Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 27Article 598852

Infos Santé of Thursday, 27 May 2021

Source: Vision Économique n°094

Covid-19 : le Cameroun a perdu près de 15 milliards du fait de la surfacturation des tests

En 2020, le Cameroun a acquis un million 556 mille tests de dépistage du Covid-19 pour un coût de 25,806 milliards de FCFA. Mais, selon la synthèse du premier rapport d’audit de la Chambre des Comptes sur la gestion des fonds Covid (180 milliards de FCFA en 2020), ce matériel a été surfacturé de plus de 1,582 milliards de FCFA.

Au centre de la manœuvre : Mediline Medical Cameroon, entreprise présentée à l’opinion, le 4 Juin 2020, en présence du ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, comme la filiale de la firme sud-coréenne Mediline Medical Korea» et le fruit d’un partenariat entre le Cameroun et la Corée du sud». Elle a livré au ministère de la Santé publique (MINSANTE) 1,4 millions de tests (90%) contre 156 mille ( 10%) pour Medical Plus et SAT Pharma, deux entreprises locales.

Sauf que, les deux derniers prestataires livraient le test à 8371,9 FCFA (soit 1,306 milliard pour toute la commande) alors que Mediline Medical Cameroon, lui, facturait le test à 17500 FCFA (soit 24,5 milliards pour toute la commande). Les tests livrés par la filiale de la firme sud-coréenne sont de marque Standard Q Covid-19 Ag Test SD-Biosenjfor. Et selon la CDC, il coûtait 7084 FCFA.

La différence de 10415 FCFA entre le prix pratiqué par Mediline Medical Cameroon SA et celui fixé par le fabricant SD-Biosensor a entrainé pour le trésor public un coût d’opportunité de 14 581,884 800 FCFA. Autrement dit, l’État du Cameroun aurait pu réaliser une économie de 14 581884800 FCFA sur l’ensemble des marchés passés en 2020 avec Mediline Medical Cameroon SA, si la commande avait été directement adressée à SD-Biosensor, soutient la Chambre des comptes.



Tests portés disparus


En plus,« au quatrième trimestre 2020, le MINSANTE a continué d’acheter des tests de marque Standard Q Covid-19 Ag Test SD-Biosensor auprès de Mediline Medical Cameroon SA au prix unitaire de 17500 FCFA, alors qu’il est établi qu’à cette période, le MINSANTE aurait pu également les acquérir par le biais du Fonds mondial de lutte contre le VI U, la tuberculose et le paludisme au prix unitaire de 4,97 LSD, soit 2932,3 FCFA, ajoute la CDC, rendant encore plus suspect l’intérêt du Département Ministériel dirigé par Manaouda Malachie à transiger avec cette entreprise encore inconnue des Camerounais.

Par ailleurs, selon la juridiction des Comptes, sur les 1,4 millions de tests achetés, 610 mille manquent à l’inventaire, aucune information sur leur destination finale n’ayant été produite à la juridiction financière», lit-on dans la synthèse du rapport d’audit. Selon ce document, ce matériel a pourtant fait l’objet de la facture n° 004 : MHK 06-2020 du le 2 Juillet 2020 d’un montant de près de 6 milliards de FCFA, laissant soupçonner des marchés fictifs. Mais le gouvernement du Cameroun semble avoir agi en connaissance de cause.


Dans une note du ministère de l’É-conomie, de Planification et de l’A-ménagement du territoire (MI-NEPAT), datant du 2 Juin 2020, on apprend que, dans le cadre de la coopération avec la Corée du sud, le Cameroun était en tiain de commander trois millions de tests directement auprès de la société SD-Bio-sensor/Mediline. Ce qui suggère que SD-Biosensor et Mediline sont au moins liés et que le gouvernement connaissait SD-Biosensor. Il pouvait donc difficilement ignorer les prix pratiqués par ce fabricant.


Soupçons de conflit d’intérêts


Pour faire passer son dossier, Mediline Medical Cameroon, poussé par l’un de ses actionnaires, Moda Holding Hong Kong du milliardai-re camerounais Mohamadou Dabo, par ailleurs consul général de la Corée du sud au Cameroun, a bénéficié de soutiens au sommet du gouvernement. C’est le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, qui a autorisé, le 11 juin 2020, le Minsan-té à négocier avec cette entreprise pour l’acquisition de 3 millions de kits de tests.

Et le ministère du Commerce, que dirige Luc Magloi-re Mbarga Atangana, a validé le prix du test alors qu’il n’aurait pas dû, à cause du décalage abyssal entre les prix du marché et ceux proposés par l’entreprise, soutient la chambre des comptes. Mais pourquoi ces membres du gouvernement ont-ils agi de la sorte? La juridiction financière dit être incapable de répondre « les critères de sélection des prestataires et les conditions dans lesquelles les marchés spéciaux ont été passés, sont restés inconnus de la Chambre des comptes, ce qui traduit une certaine opacité, justifie-t-elle.


Néanmoins, la CDC ne cache pas ses soupçons. En hibernation depuis sa création, le 13 septembre 2017, Mediline Medical Cameroon SA a été réactivé pour les besoins de la cause, accuse la juridiction des comptes. Elle annonce d’ailleurs un rapport sur la propriété réelle et les éventuels conflits d’intérêts que suggère le privilège accordé à cette société. On devrait en savoir davantage à la suite des mémoires en défense des personnalités impliquées dans la gestion des fonds Covid.