Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 21Article 528973

Health News of Tuesday, 21 July 2020

Source: 237online.com

Coronavirus: nouvelle vague de contaminations à Bafoussam


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Plus de 1200 personnes pourraient être contaminées. Le gouverneur de la région de l’Ouest et le maire de la v ille de Bafoussam indexent l’incivisme des populations.

La ville de Bafoussam se hisse au premier rang des villes connaissant une croissance des cas de contaminations au Coronavirus dans la région de l’Ouest. Les estimations rendues publique par le maire de la ville de Bafoussam, Roger Tafam indiquent que le chef-lieu de la région connait plus de 400 cas de contaminations confirmés à date. Une réalité qui classe la ville de Bafoussam parmi les cités camerounaise les plus atteintes par le virus. Dans la région de l’Ouest, le département de la Mifi est suivi par ceux du Noun avec près de 250 cas et celui de la Menoua avec 108 cas confirmés. De même que les autorités médicales soulignent que ces chiffres pourraient être multipliés par trois ou quatre en cas de dépistages massifs, dans le cas de la ville de Bafoussam. Les professionnels de la santé dénoncent par ailleurs la multiplication des offres de guérison informelles dans la région.

La courbe croissante des contaminations et des décès observés dans la ville de Bafoussam et dans la région de l’Ouest est conséquence du non respect des mesures barrières prescrites par le gouvernement et les autorités locales. Surtout, explique le maire de la ville de Bafoussam «les comportements peu recommandables de certains de nos concitoyens ont favorisé la résurgence de la crise sanitaire.» Des raisons pour le maire de la ville de Bafoussam ainsi que les trois maires de commune de relancer la campagne de riposte contre la propagation du Coronavirus dans le département de la Mifi.
Mais tout n’est pas aussi simple. Entre l’absence de moyens financiers et l’attitude des populations et certains commis en charge de l’application des mesures édictées, le combat est loin d’être gagné.



C’est que, dans la région de l’Ouest et le département de la Mifi, la mesure relative à la limitation des présences dans les lieux de deuil et de funérailles demeure inopérante. Pis, des dépouilles déclarées morte de Covid-19 sont nuitamment introduites dans le département et enterrées sans respect des mesures sanitaires recommandées. Dans le même temps, tontines, réunions de famille, regroupement dans les points de vente de boissons et surcharges dans les véhicules de transport en commun sont la norme dans la ville. Des réalités qui accentuent la courbe montante que connaissent la ville de Bafoussam et l’ensemble de la région de l’Ouest.

Vu sous ce prisme, les postures de certains représentants des forces de l’ordre ainsi que des autorités traditionnels et administratives suscitent souvent quelques curiosités. En effet, tout se passe comme si les messages officiels, visant à sensibiliser à la réalité du coronavirus sont destinés à un public dont ces acteurs sociaux ne font pas partie. Sur les postes de contrôle routier, policiers et gendarmes accordent peu d’importance aux surcharges dans les véhicules. Du coup, les passagers font du port du masque une mesure facultative. De même que certains, parmi les plus vulnérables n’abhorrent pas souvent des cache-nez lors de ces opérations. Dans les deuils, funérailles et autres réunions concentrant souvent des centaines de personnes, les représentants de l’autorité administrative et traditionnelle se fondent souvent dans la masse, ignorant le respect des mesures édictées par eux-mêmes. Des réalités souvent observées dans les locaux administratifs. Idem des lieux de culte qui prospèrent de nouveau et les espaces marchands où la distanciation physique reste une vue de l’esprit.

Menaces de grèves

Qu’est-ce qui explique que l’absence d’application des mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie dans la ville de Bafoussam et la région de l’Ouest dans son ensemble ? Au cours du point de presse de lancement de l’actuel campagne de riposte contre la propagation du Coronavirus qui s’est tenue le 16 juillet 2020, dans la salle des actes de la Communauté urbaine de Bafoussam, le maire de la ville et le gouverneur de la région de l’Ouest ont invoqué l’incivisme des populations mais aussi les menaces de trouble à l’ordre public brandis par certaines composantes sociales en cas d’application stricte des mesures de lutte prescrites par le gouvernement et les autorités locales.

Simple effet d’annonce ou détermination réelle des autorités à faire respecter les mesures de lutte contre la propagation du virus qui connait une évolution fulgurante dans la ville de Bafoussam et la région de l’Ouest ? Au terme de la rencontre, le maire de la ville et le gouverneur de la région de l’Ouest ont appelé les populations au respect des mesures pour enrayer la spirale de contamination qui se poursuit. Dans le même temps, des mesures dissuasives sont invoquées à l’encontre des contrevenants.

Les mesures envisagées par les responsables locaux butent néanmoins sur le fait que pour le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine «On ne peut pas sortir les policiers pour engager les gens au respect des mesures barrière.» De même que le maire de la ville, Roger Tafam indique que «des actions ont été menées mais nous sommes confrontés à des menaces de grève et de soulèvements sociaux chaque fois que nous voulons dissuader les populations à respecter les mesures de prévention.»

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter