Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 04Article 532114

General News of Tuesday, 4 August 2020

Source: dailynewscameroon.com

Corruption, tensions à l'ART : Mutations fait de nouvelles révélations

L’annexe qui accompagne la lettre adressée au directeur général de l’Art permet de constater que le recrutement de personnels au sein de cette structure n’est pas le seul point qui fait problème aux yeux de la ministre des Postes et Télécommunications. Ce document révèle que d’autres résolutions prises par les administrateurs ne peuvent être appliquées pour diverses raisons. Ainsi, concernant la 49e session extraordinaire du conseil d’administration tenue le 27 mai dernier, six résolutions portent la mention « Réserve » et sont conditionnées à l’avis de la tutelle financière qui n’est autre que le ministère des Finances.

La résolution « autorisant le directeur général de l’Art à réformer certains matériels et mobiliers de l’Agence » est validée « sous réserve de l’application des règles de procédures prévues par la réglementation en vigueur ». Par ailleurs, une autre « fixant l’indemnité forfaitaire des séances de travail du conseil d’administration de l’Art est non validée par la Minpostel pour « absence de base juridique ».

Pour ce qui est de la 46e session ordinaire du Conseil d’administration du 30 juin dernier, six résolutions sont invalidées par la Minpostel pour diverses raisons. Dans ce sens, l’on note celle « portant création du comité ad hoc chargé de la préparation du projet du plan stratégique de développement 2021-2025 ». La tutelle technique estime qu’il s’agit là d’une « immixtion du Conseil d’administration dans la gestion opérationnelle de l’Agence ». Les autres invalidations portent sur la création de comités ad hoc destinés à la réalisation de tâches qui sont du ressort des services de l’Art ou qui ont déjà été évacuées par la loi. Une dernière résolution est suspendue à la réaction de la tutelle financière.

Les motifs de rejet invoqués par Minette Libom Li Likeng surprennent beaucoup. Les instances dirigeantes semblent ignorer ou alors ont une faible connaissance des textes qui encadrent le fonctionnement d’un établissement public administratif globalement, et de l’Art particulièrement. Une insuffisance qui se caractérise par des problèmes de gouvernance qui plombent la bonne marche de l’Agence dans l’accomplissement de ses missions.

A titre d’illustration, plus de la moitié du personnel actuel est étrangère aux missions principales de la structure, selon une source proche du dossier. Minette Libom Li Likeng le rappelle d’ailleurs en filigrane dans les motifs conduisant à la suspension des récents recrutements. Pour elle, il s’agit d’un processus qui n’a pas tenu compte des besoins réels en ressources humaines permettant à l’Art d’atteindre les objectifs qui lui sont assignés en matière de régulation des télécommunications.

40 personnes sont concernées par la dernière invalidation de recrutement. Parmi elles, l’on retrouve de curieux profils tels que des magistrats. Un corps spécial dont le recrutement nécessite une autorisation. D’après nos informations, afin de régler le problème d’incompatibilité de profils, la Minpostel aurait proposé au Premier ministre un plan de réorganisation des effectifs au sein de l’Art.

Du reste, suite à la non-validation de la dernière opération d’embauche, le Dg et la présidente du Conseil d’administration doivent définir le processus du nouveau recrutement en prenant soin cette fois-ci de respecter les profils compatibles avec les missions de l’agence. Le moyen le plus à même d’assurer la transparence qui n’a que peu existé jusqu’ici est le recours à un appel à candidatures assorti de tests de recrutement.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter