Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 28Article 508489

General News of Tuesday, 28 April 2020

Source: coupsfrancs.com

Covid-19: 15 couples tabassés nus dans un hôtel par des policiers

Des militaires gabonais ont récemment fouetté 15 couples débusqués dans un motel pour fréquentation d’un milieu interdit durant cette période de confinement. Les pauvres étaient en manque de sexe et voulaient essayer de se soulager avec ce confinement.
Selon le récit d’un des couples qui a subi cette bastonnade, les militaires ont fait irruption dans le motel où plusieurs amoureux s’y sont discrètement introduits pour partager des moments de plaisir, avec ou sans capote, on ne le saura jamais. La scène a eu lieu dans un motel du quartier Ozangué dans le 5ème arrondissement de Libreville.

Agissant au nom de la loi et ce malgré les gémissements dans certaines chambres du motel, les militaires, menaçant avec des armes à feu, ont sommé tous les occupants du baisodrome de sortir des chambres. Il y avait au total 15 couples sortis manu militari des chambres, les uns en sueur, les autres en tenue de chambre caleçons ou strings etc….
Après avoir rassemblé tout le monde à la réception, les militaires, ont fait deux propositions curieuses à ces adeptes de cupidon:
– Première proposition pour les humilier : chaque homme surpris dans ce motel devait appeler sa femme pour venir le récupérer. Les femmes aussi devaient appeler soit un mari ou un frère venir les sortir du bourbier.
– Seconde proposition : accepter 20 coups de fouet pour chaque homme et 10 coups de fouet pour chaque femme. Tout ça pour les humilier? Pourquoi autant de désordre ? C’était quoi le délire ? Ces militaires n’ont-ils pas aussi des maîtresses ? Et quand ils sont dans leurs ébats sexuels qui les dérangent ?

Dans le lot des 15 couples pris en flagrant délit de violation des mesures de confinement, plus de la moitié d’hommes portaient une alliance de mariage. Est-ce nouveau dans notre pays ? Même en France les hommes mariés fréquentent le bois de Vincennes et le bois de Boulogne. Où est la nouveauté ? Silence total. Tout le monde s’est regardé. Le dilemme est trop fort.
Finalement, le choix a été clair. Les 15 couples ont unanimement choisi d’être fouettés. Comme sur un champ de bataille, le chef du peloton a ordonné l’ouverture du « feu ». Les militaires, dans la brutalité qui est leur marque déposée, se sont donnés à cœur joie. Le motel où ils sont venus soulager leur libido n’était plus une partie de plaisir, mais de supplice.
Voilà les conséquences des décisions stupides d’un gouvernement qui a décidé de donner tous les droits aux forces de l’ordre sans moralité et sans scrupule. Vous assumerez vos décisions bêtes dans ce pays un jour. Continuez seulement !
Scène pour le moins insolite : Un des hommes, par amour , s’est livré en sacrifice, priant le fouetteur de lui appliquer également les 10 coups prévus pour sa dulcinée. Se sentant défié, le militaire a durci la frappe. Au bout de 5 premiers coups de fouets, il a commencé à hurler et à pleurer.
Voilà le traitement réservé à des pères de famille et parfois des cadres des sociétés ou l’administration publique et privée, au lieu de leur infliger des amendes ou de les traduire en justice. Juste une question: si dans le lot il y aurait un officier supérieur de l’armée auraient-ils agi ainsi ?
« Supporte chérie, je suis là », consolait la petite. La frappe étant tellement pénible et violente que le petit téméraire a ordonné à son bourreau de terminer le reste sur la demoiselle. Le gérant du Motel aurait, quant à lui, été conduit dans un commissariat.

Pourquoi fouetter les 15 couples surpris dans les chambres en plein confinement alors qu’il y avait d’autres punitions ? Les militaires n’ont pas le droit de porter atteinte à l’intégrité physique d’autrui. C’est interdit par la loi. Finalement nous sommes dans quel pays ? Où ont-ils entendu que des pères et mères de familles se sont fait fouetter dans un hôtel ? Veulent-ils introduire leur loi Islamique des Marocains maintenant au Gabon?
Pourquoi quand Nouredine Mohamed et ses amis vont s’envoyer en l’air les week-ends à la pointe Dénis au large de Libreville on ne les fouette jamais ? Qui ne sait pas ça dans ce Gabon ?

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter