptes, ce qui traduit une certaine opacité, justifie-t-elle.

Néanmoins, la CDC ne cache pas ses soupçons. En hibernation depuis sa création, le 13 septembre 2017, Mediline Medical Cameroon SA a été réactivé pour les besoins de la cause, accuse la juridiction des comptes. Elle annonce d’ailleurs un rapport sur la propriété réelle et les éventuels conflits d’intérêts que suggère le privilège accordé à cette société. On devrait en savoir davantage à la suite des mémoires en défense des personnalités impliquées dans la gestion des fonds Covid.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter