Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 05Article 586327

Health News of Monday, 5 April 2021

Source: Aurore Plus n°2160

Covid-19 : les effets secondaires des vaccins, selon l’âge et le sexe

Image d'illustration Image d'illustration

Lorsque Freedom Baird a reçu sa première dose du vaccin Moderna en février, elle n’était pas sûre du type d’effets secondaires à prévoir.

Freedom Baird est une grande malade du Covid-19 – elle souffre d’un essoufflement persistant et de douleurs thoracique .depuis environ un an. De nombreuses personnes ayant déjà été infectées développent davantage d’effets secondaires en réponse à la première dose de vaccin qu’à la seconde. Une personne moyenne, quant à elle, se sent généralement plus fatiguée après sa deuxième injection.

L’âge de Freedom Baird a compliqué ses attentes : elle a 56 ans, et les essais cliniques ont montré que les personnes de plus de 55 ans développent souvent moins d’effets secondaires liés au vaccin. En fait, elle n’a pas ressenti grand-chose. «Le premier jour, on se sent courbaturée et grippée», a-t-elle déclaré à Insider.

Bien que les médecins ne puissent pas prédire exactement comment une personne réagira à un vaccin contre le coronavirus, ils ont identifié quelques tendances en fonction de l’âge, du sexe, de l’état de santé et de la dose reçue. Les essais cliniques suggèrent que les effets secondaires sont généralement plus prononcés chez les femmes et les jeunes adultes, surtout après la deuxième dose.

L’effet secondaire le plus courant pour les trois vaccins américains autorisés est la douleur ou le gonflement à l’endroit de l’injection : près de 92 % des participants à l’essai clinique de Moderna ont développé cet effet secondaire. Dans l’essai de Pfizer, 84 % des participants l’ont signalé, tout comme 49 % dans celui de Johnson & Johnson (ce vaccin arrivera en Europe à partir de ta mi-avril, ndlt).

Les autres effets secondaires courants sont la fatigue, les maux de tête et les douleurs corporelles ou musculaires. Environ 65 % des personnes vaccinées dans les essais de Pfizer et Moderna, et 38 % dans celui de Johnson & Johnson, ont ressenti de la fatigue.

Pour ceux qui n’ont pas attrapé le COVID-19 auparavant, les effets secondaires ont tendance à être plus nombreux et plus graves après la deuxième dose. Environ deux fois plus de participants à l’essai de Pfizer ont développé des frissons et des douleurs articulaires après leur deuxième dose qu’a-près la première. Dans l’essai de Moderna, en revanche, environ cinq fois plus de participants ont eu des frissons après leur deuxième dose qu’après la première. Les fièvres étaient également beaucoup plus fréquentes chez les personnes ayant reçu la deuxième dose que chez celles ayant reçu la première dans les deux essais.

Une étude de i’lcahn School of Medicine at Mount Sinai a révélé que les effets secondaires du vaccin, tels que la.fatigue, les maux de tête et les frissons, étaient plus fréquents chez les personnes présentant une immunité préexistante au coronavirus que chez celles qui n’avaient jamais été infectées auparavant. Environ 73 %, des personnes vaccinées qui avaient déjà attrapé le Covid-19 ont présenté des effets secondaires après la première dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna, contre 66 % des personnes vaccinées qui n’avaient jamais été infectées auparavant.

«Si vous avez déjà été infecté par le Covid-19, vous avez développé des cellules mémoires de cette infection», a déclaré à Insider le Dr Vivek Cherian, médecin interne basé à Baltimore. «Si vous deviez être à nouveau exposé à l’infection, votre corps serait capable de réagir rapidement et de manière plus robuste la deuxième fois», a-t-il ajouté. «C’est pourquoi les effets secondaires du premier vaccin sont généralement plus marqués.»

Notre système immunitaire se détériore progressivement avec l’âge, ce qui signifie que le corps des personnes âgées ne travaille, pas autant pour les défendre contre les envahisseurs étrangers y compris la protéine introduite dans le corps par un , vaccin.

«Les personnes plus jeunes ont une réponse Immunitaire beaucoup plus vigoureuse, il serait donc logique qu’elles aient également plus d’effets secondaires», déclare Vivek Cherian.

Après une dose du vaccin Moderna, 57 % des personnes de moins de 65 ans ont présenté des effets secondaires, contre 48 % des personnes de plus de 65 ans. Après la deuxième dose, près de 82 % des personnes du groupe le plus jeune ont présenté des effets secondaires, contre près de 72 % des adultes plus âgés.

Pfizer a ventilé ses données de manière légèrement différente : environ 47 % des personnes âgées de 18 à 55 ans ont ressenti de la fatigue après la première dose, alors que 34 % des personnes âgées de 56 ans et plus ont signalé cet effet secondaire. Après la.deuxième dose, ces chiffres sont passés respectivement à 59 % et 51%.

Après le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, près de 62 % des personnes âgées de 18 à 59 ans ont. présenté des effets secondaires, contre 45 % des personnes âgées de 60 ans et plus.

Les Centers for Disease Control and Prevention (principale agence américaine en matière de protection de la santé publique,- ndlt) ont analysé les réactions des Américains à près de 14 millions de doses des vaccins Pfizer et Moderna entre décembre et janvier. Les résultats ont montré qu’environ 79 % des cas d’effets secondaires des vaccins signalés aux CDC provenaient de femmes, bien que 61 % seulement des doses aient été administrées à des femmes dans l’ensemble.

Selon Vivek Cherian, les femmes ont tendance à réagir plus fortement aux vaccins contre la polio, la grippe, la rougeole et les oreillons. «Pour tous ces vaccins, les femmes ont en- général tendance à avoir des effets secondaires plus importants», affirme-t-il. «Ils sont encore plus prononcés pour une femme pré-ménopausée que pour’une femme post-ménopausée».

Les scientifiques soupçonnent que la différence est liée aux niveaux d’œstrogènes. «La testostérone a tendance à être une hormone immunosuppressive et les œstrogènes ont tendance à être un stimulant immunitaire», a déclaré Cherian. «Il est donc plus que probable que ce soit l’hormone œstrogène — c’est pourquoi les femmes ont tendance à avoir plus d’effets secondaires».

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli n’ont pas une défense très forte contre les infections virales en général, elles sont donc particulièrement vulnérables au Covid-19. Pour cette raison, tes CDC recommandent à ces groupes* de se faire vacciner immédiatement. Mais il est’ possible que les personnes immunodéprimées, comme les patients atteints de cancer, n’aient pas non plus une forte réponse immunitaire au vaccin.

«Votre réponse immunitaire détermine essentiellement vos effets secondaires, donc si vous êtes immunodéprimé, vous n’aurez peut-être pas autant d’effets secondaires, mais vous devez absolument vous faire vacciner», annonce Vivek Cherian. Les vaccins devraient offrir aux personnes immunodéprimées au moins une certaine protection contre tes formes sévères du Covid-19, même si elles ne ressentent aucun effet secondaire — bien que l’efficacité puisse être moindre que -pour une personne moyenne.

Vivek Cherian indique que pour les personnes atteintes de maladies auto-immunes, les effets secondaires ne seront probablement pas pires que pour la personne moyenne. «Si vous présentez ces facteurs de risque élevés, vous avez vraiment, vraiment envie de vous faire vacciner», déclare-t-il. «Faire face à quelques effets secondaires comme une diarrhée ou des douleurs musculaires est beaucoup, beaucoup mieux que certains de ces effets secondaires graves, potentiellement mortels, de l’infection parle Covid-19.»

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter