Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 15Article 527665

General News of Wednesday, 15 July 2020

Source: Actu Cameroun

Covid-19: voici les causes de l'augmentation des nouveaux cas


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le constat est visible. Les camerounais n’abhorrent plus cet outil de protection contre la Covid-19, malgré les rappels.

Marianne M., jeune étudiante de l’université de Douala fait tranquillement ses emplettes au marché de la Cité sic. En ce plein mois de juillet étudiante de science économique niveau 2 est venue acheter ‘ des en tubercules de manioc. Entre les différents étales, cette dernière circule.en toute quiétude. Malgré son embonpoint et la joie qui l’anime, la jeune femme écouteurs aux oreilles n’a pas de masque facial.

Interpellée par le Reporter de La Nouvelle Expression. cette dernière déclare ne plus trouver son utilité. «Le masque c’est pour les malades…», celle qui reconnaît à travers son rire narquois que ses arguments ne tiennent pas la route. Non loin d’elle des conducteurs de motos stationnés au cœur de ce marché attendent des clients. Sur la dizaine qu’ils sont, à peine trois ont des masques de protection.

Les autres sans se gêner continuent paisiblement leur activité. Au carrefour Ndokoti dans le même arrondissement, c’est la même ambiance qui s’observe la quasi majorité des populations qui traversent ce carrefour sont sans masque. Ceux qui lés ont les portent au niveau du menton et pas plus. Moins du 10ème des usagers ici arborent un masque. Conducteur de moto, passager, taximan et autres transporteurs, tous ont violé cette mesure ceci au vu et au su des éléments de la police concentrés à gérer la circulation. Au Marché Central de Douala, au Rond-point Deido et en plein Akwa centre-ville, c’est le même cliché qui s’observe. Le port du, masque a perdu sa verve. C’est à peine que l’on trouve des personnes . porter convenablement cet objet qui figure parmi les premières mesures de lutte contre le Coronavirus au Cameroun et dans le monde.

En effet, depuis quelques semaines, il y a comme une forme de négligence au niveau du port du masque par les habitants de la capitale économique du Cameroun. Ces derniers ont perdu le réflexe de toujours arborer cet outil pour se protéger contre la pandémie qui a paralysé tout le monde entier et continue d’ailleurs à le faire. Quand ils n’ont pas oublié le masque à la maison, ces derniers l’ont avec eux mais ne le portent presque pas. Dans les débits de boisson, les snacks bar et autres points de détente.

L’observation des mesures barrières a presque disparue. Ces populations se donnent à cœur joyeux aux salutations, aux embrassades et autres attouchements interdits en cette période de crise sanitaire. Les règles de distanciation recommandées sont violées.

Accroissement du taux de contamination
Comme conséquence de ce comportement, on observe la hausse de taux de contamination des malades du Coronavirus au Cameroun. Selon les informations du ministère de la Santé Publique, la pandémie du Coronavirus a connu une hausse vertigineuse ces dernières semaines. Aujourd’hui, le Cameroun va bientôt atteindre la barre des vingt mille contaminés avec près de 400 décès.

Une chose qui choque et a fâché Dion Nguté le Premier ministre qui a lui-même observé les mêmes faits que le reporter de La Nouvelle Expression. «Au cours de mes déplacements à Yaoundé, j’ai été témoin du triste spectacle qu’offrent’ certains de nos compatriotes qui refusent de porter le masque de protection contre le COVID-19», a déclaré Dion Nguté lors d une réunion interministérielle.

Au moment de cette déclaration du 10 juillet 2020, il faut dire que le Cameroun comptait 15 173 cas confirmés, 11 928 personnes guéries sur près de 121 000 tests effectués pour près de 359 morts. Le taux de létalité s’élevait à 2.3%.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter