Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 07Article 503875

General News of Tuesday, 7 April 2020

Source: Cameroon Info

Coronavirus: un médécin camerounais s'oppose avec véhémence au Pr Didier Raoult

Le scientifique Africain estime que la décision des autorités sanitaires de la retenir est politique. Il exige une étude normale comparative de ce traitement du coronavirus.

Le traitement du COVID-19 proposé par le professeur Didier Raoult n'est pas approuvé par nombre de spécialistes en France. Cette association de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine, les deux molécules données aux patients soignés par l'éminent microbiologiste français est considérée avec beaucoup de réserve. Parmi les sceptiques il y a le cardiologue camerounais Aimé Bonny. L’enseignant de l’université de Douala a donné depuis Paris le 2 avril 2020 son avis sur Equinoxe télévision. « J’aimerais bien que le professeur Didier Raoult ait raison, qu’il ait le Prix Nobel de médecine parce qu’il aura sauvé la planète. Comme je l’ai dit dans mon blog sur Mediapart, personne ne veut que le monde soit décimé. Je voudrais que les Camerounais comprennent. Qu’ils se disent qu’il n’ y a pas de gens qui veulent que nous mourons tous et d’autres qui veulent sauver. Nous tous nous voulons sauver. Mais simplement nous avons un raisonnement scientifique », a réagi l’invité du programme Equinoxe Soir.

Le professeur Bonny explique que le raisonnement scientifique est d’autant plus important qu’il a permis l’évolution du monde, la réduction du taux de mortalité globale, l’augmentation de l’espérance de vie des populations. Pour lui, « on soigne mieux aujourd’hui parce qu’on a trouvé des modèles mathématiques, statistiques pour démontrer que telle thérapeutique est importante ou alors elle n’est pas importante ». L’universitaire africain indique que Didier Raoult n’a pas convaincu même les plus éminents scientifiques de France. « Le professeur Raoult essaie de nous dire « comme je m’appelle le professeur Raoult, un éminent scientifique, j’ai plus de 1800 publications. Donc ce que je dis, vous prenez ça pour argent comptant ». La science n’est pas la religion. A l’opposé, j’ai envie de vous dire que dans le comité scientifique français qui conseille Macron par exemple il y a quand même des gens qui au minimum ont la même carrure que le professeur Raoult et même davantage. N’oubliez pas que Madame Barré-Sinoussi Prix Nobel de Médecine pour avoir découvert le SIDA fait partie de cette commission et elle n’est pas pour cette approche de Raoult qui consiste à dire que ça marche sans avoir fait une étude normale comparative. C’est pour cette raison que moi aussi je dis qu’il ne nous a pas convaincus », dit Aimé Bonny.

D’après lui « une lecture très stricte » de la décision du gouvernement français d’autoriser le protocole du Professeur Raoult montre que cette décision « est aussi politique ». Il explique alors que sur les réseaux sociaux, les statistiques montrent que plus de 80% des intervenants « veulent ce que Raoult propose ». Le médecin camerounais précise cependant que le « gouvernement français a encadré ces prescriptions en attendant des études ». Il promet des résultats cette semaine mais souhaite que le protocole de soins qui fait polémique ne soit pas appliqué à toutes les catégories de patients. « En attendant, ne donnons pas ça à tout le monde. Donnons à des gens qui sont effectivement assez graves. Parce que ceux-là de toute façon il n’y a peut-être pas grand-chose à perdre et c’est fait dans un environnement qui est sécurisé ».

Aimé Bonny juge le traitement « potentiellement dangereux pour plusieurs organes dont le cœur ». Il parle de complications potentielles , du passage de l’effet thérapeutique à l’effet toxique. « Lui, il nous donne des doses qu’on ne connaissait pas avant. Non seulement il nous demande de doubler la dise mais il nous demande de l’associer à un autre médicament l’axithromicyne qui a les mêmes effets secondaires ». Il ajoute que si des patients guérissent spontanément c’est par l’effet placébo. Avec ou sans la chloroquine que promeut Didier Raoult. Il explique que le Maroc qui a adopté le traitement à la chloroquine ne connaît pas une baisse de la mortalité due au COVID-19.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter