Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 07Article 518653

General News of Sunday, 7 June 2020

Source: 237online.com

Covid-19: le message du président malgache André Rajoelina à Paul Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le jeune président de Madagascar est au-devant de la scène grâce à la prouesse que vient de faire son pays. Lui qui a permis aux chercheurs de la grande île de produire le «Covic-Organics», une potion qui met à l’abri du Coronavirus.

Pendant ce temps, le Cameroun s’embrouille dans des mesurettes par navigation à vue. Au moment où l’émancipation de l’Afrique face aux pesanteurs de l’occident se pose avec acuité avec le renouvellement de la vieille classe dirigeante au pouvoir depuis des décennies, Madagascar et son président âgé seulement de 39 ans vient de donner un signal, une sorte de révolte et d’audace face à la pandémie qui secoue le monde et dont l’Afrique fait les frais aujourd’hui du fait d’une gouvernance à l’emporte-pièce au manque d’initiatives sérieuses pouvant permettre au continent de tutoyer les autres ou même de proposer des solutions alternatives.

Madagascar vient de montrer le chemin à suivre en proposant à la communauté internationale le «Covid-Organics» qui est un concentré des plantes locales et de l’ingéniosité des chercheurs du pays qui n’ont pas attendus une quelconque aide de l’extérieur pour agir. Sous l’impulsion de leur leader, le pays s’est mobilisé pour trouver une solution endogène. Ce qui a été fait sans aucune crainte même si aujourd’hui de nombreux lobbies tentent de discréditer cette boisson «miracle». Il fallait bien que le faire et démontrer que l’Afrique n’est plus mal partie comme le pensait René Dumont. Et pour montrer cette solidarité africaine agissante, Felix Tsisekedi de la Rdc, Macky Sall du Sénégal et d’autres dirigeants ont déjà passé des commandes alors que dans des pays comme le Cameroun, la navigation à vue se poursuit.

L’on est encore au stade des «13+7» mesures prises par le gouvernement et édictées par l’Oms. Chaque jour des chiffres fondés ou non sont ventilés au sein de la population pour soit semer la peur ou bien attirer l’attention de la communauté dite internationale qui viendrait le moment venu avec des perfusions pour conjurer le sort, alors que cette communauté elle-même est dépassée par les évènements dans des pays de référence en matière de percée scientifique. L’on continue de tendre la main vers des partenaires et bailleurs de fonds en surfant sur une dette contractée dans le cadres des appuis, dette qui n’a finalement servi à rien si ce n’est à remplir les poches des fonctionnaires véreux et à monter des projets fantoches.

Tenues par des accords flous, personne n’arrive à lever la tête pour se soustraire des orientations de la métropole. Et ce n’est pas l’expertise qui manque mais la démarche consiste à ne pas démontrer aux colons que le noir jouit d’une quelconque capacité pour lui permettre d’opérer même par sursaut d’orgueil. André Rajoelina vient ainsi d’infliger une gifle à ses «pères» africains qui ne doivent leur maintien aux privilèges liés à la fonction que par d’autres moyens sombres.

La mansuétude présidentielle…
Depuis le début de la crise sanitaire mondiale, le gouvernement est aujourd’hui aux bancs des accusés pour n’avoir pas anticipé en mettant un dispositif nécessaire dès lors que la pandémie a été déclarée. L’on a dormi sur les lauriers croyant qu’un miracle sera fait que non! Le pays paie cash. Des personnes porteuses de virus sont entrées sans que l’on ne maitrise ce flux. Et lorsqu’on sort du coma habituel, il se fait déjà tard. Le mal est fait. C’est alors que l’on décide de prendre des mesures qui vont jusqu’à la restriction des mouvements sauf en cas de nécessité. Des gens sont morts du fait de la négligence, la non prise en charge effective, une logistique approximative avec un personnel pourtant rompu à la tâche. Il fallait alors attendre les «Très Hautes Instructions de la très haute Hiérarchie» mettre la machine en branle. Les mentalités ayant la peau, la tasse a été bue jusqu’à la lie. Tentative de rattrapage avec une communication quelque décalée avec les usages de l’heure.

Est venue la mise sur pied d’un fonds de soutien, Paul Biya a mis la main à la poche pour sortir le milliard présidentiel, un geste salué par ses laudateurs mais jugé insignifiant pour ses pourfendeurs, ne s’avouant pas vaincu, le locataire d’Etoudi, outre les concertations effectuées sans les acteurs de différents secteurs d’activités et de la chaîne de production de richesses, Biya a encore sorti 2 milliards cette fois en offrant des packages aux 360 communes que compte le Cameroun. Cependant des inquiétudes planent sur la capacité des chercheurs à apporter une réponse efficace à cette maladie importée? Ça n’intéresse personne. L’on préfère équiper à l’instant des hôpitaux, hôtels, stades de matériels pour gérer la maladie. Au lieu de continuer à patauger ne serait-il aussi judicieux de se tourner vers Madagascar ou bien prêter une oreille attention aux potentialités du terroir. Entre temps l’on annonce la reprise probable des cours en juin par simple mimétisme ou alors par certitude de ce que tout sera revenu au clair.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter