Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 28Article 583996

Actualités Régionales of Sunday, 28 March 2021

Source: 237actu.com

Commune d’Esse: un mouvement d’humeur en gestation

Commune d'Esse Commune d'Esse

Les populations du groupement Bekoua riveraines à la carrière d'Akok Fulna, sont excédées par le mutisme, le laxisme, l'indifférence et l'impuissance... des pouvoirs publics, de l'élite Mvele et des acteurs politiques d'Esse, à trouver des solutions à ces gens qui subissent des effets indésirables et néfastes de l'exploitation de la carrière. Du coup, c'est l'opération d'enrôlement sur les sommiers politiques des listes du Rdpc, qui est d'abord menacée de boycott, des menaces de basculement à l'opposition, menaces de sorcellerie et autres démonstrations de forte capacité de nuisance, suivront. Le Chef de l'État saisi.


La situation est hautement confuse en ce moment dans la commune d'Esse. Deux entreprises de travaux et bâtiments publics, sèment la pagaille au sein des populations. Il s'agit des sociétés Bofas Btp et Super Confort, des entreprises en charge des travaux de bitumage encours, de la route Soa-Esse-Awae. La carrière est exploitée en catimini avec des granulats qui sortent nuitamment depuis quelques semaines, des corps sont exhumés à crédit... Les populations crient au ras-le-bol.

L'on pourrait croire que ces populations ne sont pas contentes de ce vaste réseau routier qui s'installe progressivement dans leurs villages et dont les travaux ont connu un retard énorme, ou que ces populations ne veulent pas le développement dans leurs localités. Que nenni. Il ne s'agit pas de cela. Il y a bien plus important, des règles du jeu sauvagement violées.

En effet, les populations du groupement Bekoua plus particulièrement, celles des localités Ngat II, Dombo, Nomayos, Etetana... riveraines à la carrière d'Akok Fulna, sont dans tous leurs états. Elles subissent des effets indésirables et néfastes liés à l'exploitation de cette carrière sous le regard taiseux voir impuissant des pouvoirs publics, de l'élite Mvele et des autorités politiques du secteur. Aucun cahier de charge n'est respecté.

Rappelons que l'ancien cahier de charge établi entre ces populations locales et la société Atidolf était basé sur la fourniture des points d'eaux, la construction d'un air de jeu pour des jeunes au sein de l'école, l'achèvement de la construction du centre de santé du village Nomayos et le hangar du marché local, l'école maternelle inachevée et abandonnée dans la broussaille, la réhabilitation de l'école publique et la mise en place de l'énergie solaire pour 200 logements, la construction de la base vie pour les deux sociétés et la route "Man Me Nyi" jusqu'au carrefour Nkol avolo. Les populations riveraines préparent une fronde sociale si rien n'est fait allant dans le sens d'une consultation populaire ou avec les responsables locaux (élites politiques et traditionnelles), afin de veiller au respect de ce cahier de charge.

Ces populations qui sont très bien au courant que Bofas Btp et Super confort sortent des granulats de la carrière en catimini depuis un mois environ, demandent au préfet de la Mefou et Afamba de sommer l'arrêt des opérations actuelles sur le site de la carrière, de solliciter l'indemnisation des riverains atteints par la route et de faire dédommager ceux qui sont touchés par l'impact environnemental et social lié à l'exploitation de la carrière d'Akok Fulna.

À titre de démonstration de leur forte capacité de nuisance, ces populations s'emploient à boycotter les opérations d'enrôlement sur les sommiers politiques des listes du Rdpc et menacent même de rallier les rangs de l'opposition si rien n'est fait dans les plus brefs délais. En dehors du vote sanction qui reste inquiétant au niveau local et où 17 conseillers ont trahi le Rdpc aux dernières élections régionales, ces populations poussent leurs menaces plus loin en proférant des menaces de sorcellerie où des ancêtres sont invoqués pour invoquer la malédiction et les pires échecs.

Il n'y a lieu d'attraper rapidement le taureau par les cornes et de stopper l'hémorragie tout de suite, car la menace est globale, réelle et sérieuse.

Affaire à suivre...

Rejoignez notre newsletter!