Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 09Article 561128

Politique of Wednesday, 9 December 2020

Source: camerounlink.com

Comprendre en grande partie la déculottée du PCRN dans le Nyong et Kelle !

C'est l´analyse faite par Joseph Song-Manguelle depuis Makak !

"RÉGIONALES 1: LA MAUVAISE PRATIQUE DE LA DÉMOCRATIE DÉCENTRALISÉE AU PCRN.

Je n’irai pas parler des choses des autres dans leurs départements, Autochtonie oblige.

Les élections communales sont passées, les populations ont choisi quels doivent être leurs représentants ds la gestion des affaires de leurs cités respectives. Dans certains cas, comme à Makak, Nous avons offert la majorité à un seul parti, le PCRN. c’est-à-dire que les 100% des 25 conseillers municipaux de Makak sont du même parti.

Quand il fallait désigner l’exécutif communal, les règles démocratiques disent que les 25 conseillers devraient se choisir (entre eux donc), qui doit être le Maire et ses 2 adjoints.

Au lieu de procéder aux négociations et aboutir à un choix consensuel, la direction du PCRN a envoyé à chacune des communes où les conseillers sont majoritaires, les conseillers qui doivent occuper selon le parti, les postes ds l’exécutif. Une telle pratique anti-démocratique ne marche pas toujours en politique. Ce qui devait arriver, arriva donc : les conseillers municipaux, élus du peuple ont refusé ds certains cas, et à raison, de suivre les injonctions de la direction du parti.

À Makak, chez moi, 13 conseillers sur 25 étaient contre la direction du parti, et 12 étaient pour. Au lieu d’aller exercer leurs choix démocratiquement décentralisés, les 12 pro-partis ont décidé de boycotter purement et simplement le choix démocratique (un peu de MRC ds leur comportement) sachant kils perdraient de toutes les façons.

Les 2 camps se regardent donc en chiens de faïence. Au lieu de travailler ensemble, eh bien chacun fait sa part, et c’est la cité qui en souffre. Au lieu que la direction du PCRN temporise donc, eh bien qu’ont-ils fait? Ils ont décidé de sanctionner les récalcitrants qui ont choisi la pratique démocratique décentralisée, et ont épargné ceux qui ont choisi la pratique de la démocratie centralisée, une dictature de la direction quoi... Et depuis ce temps, ces mairies rebelles (Makak et Matomb) qui ont refusé « la discipline du parti », sont ignorées à la fois par la direction de leur parti, et par les députés du Nyong et Kelle, qui sont tous aussi du PRCN.

Les Régionales... on les avait visiblement oublié en adoptant à l’époque, la dictature du parti...
Eh bien, elles auront lieu, les régionales. La démocratie décentralisée dit que ce sont encore les conseillers municipaux qui doivent choisir les qui seront les Conseillers Régionaux du département.

À Makak donc, le PCRN a reçu 3 candidatures, parmi elles, un conseiller municipal, Tonye Samuel. Celui-là, comme beaucoup d’autres conseillers municipaux candidats ds le NEK, devraient tous savoir que la loi ne leur autorise pas, en tant que conseillers municipaux, d’être cumulativement conseillers régionaux. Le PCRN va procéder au choix démocratique de celui qui devra être le candidat de chaque commune.

REGIONALES 2 : L’ÉLARGISSEMENT DU COLLÈGE ÉLECTORAL DES PRIMAIRES PCRN AUX RESPONSABLES : UNE SUPERCHÉRIE CLAIRE POUR BIAISER LES RÉSULTATS DES PRIMAIRES EN INTERNE.

Voilà, au lieu de laisser les électeurs de chaque commune (les conseillers municipaux), faire un choix consensuel, la direction du parti, attachée à la pratique de la démocratie centralisée, a décidé d’élargir les électeurs internes qui devraient choisir le candidat du parti, aux membres des bureaux locaux du parti (cadres), ceux nommés et rattachés à la direction du parti etc...

C’est une démarche claire qui vise à faire pencher la balance au profit de la direction du parti (encore un biais pour imposer les candidats de la direction du parti), car tous ces responsables qui prendront part au vote en interne ont démontré leur allégeance à la direction du parti: normal, si non ils ne devraient pas occuper ces fonctions nominatives... Une illusion, une tricherie...

Mais seulement, ds la pratique démocratique décentralisée en cours d’implémentation, on peut déjà prédire que les conseillers municipaux bannis à Makak, Matomb par exemple, qui ont été interdits de la pratique politique par la direction du parti, seront minoritaires ds ces primaires en interne, sauf que ce sont eux qui seront les vrais électeurs des Régionaux au jour dit et à malin malin et demi ...

La direction du PRCN le sait aussi... Alors ils ont sorti un communiqué menaçant d’exclure ceux qui seraient corrompus... de louables intentions. Par contre, la pratique démocratique décentralisée exige des négociations consensuelles non-corrompues, à la place des injonctions qui visent clairement à biaiser le jeu démocratique ...

On ne se joue pas particulièrement de Makak ou de Matomb de cette manière. A bon entendeur…

Notes:
les partis politiques ont un fonctionnement centralisé. Ils devraient penser à se réajuster afin de participer pleinement à la démocratie décentralisée, chemin irréversible ds lesquels le kmer s’est nonchalamment engagé, pour le bienfait de la population... Les veilles pratiques de l’ancien fonctionnement du R devraient être abandonnées... On ne prétend pas faire pas de politique autrement avec les vieilles méthodes. Ce serait alors simplement un slogan vaseux.

[Quelques corrections sur les diminutifs ont été apportées à ce texte et non sur le contenus et la forme.]
La production et le droit restent celles de l´auteur ici cité, Joseph Song-Manguelle.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter