Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 16Article 580219

General News of Tuesday, 16 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Covid-19: Kah Walla contaminée

Kah Walla ne va pas bien. L’opposante camerounaise a été déclarée positive au Covid-19. Elle présente de légers symptômes de la maladie mais tient à rassurer ses militants et sympathisants. La présidente du parti politique CPP invite tous ceux qui ont été en contact ave elle ces derniers jours à se faire tester.


« Malheureusement, mon test COVID-19 est revenu positif hier. J'ai des symptômes légers et je suis le traitement en quarantaine. Si vous avez été en contact avec moi au cours des 3 dernières semaines, même si j'avais mon masque et que j'étais distancé, -Faites un test Covid-19 même si vous en avez fait récemment -Informez toute autre personne que vous connaissez qui était présentes -Observer les symptômes et consulter immédiatement votre médecin si vous êtes même légèrement suspicieux. Comme vous le savez, la détection précoce des symptômes de Covid-19 est la clé d'un rétablissement efficace. J'espère sincèrement que vous êtes en bonne santé. N'hésitez pas à entrer en contact si vous avez des questions », a-t-elle publié sur son compte Twitter.

Toujours au front pour lutter pour plus de justice et d’égalité au Cameroun, Kah Walla avait invité les femmes à s’habiller en noir le 08 mars dernier.
La 36ème édition de journée internationale des droits de la femme se célèbre ce lundi 8 mars 2021. Compte tenu de la résurgence de la pandémie du coronavirus, le traditionnel défilé du 8 mars a été annulé cette année. Au lieu de porter le pagne du 8 mars ce jour, la plateforme «Stand Up for Cameroon» appelle les femmes à se vêtir en noir.

Et pour cause, le climat sociopolitique et sécuritaire qui prévaut au Cameroun depuis bientôt cinq ans est la principale : «La crise anglophone a de nombreuses conséquences sur les femmes. Les femmes et les enfants sont les plus touchées par cette guerre. Nous perdons nos maris, nos enfants, nos frères et sœurs. Nous sommes violées, tuées», a expliqué Edith Kah Walla au cours d’une conférence de presse donnée le 5 mars 2021 à au siège du Cameroon people’s party (CPP). Une conférence de presse que notre confrère de Mutations rapporte dans son édition du 8 mars 2021.

Aussi présentes à cette rencontre avec la presse, Me Michèle Ndoki, vice-présidente du MRC, et Me Alice Nkom. Des femmes leaders qui ont réitéré le mot d’ordre lancé le 8 mars 2020, pour plusieurs raisons.

« Rejoignez-nous »

«Un an plus tard, nous sommes obligées de faire à nouveau appel à vous. Nous ne parlons plus seulement de Ngarbuh aujourd’hui. Nous parlons de Kumba, Nguetchewe, Darak, Mautu, Ebam et Nwa. Les tueries n’ont pas cessé. La vie n’est pas revenue à la normale. La sécurité n’est pas revenue. Les écoles n’ont pas rouvert», explique Me Nkom. L’avocate et activiste ajoute que «même dans les grandes villes (Douala, Yaoundé, Bafoussam), la population vit sous la menace de violents gangs urbains».

«Rejoignez-nous le 8 mars en noir pour exprimer votre mécontentement face aux conflits en cours au Cameroun et à la vie quotidienne de notre pays; soutenez les personnes déplacées et les réfugiés par le biais d’une organisation proche de vous; rejoignez-nous afin que nous planifions une action non violente par les femmes», a lancé pour sa part Me Michèle Ndoki.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter