Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 17Article 505870

Health News of Friday, 17 April 2020

Source: cameroonvoice.com

Covid-19 : l’invention camerounaise qui peut tout changer

Il y a quelques jours l’Agence universitaire pour l’innovation a présenté son nouveau projet de lutte contre le covid-19. Un portique de désinfection capable d’exécuter automatiquement les mesures barrières de lavage des mains avec de l’eau et du savon et la désinfection des vêtements, prescrites par le gouvernement Camerounais.


Face à la pression sanitaire liée à la crise du nouveau coronavirus, les ingénieurs de l’Agence universitaire pour l’innovation ont pensé à d’éventuelles solutions pour riposter contre le covid-19. L’équipe conduite par Serges Armel Ndidjou, a élaboré un projet révolutionnaire en cette période de crise sanitaire qui affecte le monde et, le Cameroun en particulier. Les portiques de désinfection apparaissent alors comme une solution à la crise liée au covid-19. Il y a quelques jours de cela, l’Agence universitaire pour l’innovation (AUI) basée à Bafoussam dans la région de l’ouest au Cameroun, a pensé à la mise au point d’un portique de désinfection, un projet qui a suscité beaucoup d’admiration.


t
L’agence spécialisée dans la fabrication des machines, a élaboré grâce à menuiserie métallique un portique ayant la forme d’un vestibule présentant un couloir qui permet aux personnes de passer et d’y ressortir désinfectées. Le portique de désinfection a une dimension électronique qui rend ce projet encore plus important. Un système électronique permet d’éviter le contact physique avec un quelconque bouton, les fonctionnalités du portique s’activent automatiquement.

De surcroit, le même système électronique permet la détection automatique des usagers, une lumière verte signale la présence de chaleur humaine, et permet aussi l’ouverture des jets d’eau pour le lavage des mains. « À l’approche d’une personne le portique signale et s’allume instantanément, il s’engage la propagation d’un spray désinfectant pendant 15 à 20 secondes. Puis, à la sortie du portique, le jet d’eau s’active automatiquement pour laver les mains », a expliqué Serges Armel Ndidjou, manager de l’AUI.

Face à la situation de crise sanitaire que subi le monde, le lavage des mains et la désinfection sont devenus des étapes incontournables de la lutte contre le Covid-19. La mise sur pied d’un portique de désinfection s’inscrit alors dans les projets salvateurs et protecteurs contre ce nouveau coronavirus. « On s’est demandé ce qu’on pouvait faire pour faciliter cette pratique de désinfection, on a alors pensé à créer ce portique pour que la désinfection soit plus rapide et désormais automatique », a ajouté le promoteur de l’Agence en charge de la fabrication du portique. C’est dans l’optique favoriser une meilleure observation de ces mesures barrières qu’est né le premier portique de désinfection d’Afrique centrale.


Une solution certes, pour répondre aux besoins de toutes les structures où le covid-19 exige aux usagers de se désinfecter de façon manuelle à l’entrée. Toutefois, le constat a été fait, la prise en charge de certains malades de covid-19 – en cas de complication – a souvent nécessité une assistance respiratoire. Tout comme, à travers le monde les pays se sont engagés dans une course aux respirateurs artificiels. Loin d’être réussi, les ingénieurs de l’Agence universitaire de l’innovation ne manquent pas de tact et ont commencé l’élaboration d’un assistant respiratoire, bien que les normes internationales ne soient pas scrupuleusement respectées.

«Nous avons pensé à réaliser un assistant respiratoire, qui même si ne respecte pas les normes internationales, peut tout de même sauver une vie », a reconnu le chef de ce projet. Il s’agit d’un modèle de ventilateur qui permet de réguler certains éléments fondamentalement basiques d’un assistant respiratoire, comme la fréquence, le volume d’air, la vitesse et en même temps permet le suivi des paramètres du patient. « En cette période de confinement, il est difficile de travailler normalement, on se limite à travailler rapidement et avec le matériel le plus proche de nous », a confié Serges Armel Ndidjou.

Le gouvernement Camerounais n’a toujours pas répondu favorablement à ce projet, porté dans les locaux du ministère de la Santé publique le lundi 13 avril 2020 pour y subir des tests supplémentaire, le portique n’a pas encore reçu un accord favorable de la part du gouvernement pour lancer la production de ce nouveau portique, relativement onéreux. Néanmoins, le manager compte sur la collaboration de certains camerounais pour lancer d’ici peu de temps la production à grande échelle du portique de désinfection. Car « nous espérons mettre en route d’ici 10 jours, une production de 1.000 portiques désinfectants à un rythme de 100 par semaine », a déclaré le chef de ce projet, Serges Armel Ndidjou.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter