Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 09Article 504463

General News of Thursday, 9 April 2020

Source: Actu Cameroun

Covid-19: les décrets ont plus de valeur que la vie des Camerounais (journaliste Jeune Afrique)

Dans une courte réflexion publiée sur Facebook le mercredi 8 avril 2020, le journaliste camerounais en service à Jeune Afrique Georges Dougueli revient sur la sortie de Paul Atanga Nji par communiqué le mardi 7 avril dans lequel, il met un terme aux initiatives de collecte de fond privé pour lutter contre le Covid-19. Le journaliste estime qu’à travers cet acte du ministre, ceux qui nous gouvernent montrent que nos décrets et lois valent mieux que nos vies.

Nos décrets valent mieux que vos vies

Hier (mardi 7 avril 2020, Ndlr), un ministre a dégainé un communiqué pour stopper un appel de fonds destinés à lutter contre l’épidémie en cours. Pour la seule raison que l’initiative vient d’un opposant démonisé par le pouvoir. C’est « illégal », disent ces « Excellences » tropicales, alors que leur pays ne compte que quelques dizaines de respirateurs… On en est là. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour LUI.

LUI, est le président le plus intelligent, le plus clairvoyant, le plus avisé au monde, voire du système solaire. Un virus menace d’extinction l’espèce humaine ? Pas de panique, vous ne le verrez pas, ne l’entendrez pas. D’ailleurs pourquoi voulez-vous le voir ? Il vous suffit d’appliquer ses « Hautes instructions », transmises par ses collaborateurs avec ferveur au peuple, telles les Tables de la loi inspirées à Moïse par Dieu. Sauf que ce Moïse-là, souverain et condescendant, n’a même pas daigné descendre de sa montagne ! Un tel peuple de pauvres gueux ne mérite pas ce chef. Le Pape, la Reine Elisabeth II et tous les autres font tant et tant de discours ? Et alors ? Petits joueurs ! Est-ce sa faute s’ils ne savent pas ce que c’est qu’un chef ? Un vrai ?

Pendant ce temps, l’épidémie gagne du terrain. Rien de nouveau sous le soleil… D’ailleurs, pour être cohérent, faisons comme les Aztèques : érigeons les sacrifices humains en institution religieuse et politique. Pourquoi pas ? Ça donnerait du sens à cette habitude du malheur. On saura enfin pourquoi on enchaîne les catastrophes humaines ou naturelles, avec des morts par centaines : le coup d’Etat du 6 avril, le gaz du lac Nyos, l’incendie de Nsam, les crashs de la Camair, les accidents de la route Yaoundé-Douala, le déraillement d’Eseka… Bof, toute cette boucherie a tué des milliers de Camerounais mais le Cameroun est toujours là ! Son président aussi ! Le reste ne compte pas.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter