Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 06 03Article 600124

xxxxxxxxxxx of Thursday, 3 June 2021

Source: Mutations

CovidGate : feu ou fumigène ?

Le peuple ne voit en eux que des criminels dérangés, moi je vois le talent. Juste ce qu'il faut pour s’en sortir dans ce monde. Évidemment, vous avez compris que je parle des gens qui nous commandent. Dès la première vague du Covid-19 en 2020, ils nous ont dit : « portez les masques, lavez-vous les mains au savon « macabo », lavez les surtouts à l'eau coulante ». Bref, respectez les mesures barrières pour éviter de choper la maladie. Nous avons porté les masques jusqu’à l’asphyxie. Nous avons lavé les mains à perdre nos empreintes digitales.

Faute d'eau potable, nous les lavions dans des seaux de maçon, « don spécial du Chef de l’Etat », gracieusement distribués par le très aimable ministre de l’Administration territoriale. Puis chaque soir l’ange de la mort venait égrener le chapelet des victimes de la pandémie au télé journal de la télévision nationale. Un monsieur le docteur toujours enroulé dans un costard d'acteur de cinéma, cheveux poivre et sel taillés presqu’au bistouri. Une espèce de vendeur à la criée engagé par une messagerie de presse célèbre. Sa seule apparition sur le petit écran me collait une telle trouille ! Jamais l’idée de la mort n’a été aussi familière…

Pendant ce temps, on nous puisait comme de vieilles sorcières. Zéro distanciation sociale observée avec l’argent du covid-19 mis à la disposition du Cameroun par des bailleurs de fonds internationaux. Voici que la Chambre des comptes publie son rapport d’étape sur la gestion desdits fonds. Les Réseaux sociaux s’ébruitent, ça auditionne du ministre au TCS et la presse prend feu. Qui pour canaliser ? Une espèce de sergent instructeur comme dans l'armée quoi. C’est alors que sonne l’heure du héros, René Emmanuel Sadi(RES). Qui mieux que le ministre de la com pour régenter, recadrer, remonter les bretelles ? « À ce stade, cette procédure ne saurait en aucun cas, donner lieu sur la base de la présomption d’innocence reconnue à tout justiciable, à l’emballement médiatique et à la vindicte populaire auxquels on assiste actuellement. », tempête-t-il dans un communiqué. La présomption d’innocence, c’est de cela qu’il s’agit. On est présumé innocent jusqu’à sa condamnation éventuelle par le juge. C’est ça. Le problème est qu’il n’est pas vraiment constant sur la question, le Sadi. Un peu comme une girouette. Hier encore, « monsieur Sadi avait désigné Maurice Kamto coupable des casses des ambassades alors qu'aucune plainte n'avait été déposée contre lui et qu'aucune instruction n'avait été ouverte à cet effet », s’étranglent les gens du MRC. De la présomption d’innocence...au faciès donc ?

En tout cas, entre présumés coupables et présumés innocents, RES affiche son... parti pris communicationnel. Au propre ! En tout cas, la fumée a été repérée. Il revient au gouvernement pour lequel il bosse de confirmer s’il s’agit du feu ou du fumigène. Mais, quels génies, ces gens ! « Si un jour on me fait part de ce que des membres de ce gouvernement ont volé des cadavres, je ne saurais être surpris. » Ainsi parle Jean Michel Nitcheu, député Sdf après la publication du rapport d'étape de la Chambre des comptes. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce type mais comment ne pas ajouter un : « Si ça n’est déjà fait ! » après lui. De quoi penser qu’il est urgent de remettre l'église au milieu du village.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter