Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 03 29Article 501793

General News of Sunday, 29 March 2020

Source: lewouri.com

Covid-19: un homme de Dieu camerounais révèle comment l'ange de la mort rode

Lazare, viens dehors ! » Qui ne voudrait pas entendre cette invitation de Jésus en ces temps de confinement ? Pourtant pour beaucoup il faudra attendre jusqu’à mi-avril pour sortir, être délié comme Lazare et pouvoir aller où on veut. Quel supplice ! Mais temps de confinement peut aussi être aussi temps de méditation. Alors que l’ange de la mort déguisée en coronavirus rode dans le monde et sème la maladie et la mort, la Parole de Dieu de ce dimanche nous donne l’occasion de méditer providentiellement sur l’amitié, la compassion et la victoire de la VIE sur la mort.

Tout ce dont nous avons besoin pour trouver la consolation en ces temps difficiles où des tombeaux de nos confinements, l’humanité prie d’une seule voix : « Des profondeurs je crie vers toi Seigneur, Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière… J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole. Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.» (Psaume). Dans cette attente, le récit de la résurrection de Lazare par Jésus vient raviver notre espérance. Que pouvons-nous apprendre de la manière dont Jésus gère la maladie et la mort d’un ami ?

Tout commence donc par la maladie d’un ami de Jésus, Lazare. Oui, « Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare » (Evangile). Il tombe malade. Pensons à tous les malades de nos hôpitaux désormais débordés ; pensons à tous ceux qui veillent sur eux, qui les entourent de leur amitié, de leur amour et de leurs soins comme Marthe et Marie; pensons au corps médical dévoué au service de la vie.

On envoie donc dire à Jésus que son ami est malade. Comment réagit-il? Il ne bouge pas jusqu’à ce qu’il meure. En effet là où règne la maladie rode la mort. Chaque jour, depuis décembre, l’humanité compte le nombre de malades et de morts du fait de coronavirus. Et toujours le Ciel semble passif et indifférent, comme Jésus après avoir appris que son ami est malade. Il n’intervient pas immédiatement.

Au contraire, comme dimanche passé avec la cécité de l’aveugle-né, il trouve un sens à ce qui nous paraît un non-sens : «Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. » (Evangile) Pour la gloire de Dieu ? Peut-on dire la même chose des milliers de morts de coronavirus ? Que Dieu nous aide à décrypter le sens de cette crise sanitaire pour qu’elle ne soit pas un gâchis sur le plan spirituel. Dans l’univers de Jésus, tout à un sens et Dieu fait feu de tout bois : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! » Jésus ne panique pas mais il positive.

Et voici Jésus à la place du deuil. C’est le moment de la compassion, du réconfort et de la solidarité comme dans toutes les sociétés humaines. Jésus console certes mais il laisse aussi s’exprimer ses émotions : « Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleurait aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé, et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. » Alors Jésus se mit à pleurer. » (Évangile).

C’est bien cela la compassion qui signifie « souffrir avec », partager la souffrance de l’autre. Quand l’humanité pleure, le Ciel n’est pas indifférent. Dieu n’est pas indifférent à la souffrance humaine. Dieu n’est pas indifférent à la pandémie de Coronavirus. Il œuvre discrètement avec l’humanité pour que la vie triomphe de la mort. Quand Marthe lui dit que s’il avait été là son frère ne serait pas mort, Jésus répond : « Ton frère ressuscitera ».

Oui, l’humanité ressuscitera. Il suffit que nous y croyions comme Marthe et Marie pour ne pas paniquer, pour rester positif face à la maladie et à la mort. « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Oui, Tel est notre credo : je crois en la vie éternelle.

Toujours sous le coup de l’émotion, Jésus se rend au tombeau pour défier la mort. Mais avant de le faire, « Jésus leva les yeux au ciel » et demanda le secours du Père. L’homme ne peut pas vaincre les forces de la mort sans le secours du Ciel. C’est pour cela qu’il nous faut beaucoup prier pour nous fortifier avant d’affronter coronavirus qui tient à envoyer toute l’humanité au tombeau.

L’humanité prie et se bat pour vivre et elle n’est pas seule. Elle a le secours du Ciel : « J’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai remonter, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (1ère lecture). Coronavirus sème la maladie et la mort.

Des morts, il y en a toujours eu et il y en aura toujours, mais La Mort n’aura jamais le dessus sur la Vie car la vie est divine et éternelle. A l’humanité qui git depuis longtemps dans le tombeau enchaîné par l’idolâtrie de l’argent, par les intérêts des firmes pharmaceutiques, par le culte du pouvoir, par l’orgueil de la science, par l’indifférence aux pauvres, par le consumérisme matérialiste et hédoniste, bref par la culture de la mort, le Christ crie d’une voie forte : «viens dehors». Viens dehors et laisse-toi délier pour revivre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter