Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 05Article 571474

General News of Friday, 5 February 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Conflit Nigeria- Cameroun: le dossier Bakassi à nouveau devant l'ONU

Dans un effort pour résoudre le différend frontalier en cours entre le Cameroun et le Nigéria, la Commission mixte Cameroun-Nigéria tiendra une importante session à Abuja le 15 février, sous la présidence du Représentant spécial des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas. Il espère achever le processus de démarcation des frontières avant la fin de son mandat en 2021.

Né du désaccord sur la péninsule de Bakassi, riche en hydrocarbures, le différend frontalier a conduit à un conflit armé entre les deux pays. À la suite de l'arrêt du 10 octobre 2002 de la Cour internationale de justice (CIJ) et des accords bipartites signés par la suite, le secrétaire général de l'ONU a créé une commission mixte en novembre 2002. Elle a été chargée de faciliter la mise en œuvre des décisions juridiques et politiques. Le processus d'établissement d'une frontière le long du tronçon de 2 100 km entre les deux pays a été lancé. Il est maintenant presque terminé.

Cependant, il reste un problème. Les experts de la commission se sont heurtés à 13 points de référence correspondant à 100 km du parcours. Il est important de garder à l'esprit que c'est à la suite d'un accord signé en 1913 entre les deux puissances coloniales de l'époque, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, que les frontières terrestres et maritimes entre le Cameroun et le Nigéria ont été tracées.

Sortir de l'impasse

Le différend frontalier de Bakassi étant né de désaccords sur les différentes interprétations des résultats recueillis à l'aide des instruments de démarcation des frontières, les pays ont demandé la compétence de la CIJ. La CIJ a tranché, mais même après avoir annoncé sa décision, les membres des deux délégations ont souvent proposé des interprétations qui contredisaient celles de la Cour, créant une impasse.



«À première vue, c'est sur des points de repère que les experts ne sont pas d'accord. Mais attention, sur le terrain, ces repères peuvent déterminer de quel côté de la frontière tel ou tel village, telle ou telle communauté ethnique transfrontalière se situera », précise un membre de la commission. D'après nos informations, les deux délégations ont déjà donné l'assurance qu'elles s'entendent sur cinq points de référence. Ce succès sera officialisé à Abuja.

Il reste cependant huit points de référence à négocier lors de la session dans la capitale nigériane. Certains d'entre eux auront un impact sur les types de permis d'exploration pétrolière accordés par l'un ou les deux pays à des sociétés internationales.

Vers une carte définitive

Si la session de février réussit à aplanir toutes les questions litigieuses, le Cameroun et le Nigéria seraient alors prêts à soumettre une carte frontière définitive à l'ONU.

La finalisation d'une frontière clairement définie entre les deux pays ne serait pas une mince affaire sur un continent où, selon le programme frontalier de l'Union africaine créé en 2007, environ 70% des routes ne sont pas clairement délimitées. Certains sont même considérés comme inconnus.

Il s'agira de la dernière session présidée par Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial du secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel. Son mandat prendra fin en 2021 et il souhaite compléter le dossier avant son départ.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter