Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 26Article 537529

Politique of Wednesday, 26 August 2020

Source: Actu Cameroun

Conseil de discipline du RDPC: les agneaux du sacrifice

La commission ad hoc chargée de connaître des cas d’indiscipline au cours des dernières élections législatives et municipales va entendre près de 90 militants, pointés du doigt pour le non-respect supposé de la ligne de conduite fixée par le président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Le président national (Paul Biya, Ndlr) attache du prix à la discipline. Son message fort à tous nos militants, c’est que la discipline doit régner, la discipline aide à faire fonctionner notre parti». Propos de Peter Mafany Musonge, président de la commission ad hoc chargée de connaître des cas d’indiscipline au cours des dernières élections législatives et municipales du 9 février 2020. L’ancien Premier ministre a pris la parole quelques instants après avoir été installé dans ses fonctions par Jean Nkueté, le secrétaire général du comité central du Rdpc au pouvoir.

Jean Nkueté avait auparavant annoncé les couleurs de ce qui attendaient les militants mis en cause, au cours de la même cérémonie, organisée le 20 août 2020 à Yaoundé. «Tout au long du processus ayant débouché sur les élections municipales et législatives du 9 février 2020, et lors de la mise en place des exécutifs municipaux, certains de nos camarades se sont singularisés par des actes d’indiscipline outranciers, allant jusqu’à la remise en cause des instructions écrites du président national. Ce sont des comportements qui ont suscité l’indignation et la réprobation générale au sein du parti, d’autant qu’il s’agissait pour la plupart des auteurs de ces actes, d’assouvir des ambitions personnelles en instrumentalisant le parti»

Le parti se devait de réagir «pour rappeler les uns et les autres à leurs responsabilités, à leurs devoirs et à leurs engagements; pour bien montrer que la tolérance en vigueur au sein du parti n’est pas de la faiblesse; pour qu’il soit bien clair, à l’attention de toutes et de tous, qu’en matière d’indiscipline il y a des limites à ne pas franchir», selon Jean Nkueté.

Les travaux ouverts ce 24 août 2020 par le président de la commission ad-hoc, Peter Mafany Musonge planchent sur près de 90 cas d’indiscipline de militants de base et de nombreux cadres du parti. Les auditions se déroulent à huis clos à Yaoundé jusqu’au31 août 2020. Il leur est reproché entre autres, les supposés : non-respect des décisions internes du parti dans le cadre du déroulement du scrutin du 9 février 2019, tentatives d’achat de conscience des électeurs, injures publiques à l’endroit de certains hauts membres du parti, et désordre caractérisé lors de l’investiture des maires de ville. Etc.

Accusations

Saint Eloi Bidoung, de la commune de Yaoundé VI dans le Mfoundi, relate qu’il lui est reproché «d’une part, d’avoir postulé au poste de maire de la ville de Yaoundé, alors même que le parti avait investi le candidat. D’autre part, de violence envers le parti et les cadres, surtout dans les médias», indique-t-il.

À Maroua, le Rdpc avait été opposé au Rdpc, à travers le maire sortant, Hamadou Hamidou, qui avait défié son challenger Issa Youssouf Balarabé. Le fils du milliardaire était à son tour soupçonné d’avoir «influencé» le choix des conseillers municipaux. A Ayos, alors que les travaux au sein du groupe communal Rdpc avaient abouti à la désignation de Paul Ndongo, la veille, contre toute attente, l’ancien ministre des Travaux publics Patrice Amba Salla avait cru devoir se présenter à nouveau, en session de plein droit, au grand dam du président du groupe communal.

Scénario identique à Yaoundé 4 où Bihina Efila avait dû affronter à nouveau Régine Amou-gou Noma, après la raclée à elle infligée auparavant. A Monatélé, les conseillers municipaux du Rdpc avaient, lors de la session de plein droit, carrément fait défection en votant pour Célestin Bedzigui, candidat de l’opposition, au poste de premier adjoint au maire. La situation n’avait pas été bien différente à Kobdombo, Obala, Elig-Mfomo, Ngoumou, Akom II et de nombreuses autres localités à travers le pays.

De manière générale, la Région du Centre, d’après les chiffres puisés auprès du secrétariat général du comité central, compte le plus grand nombre d’indisciplinés, soit 44. 5 convoqués viennent du Sud. Idem pour l’Adamaoua et l’Extrême-Nord, contre 8 pour l’Est, 18 en provenance du Littoral. L’Ouest en compte un, ainsi que le Nord.

Les rapports de cette commission ad hoc de discipline, qui s’apparente fort bien à une instance de règlement de comptes, seront transmis à la haute hiérarchie du parti en vue d’éventuelles sanctions. Comme en 2013, ces sanctions pourraient aller, au sens des articles 31 et 32 des statuts du Rdpc, du simple avertissement à l’exclusion définitive, en passant par le blâme. Etc.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter