Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 17Article 563120

Politique of Thursday, 17 December 2020

Source: 24cameroun.com

Contentieux post-électoral: Estelle Mveng traine René Désiré Effa au tribunal administratif

Le chef traditionnel de Nkol-Amougou accuse le président du forum des chefs traditionnels du Sud d’exclusion des minorités sur sa liste, de soumission à une personne ayant autorité étatique en outre de la violation de la loi électorale.

La requête aux fins d’annulation partielle des opérations électorales dans la circonscription de la Mvila a été déposée le 11 décembre 2020 par sa majesté Estelle Victorine Mveng Amougou, candidate à l’élection du 06 décembre 2020 des conseillers régionaux du Sud dans la circonscription de la Mvila. Dans son recours en annulation, sa majesté Estelle Mveng dénonce entre autres, l’exclusion des minorités à une liste concurrente, ou la soumission d’un candidat à une personne ayant autorité étatique outre de la violation de la loi électorale et des fraudes.

Le chef de Nkol-Amougou expose, «qu’il est constant et frustratoire que la liste de candidature portée par sa majesté René Désiré Effa s’est évincée de la norme édictée dans la loi no 2012/001 du 19 avril 2012 portant code électoral. De plus, les candidats de laquelle liste se sont laissés inféodés par dépendance à une autorité publique républicaine, ce en plus de fraude observée aux suffrages exprimés. Qu’il s’agit d’éléments suffisants à fonder l’annulation des opérations électorales du 06 décembre 2020 au profit de la liste dont objet dans la circonscription de la Mvila».

Sur la défiance de la composante sociologique, sa majesté Estelle Mveng estime que, la liste de candidature ayant en tête sa majesté René Désiré Effa n’est composée que de personnes de l’ethnie Bulu. Que cette liste se situe aux antipodes des articles 246 et suivants du code électoral. Qu’en fait, cet article 246 de la loi 2012/001 du 19 avril 2012 stipule pour l’exiger: «le conseil régional doit refléter; les différents composantes sociologiques dans la région».

Or, l’équipe suscitée et qui a été élue ne comporte point en son sein la composante ethnique Fong et Bene, laquelle est une composante minoritaire dans le département de la Mvila. Qu’il y’a donc lésion grave affectant les groupes ethniques minoritaires Fong et Bene de n’être pas représentés dans la liste élue dans le conseil régional, pourtant les minorités sont désormais privilégiées dans notre république.

Sur l’exclusion du genre éligible, qu’un examen minutieux de la liste des chefs traditionnels de la Mvila dévoile l’exclusion des chefs de troisième degré. Que dans le département de la Mvila, les chefs de troisième degré forment le plus grand nombre des électeurs, soit 359 chefs de troisième degré contre 29 environ de chefferise de deuxième degré. Qu’il se trouve constant l’exclusion de la minorité du genre éligible dans la liste portée par sa majesté René Désiré Effa, qu’en conséquence de ce qui précède, le scrutin porté en faveur de laquelle devrait être annulé.

Sur la cause d’inéligibilité pour soumission à l’autorité morale d’une personnalité républicaine, que le candidat, tête de liste du commandement traditionnel de la Mvila s’est laissé choir au fermant primitif de l’article 176 de la loi du 19 avril 2012, pour se rendre inéligible. Qu’en fait, dévoilant son programme de profession de foi, le candidat René Désiré Effa a inféodé son idéologie à la figure du chef de l’Etat, en compromettant l’éligibilité de sa liste, pour l’avoir placée en situation d’intelligence dépendante dans leur motus de campagne électorale.

Qu’en cela, l’article 176 du code électoral stipule pour faire sanction, « sont inéligibles, les personnes qui de leur propre fait se sont placés dans une situation de dépendance ou d’intelligence vis-à-vis d’une personne, d’une organisation, d’une puissance étrangère ou d’un Etat étranger ». Qu’il va s’en dire dès lors que les suffrages exprimés pour ladite liste devraient être annulés, parce que les candidats de cette liste se sont placés en situation de dépendance vis-à-vis d’une autorité morale républicaine, savoir du Chef de l’Etat. La requête enregistrée au greffe du tribunal administratif du Sud le 11 décembre 2020, l’audience a été le 13 janvier 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter