Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 10Article 554992

General News of Tuesday, 10 November 2020

Source: camer

Confidentiel : Paul Biya, un fantôme toujours au pouvoir

La presse est revenue sur les 38 ans de Paul Biya passées au pouvoir de Yaoundé. Avec une incursion ans le NOSO. Le clergé et le président de la Fédération Camerounaise de Football présents comme troubles fête.

Apres 38 au Pouvoir, le renouveau a-t-il rendu sa copie ? Le journal La Cloche est revenu sur Paul Biya et ce que « l’histoire retiendra». Pour le journal, paraissant à Yaoundé, Les premières années de présidence de SE Paul Biya seront marquées par un leitmotiv : ‘’ rigueur et moralisation’’ Le président de la République conduira sereinement le Cameroun vers l’avènement de la démocratie et des libertés fondamentales. Conformément à la constitution du 18 janvier 1996, le Cameroun parachèvera son processus de décentralisation avec les élections des conseillers régionaux appelées de tous leurs vœux par les populations.

La base militante quant à elle reste mobilisée. A l’instar du «Mayo Darlé avec Paul Biya jusqu’à la gare!». Pour le journal Réalités Plus, Le 6 novembre 2020, Aliou Dewa, le président de la section Rdpc Mayo Banyo Centre a battu le rappel de ses militants pour un évènement à double visages. Une conférence de section qui a précédé la célébration des 38 ans de Pouvoir du président Paul Biya, président national du Rdpc. A Mayo Darlè, le président de la section a fait deux sorties qui ont totalement remobilisé les troupes derrière l’Homme du 6 novembre 1982.

En Août 1980, La Tribune du Littoral revient sur «Le jour où Biya a su qu’il sera président». La version officielle tirée du récit national ne serait pas tout à fait exacte. Révélations exclusives sur les heures qui ont précédé l’accession à la magistrature suprême de Paul Biya et les circonstances de la succession du président Ahidjo.



Cependant que dans les régions du Nord ouest et du Sud Ouest, la violence a atteint la cote d’alerte. Des enfants et des chefs traditionnels assassinés. Face à ce désastre, Des voix se sont levées au sein de l’opinion et de la classe politique pour dénoncer la démission de Paul Biya, président de la République. La réponse à cette préoccupation se trouve dans le journal le Quotidien. Il s’agit du « Nouveau code de sécurité» dans le NOSO. Le journal précise :

En mission sur hautes instructions du chef de l’Etat, chef des Forces armées, le Ministre Délégué à la présidence, chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo a présidé hier à Buea, une réunion stratégique avec les autorités administratives et la hiérarchie militaire. Pour le Mindef, l’urgence est à la sécurisation des écoles. A Kumba, il est allé booster le moral des troupes sur le terrain et des populations victimes des tristes événements de cette partie du Cameroun. Le Mindef a rassuré les populations sur le renforcement du dispositif sécuritaire non sans révéler que trois assassins des élèves de Kumba ont déjà été appréhendés et des enquêtes se poursuivent pour faire la lumière sur ces actes de barbarie.

Sur un autre plan, le journal Signatures parle de «La politique en soutane» Tout en indexant le clergé Catholique, il dénonce les Débordements épistolaires et verbaux; prises de positions spectaculaires et partiales caractérisent particulièrement certains prélats camerounais ces derniers temps. A vrai dire, la pratique n’est pas nouvelle car dans un passé pas si lointain, l’on a connu le ‘’ coup d’Etat des anges’’, mais coup d’Etat quand même, qui a marqué au Cameroun l’entrée tonitruante en politique des hommes d’Eglise. (Signatures)

A la FECA foot, le Point Hebdo parle de Déstabilisation du Cameroun: «Mbombo Njoya conspire». Les agissements du président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) qui vont de plus en plus à l’encontre de l’autorité de l’Etat, démontrent à suffire l’existence d’un agenda caché pour parachever la déstabilisation du Cameroun, après que la révolution Kamto ait échoué. La tribalisation qui a déjà atteint les stades de football va-t-elle atteindre ces objectifs?

Aujourd’hui, l’échec dans l’organisation du Chan déjà suffisamment envisagé, servira de déclenchement du complot. Qui se permettra de donner l’assaut final? C’est la question qui taraude les méninges de certains services d’intelligence.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter