Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 06Article 510532

General News of Wednesday, 6 May 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Coronavirus: voici tout ce que cachent Paul Biya, Dion Ngute et Malachie Manaouda aux camerounais


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le gouvernement camerounais ment et la tromperie sur la pandémie COVID-19 continue de prospérer à la radio et à la télévision d'État (CRTV) alors que des centaines de personnes meurent. Un document secret du gouverneur de la région du Littoral plaidant pour que Yaoundé mette à disposition 100 cercueils pour enterrer les corps abandonnés des personnes tuées par le virus a largement contredit les derniers chiffres publiés par le ministre de la Santé publique qui prétend que la nation n'a enregistré que 60 décès sur l'ensemble du territoire national.

Le correspondant du Cameroon Intelligence Report à Douala a rapporté hier soir que les vrais chiffres étaient 80 fois plus élevés que ceux cités par l'administration Biya. Un médecin de Yaoundé qui nous a parlé au moment du dépôt de ce rapport a fait éclater la vérité. Il a observé que "toutes les heures à Douala et à Yaoundé, 100 personnes contractent le COVID-19 et toutes les 20 minutes, une personne perd la vie à cause du virus".

Face à une crise sanitaire majeure que le régime despotique était mal équipé pour combattre, le président Biya, âgé de 86 ans, a disparu de la scène politique et son soi-disant Premier ministre et chef du gouvernement ; le Dr Dion Ngute a eu recours de manière caractéristique à blâmer la crise dans le sud du Cameroun, plutôt que l'incompétence manifeste de Biya lui-même.

Le virus a été détecté pour la première fois dans un vol d'Air France qui a transporté le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Djibril, de Paris à Yaoundé. Un autre avion de ligne d'Air France aurait transporté des centaines de personnes avec le virus de Paris à Douala. Les citoyens français en visite et les membres de la diaspora francophone ont presque certainement apporté l'infection au Cameroun.

Le gouvernement de Yaoundé a organisé une nouvelle série d'élections législatives dans le sud du Cameroun et cette décision scandaleuse a rapidement propagé le virus dans toute la zone nord de l'Ambazonie. Aujourd'hui, le véritable niveau de contagion au Cameroun a catapulté le pays en tête de liste des nations les plus touchées d'Afrique.

En réponse à la crise du coronavirus, l'OMS a plutôt expédié 14 véhicules de luxe au régime francophone de Beti Ewondo, tandis que le gouvernement suisse a fait un don de 3 milliards de FCFA. Mais un fonctionnaire du ministère camerounais de la santé a déclaré à notre reporter infiltré à Yaoundé que les véhicules et l'argent de la Suisse ont tous été remis à l'armée pour la guerre dans le sud du Cameroun.

La pandémie balaie maintenant le Cameroun, submergeant les hôpitaux et entraînant une augmentation du nombre de décès. Le BIR (bataillon d'intervention rapide), l'armée dominée par les francophones, la gendarmerie et la police ont détourné la quasi-totalité des masques faciaux, des désinfectants, des vêtements de protection et autres fournitures médicales essentielles disponibles, pour leur usage personnel et celui des barons du régime RDPC et de leurs familles, laissant les médecins et les infirmières du Cameroun avec peu ou pas de moyens pour se protéger ou soigner le public.

Les rapports en provenance de Douala, plaque tournante de l'épidémie de coronavirus au Cameroun, montrent que 20 à 40 personnes meurent chaque jour du COVID-19 et que les morgues ne peuvent plus faire face au nombre de cadavres abandonnés.

Malgré la nécessité d'une distanciation sociale, le président Biya a récemment levé l'interdiction des bars et des débits de boissons, sapant ainsi les dispositions de verrouillage du ministère de la santé du pays et exposant l'inaptitude totale du gouvernement à faire face à la crise.

La guérison de l'archevêque Samuel Kleda

Le niveau d'indignation et de confusion est tel que les Camerounais affluent dans l'archidiocèse catholique romain de Douala, où l'archevêque Samuel Kleda affirme avoir trouvé un remède à base de plantes pour COVID-19.

Le 25 avril, Mgr Kleda a déclaré aux médias d'État de la CRTV qu'il avait traité plusieurs dizaines de personnes, dont huit membres du personnel médical, pour des affections affectant leur système respiratoire, tout comme le fait le coronavirus.

Kleda, s'exprimant via une application de messagerie de Douala, a déclaré qu'il pouvait confirmer que ses 30 ans d'expérience dans la recherche sur les plantes médicinales, en particulier sur les traitements à base de plantes, lui avaient permis de trouver un remède pour COVID-19.

Il s'est dit très heureux car tous ceux qui avaient pris le remède à base de plantes ont été guéris de COVID-19. Il a ajouté que son but en tant que serviteur de Dieu était d'aider les pauvres et les personnes souffrantes, et c'est pourquoi il a donné gratuitement ce remède, qu'il a nommé Huiles Essentielles.

La semaine dernière, le gouvernement camerounais a envoyé une équipe de chercheurs et de médecins pour déterminer la validité du remède revendiqué par Kleda. La ministre de la santé publique, Malachie Manaouda, a déclaré que le soutien du gouvernement serait déterminé par le résultat de l'enquête. Il a déclaré que si Kleda s'avérait exact, le gouvernement le rendrait plus largement disponible pour les patients du COVID-19.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter