Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 09Article 617824

Africa News of Thursday, 9 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Coup d'Etat en Guinée: révélations de JEUNE AFRIQUE sur l'arrestation d'Alpha Condé

L’attaque du palais a été menée par 500 hommes du Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya L’attaque du palais a été menée par 500 hommes du Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya

• Le coup d'Etat a eu lieu ce dimanche 05 septembre 2021

• L’attaque du palais a été menée par 500 hommes du Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya

• Une vingtaine de gardes présidentiels sont tués


L’arrestation du désormais ex président guinéen Alpha Condé a suscité des réactions sur sa sécurité.

En effet, selon les confidence du journal « JEUNE AFRIQUE », le palais présidentiel de Sékhoutouréya, sur la presqu’île de Kaloum, à Conakry où résidait Alpha Condé, était en principe entouré par un triple cordon de sécurité tenu par des éléments du Bataillon autonome de sécurité présidentiel (BASP), basés au camp Makambo, dans le quartier Boulbinet. Malgré ce dispositif, le général français Bruno Clément-Bollée, qui a beaucoup œuvré à la restructuration de l’armée guinéenne demandée par Alpha Condé, estime que Sékhoutouréya était « l’un des palais les plus mal gardés d’Afrique de l’Ouest ».

L’ATTAQUE DU PALAIS PAR 500 HOMMES DU LIEUTENANT-COLONEL MAMADY DOUMBOUYA

C’est un immense convoi de plus de 50 camions et pick-up armés de mitrailleuses 12,7 mm qui s’est dirigé vers le palais présidentiel en provenance de la base de Kaleya à Forécariah, en Basse-Guinée, à 85 km de là.

Mené par le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, la colonne a pris la direction de Kaloum. « Il a engagé dans l’aventure la quasi-totalité du Groupement des forces spéciales (GFS), soit 500 hommes environ, dont une partie, lourdement armée, prend position devant le camp Makambo pour bloquer toute sortie des renforts de la Garde présidentielle, tandis que l’autre, dont l’unité spéciale 8602 entraînée par les Français et les Israéliens, se dirige sur Sékhoutouréya avec l’appui-feu d’un blindé et de plusieurs mortiers», confie le journal.

A leur arrivée, le président Alpha Condé dormait encore. C’est ainsi qu’il a été réveillé par le lieutenant-colonel Mamadou Alpha Kaloko, chef de corps du BASP, qui, selon JEUNE AFRIQUE, s’est précipité à Sékhoutouréya avec une poignée d’hommes dès les premiers coups de feu. Il vient le trouver pour l’informer de la situation. Trop tard ! Il sera aussitôt capturé après un bref combat qui a coûté la vie à une vingtaine de gardes présidentiels "dont le colonel Yemoiba Camara, commandant de la protection rapprochée du chef de l’État, ainsi qu’au moins deux membres du GFS».

ARRESTATION DE CONDE

Tout est allé tellement vite. Le commando a immédiatement mis la main sur le chef de l’Etat guinéen en lui passant les menottes après l’avoir menacé. « Si vous bougez, on tire ! », ont scandé les militaires avant de le faire descendre dans un salon du rez-de-chaussée où ils le filment et le photographient.

S’en est suivi une fouille minutieuse du palais par les éléments du Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya qui n’ont laissé trainer aucune mallette remplie d’argent
« L’espace de quelques heures, ce dimanche 5 septembre, le ministre de la Défense, Mohamed Diané, un très proche d’Alpha Condé, a cru en la possibilité d’une contre-attaque et d’une reprise du pouvoir grâce aux régiments – présumés fidèles – de l’armée de terre, des parachutistes et de la gendarmerie. Mais l’arrestation du président et la diffusion immédiate des images sur les réseaux sociaux, stratégie 3.0 manifestement réfléchie à l’avance, a pris de court et comme tétanisé la haute hiérarchie militaire. L’un après l’autre, les camps de Conakry puis de l’intérieur du pays se sont ralliés au coup d’État – et cela avec d’autant plus de facilité que Mamady Doumbouya est un Malinké de Kankan, de la même ethnie que le président, que son ministre de la Défense et que la plupart des hauts gradés de l’armée. La ligne de clivage communautaire n’a donc joué aucun rôle. », rapporte le journal.

Rejoignez notre newsletter!