Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 14Article 589180

General News of Wednesday, 14 April 2021

Source: Cameroon Info

Concours nationaux : les Camerounais ne jurent que par le favoritisme

La sortie du ministre de la Défense sur le phénomène récurrent des recommandations pour l'admission des candidats au concours de L'EMIA remet au goût du jour le problème de pistonnage. Au Cameroun, le mérite n'est plus mis au premier plan pour trouver un emploi.
Trouver un emploi n'est pas toujours la chose la plus aisée. Au Cameroun, l'un des moyens les plus prisés, c'est le pistonnage. Un phénomène courant qui tire son origine de la culture du moindre effort chez certains jeunes.

«Les enfants n'aiment plus travailler. Ils pensent que, comme leurs parents ont les moyens, ils peuvent entrer n'importe où. Il faut encourager les enfants à travailler. Et je pense que si on parle de méritocratie, il faut semer ces graines là», fait savoir Willibroad Nze Ngwa, professeur d'histoire à l'université de Yaoundé 1.

Réduire les actes d'influence pour laisser place à la méritocratie. Difficile pour certains parents, qui pensent que l'influence, à travers les recommandations ou le marchandage pour réussir à un concours, est prônée par le système en place.

«C'est un système qu'on a mis sur pied, à travers lequel si ton père a été ministre, toi le fils, tu dois être ministre. Si ton père est paysan tu es le prochain paysan,» regrette Gervais Zongnou Fotso, un parent.

Un système où les politiciens font la pluie et le beau temps au détriment du mérite. «On pense qu'on peut influencer le recrutement parce que nous sommes dans un parti politique. Donc les politiques et non l'Etat», indique Willibroad Nze Ngwa, professeur d'histoire à l'université de Yaoundé 1.

Pour comprendre ce phénomène, un sociologue parle d'une société camerounaise où l'échelle des valeurs est renversée. Selon lui, au Cameroun nul ne reussit s'il n'appartient à un réseau.

«Nous nous réclamons être une République, c'est à dire un pays qui appartient à tous. Mais c'est une République qui s'est transformée en reseaucratie, un pays gouverné par les réseaux. Vous êtes dans unrRéseau, vous avez droit à une ascension sociale»a Analyse Abakar Mefire, sociologue. Une logique qui, selon le sociologue, résulterait des actions illogiques consacrées dans l'imagerie des camerounais

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter