Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 08Article 511135

General News of Friday, 8 May 2020

Source: datacameroon.com

Coronavirus: plus de 47 millions de grossesses indésirées à venir


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Dans une étude, le Fonds des Nations Unies pour la population indique que plus de 47 millions de femmes pourraient perdre l’accès à la contraception dans 114 pays à faible et moyen revenu et risquent par conséquent, des grossesses non désirées si le confinement se poursuit pendant 6 mois.

L’un des impacts de la pandémie du Covid-19 sur les femmes et jeunes filles dans le monde, serait les grossesses non désirées. C’est du moins ce que craint le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). Cette agence onusienne estime d’ailleurs dans un communiqué publié le mardi 28 avril 2020, à près de 7 millions de grossesses non désirées dans le prochain mois. Ceci à cause du difficile accès des femmes aux méthodes contraceptifs dans les pays à faible et moyens revenus.

« Ces nouvelles données nous montrent les répercussions désastreuses que la COVID-19 pourrait avoir à court terme sur les femmes et les filles dans le monde. La pandémie creuse les inégalités et des millions d’autres femmes et de filles risquent à présent de ne plus pouvoir effectuer de planning familial et ainsi de protéger leur corps et leur santé. La santé et les droits des femmes en matière de reproduction doivent être protégés à tout prix. Les services doivent continuer, les produits doivent être disponibles et les personnes vulnérables doivent être protégées et soutenues », soutient Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA.

Alors que la pandémie de COVID-19 continue sa progression exponentielle, souligne l’UNFPA, le nombre de femmes qui n’ont plus accès aux services de planification familiale, qui sont confrontées à des grossesses non désirées, et susceptibles d’être victimes de violence basée sur le genre et d’autres pratiques néfastes pourrait augmenter par millions dans les mois à venir.

Selon les données de cette agence des Nations Unies en charge de la santé sexuelle et reproductive, dans 114 pays à revenu faible et intermédiaire, 47 millions de femmes seraient dans l’impossibilité d’accéder à des méthodes de contraception modernes. Une situation qui pourra entrainer près de 7 millions de grossesses non désirées si les mesures de confinement se prolongent pendant 6 mois avec des interruptions significatives des services de santé. « À chaque période de confinement qui se prolonge de 3 mois, ce sont jusqu’à 2 millions de femmes supplémentaires qui pourraient ne pas avoir accès aux méthodes de contraception modernes », craint cette organisation.

Si le confinement se poursuit pendant au moins 6 mois, on pourrait recenser, révèle cette étude, 31 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre. À chaque période de confinement qui se prolonge de 3 mois, on pourrait dénombrer 15 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre. En raison de l’interruption des programmes de prévention des mutilations génitales féminines pour lutter contre la COVID-19, on pourrait recenser 2 millions de cas de mutilations génitales féminines évitables dans la prochaine décennie. « La COVID-19 va interrompre les efforts déployés pour éliminer le mariage des enfants, ce qui pourrait entraîner 13 millions de mariages précoces supplémentaires évitables entre 2020 et 2030 », déplore cette organisation.

Pour limiter ces risques auxquels sont exposées les femmes et jeunes filles, l’UNFPA travaille avec les gouvernements et ses partenaires pour donner la priorité aux besoins des femmes et des filles en âge de procréer et pour agir immédiatement pendant cette difficile situation d’urgence sanitaire publique. Les priorités sont concentrées sur le renforcement des systèmes de santé, l’approvisionnement des fournitures essentielles pour protéger le personnel soignant, l’accès aux services en matière de santé sexuelle et reproductive et de violence basée sur le genre et la promotion de la communication sur les risques en favorisant l’engagement communautaire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter