Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 08Article 596188

xxxxxxxxxxx of Saturday, 8 May 2021

Source: Mutations, N*5337

Covid 19: les prescriptions administratives bafouées

• Malgré le Covid 19, les célébrations de mariages continuent

• Les Camerounais peinent à respecter les mesures barrières lors de ces célébrations

• Le gouverneur de la région du centre accentue la sensibilisation




Les usagers peinent à respecter les décisions visant à limiter la propagation du virus.

Ambiance festive à la mairie de Yaoundé VI ce 30 avril. Le quotidien dans cette collectivité territoriale n’a pas véritablement changé depuis la suspension le 26 mars, par Naseri Paul Bea, gouverneur de la région du Centre, des manifestations à caractère festif sur son territoire de commandement. Les célébrations des unions nuptiales n’ont pas connu de répit comme souhaité par le gouverneur. Dans cette mairie, le port du masque est loin d’être une priorité. Pas un seul dispositif de lavage des mains malgré la forte recommandation de l’hygiène des mains comme mesure de lutte contre le coronavirus. Même si le nombre de personnes à l’intérieur est limité à 50, les autres invités se piétinent pratiquement à l’extérieur. A côté, une autre famille s’active pour les derniers réglages. Ses membres doivent occuper la salle à leur tour pour une autre cérémonie. Plusieurs membres de cette famille ont mobilisé amis et connaissances pour les festivités. « Nous attendons des centaines d’invités venant de plusieurs régions. Et nous allons faire la fête. Nous avons précisé que chacun a l’obligation d’avoir son masque de protection », confie Paul Sylvestre, organisateur d’évènement. Une recommandation pas observée. Même si certaines mairies et autres promoteurs culturels se sont mobilisés pour faire respecter les prescriptions du gouverneur de la région du Centre, les usagers peinent à respecter lesdites mesures. « Je suis écœurée d’apprendre que mon mariage n’aura finalement pas lieu le jour convenu. Mon fiancé et moi avions tout prévu pour le bon déroulement de cette union étant donné que les invités étaient déjà informés du jour-dit, malheureusement le maire a reporté cela du fait des nouvelles mesures prises par le gouverneur de la région du Centre », se désole Sidoine Onambélé, future mariée. « Le nombre de festivités est limité à compter d’aujourd’hui afin de limiter la propagation de la maladie à COVID-1 justifie un responsable de cette commune. Du côté de Douala, les mêmes causes ont produit les mêmes effets.

Nonobstant les décisions du gouverneur de cette région, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, d’interdire des manifestations culturelles pouvant drainer des foules, les populations trainent le pas. Mais le n°1 de la région accentue la sensibilisation. « Je m’adresse à toutes les populations de la région du Littoral, pour dire que, toutes les fois que les populations sont appelées à se regrouper, il faudrait qu’elles observent les mesures barrières. Nous n’avons pas besoin de sanctions à l’immédiat. Je voudrais vraiment appeler l’attention de toutes les populations de la région du Littoral, pour faire comprendre que ce n’est pas une mesure à tête chercheuse.

L’Organisation mondiale de la santé (Oms), les médecins, et tous les spécialistes, constatent que pour limiter les dégâts, nous devons observer des mesures barrières », s’est exprimé le gouverneur de la région du Littoral. Un message qui, semble-t-il, tombe dans les oreilles de sourds. Le ministre de l’Administration territoriale également s’est joint au bal des interdictions et a prescrit une certaine fermeté aux fidèles chrétiens qui n’arborent pas de masques dans les églises. A ce jour, ladite décision peine à être suivie

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter