Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 27Article 576160

Health News of Saturday, 27 February 2021

Source: Actu Cameroun

Covid-19: les mesures barrières oubliées et masques délaissés à Yaoundé

Un peu partout le relâchement de l’application des mesures barrières s’observe comme si le coronavirus n’existait plus.


Alors qu’on annonce depuis le début plusieurs semaines, la montée en flèche des cas de coronavirus, l’on observe un peu partout un relâchement de l’application des mesures barrières. C’est le constat fait par le quotidien Le Jour n°3366.

Dans les débits de boisson par exemple, « les clients entrent ici sans cache-nez. Nous ne pouvons pas le leur imposer», confie Marlyse T. tenancière d’un bar au quartier Tongolo, à Yaoundé. Tout à côté, d’autres bars sont fonctionnels.

A l’intérieur du bar, il n’y a pas d’espace. Cinq à six personnes sont assises sur une table faite pour quatre personnes : « Il ne faudrait pas se mentir, aucune mesure n’est respectée. Parfois lorsque nous demandons aux clients de respecter la distanciation sociale, ça devient un problème personnel. Nous faisons juste notre travail », déclare un serveur.

Au quartier Emana, le constat est le même. Habillée d’un Kaba de couleur jaune, Odile N. fait son entrée dans un bar au lieudit Borne Fontaine. Interpellée par une de ses connaissances, elle se précipite vers elle et l’embrasse sans aucune crainte.

Négligence ou ignorance

En attendant sa commande, elle se permet de soulever la bouteille de Castel de la dame et d’en prendre deux gorgées. Selon elle, « le Corona est finie. Laisser nous boire en paix. Avec ou sans cache-nez, nous allons tous mourir. Nous ne sommes pas malades. Le cache -nez met mal à l’aise. Nous avons des difficultés à respirer surtout en cette période où il fait très chaud ».

Dans les taxis, la situation est identique : « Je n’ai pas besoin d’un cache-nez pour entrer dans un taxi. Nous ne pouvons pas contrôler tous nos faits et gestes. Avec ou sans cache-nez on peut tomber malade», déclare Hubert Ngono.

Le port de ce dernier est principalement visible dans les administrations ou dans certains lieux dont l’entrée est conditionnée par le port de celui-ci: « Je porte le cache-nez uniquement lorsque je vais à l’Eglise le dimanche. À la sortie de la messe, je le remets dans mon sac», confie Pélagie Le-tono.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter