Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 19Article 485653

General News of Sunday, 19 January 2020

Source: cameroonintelligentreport.com

Commission du bilinguisme: Peter Mafany Musonge a échoué !

En 2017, le président camerounais Paul Biya a créé la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme en tant qu'organe permettant de résoudre la crise anglophone.

Trois ans après, la Commission dirigée par l'ancien Premier ministre Peter Mafany Musonge s'est distinguée comme un autre organe créé pour priver les masses de la richesse collective.


Alors que certains disent qu'ils considéraient la Commission Musonge comme un organisme pour s'attaquer aux problèmes urgents de la journée, cela n'aide qu'à compenser les amis de longue date de Biya dont le seul intérêt est d'aligner leur portefeuille avec l'argent du contribuable.

La commission devait être chargée de promouvoir le bilinguisme et le multiculturalisme au Cameroun en vue de: maintenir la paix; consolidation de l'unité du pays; renforcer la volonté et l'expérience quotidienne de son peuple en ce qui concerne le vivre ensemble.

Lors de la mise en service de ses membres, le Premier ministre de l'époque, chef du gouvernement, Philemon Yang, a précisé l'importance de leurs tâches ainsi que la nécessité de servir efficacement la nation.

Près de trois ans plus tard, beaucoup sont curieux de savoir à quel point le corps a été efficace. Après avoir été critiquée à plusieurs reprises pour sa `` fermeture '', la commission a fourni en 2018 un numéro sans frais aux citoyens pour signaler les violations du bilinguisme, du multiculturalisme et du vivre-ensemble du pays.

Selon le secrétaire général de la commission, le Dr Chi Asafor Cornelius, le numéro gratuit 1518 est accessible à tous les abonnés des réseaux Camtel, MTN, NEXTTEL et ORANGE. Les membres du public ont été invités à composer le numéro à condition qu'ils aient des griefs concernant les missions et les attributions de la commission en anglais ou en français.


L'organisme a depuis lors vu d'autres activités pour remplir sa mission, y compris une conférence d'une journée sur la corruption organisée en avril 2019 à Yaoundé.

Avec plus de trente experts comme participants, le président Peter Mafany Musonge a déclaré que la commission travaillait pour défendre les valeurs de paix, de tolérance et de compréhension entre les Camerounais.

En novembre 2019, l'organisme a obtenu son bureau de Buea. S'exprimant lors de la cérémonie d'inauguration du bâtiment, le SG de la commission, le Dr Mohamadou a déclaré: «il devrait être possible qu'un citoyen puisse se déplacer à pied ou prendre un taxi pour déposer une plainte… la commission est pour les citoyens qui ont subi une discrimination fondée sur langue ou culture ».

L'une des lacunes les plus identifiables de la commission est survenue quelques mois seulement après sa création lorsque Oumarou Djika Saidou, son vice-président a été critiqué pour son incapacité à s'exprimer en anglais. Cela a soulevé la question de l'efficacité de l'organe lorsque ses membres eux-mêmes ne pouvaient pas atteindre ses objectifs.

Un autre groupe d'individus déclare cependant que le corps est totalement hors de propos, car la crise a besoin d'une solution plus globale à la crise.

Avant les élections du 9 février, de nouvelles informations font état de violences dans les régions agitées.

Alors que des millions de personnes auraient besoin d'aide humanitaire et que plusieurs autres fuient pour des raisons de sécurité, il est douteux de l'efficacité avec laquelle la commission et les autres agences créées en raison de la crise peuvent fonctionner.

D'une part, les membres de la Commission ne peuvent que booster leurs gros salaires, les fausses indemnités de mission, le recrutement de leurs proches et amis, l'achat de voitures de fonction pour eux-mêmes et l'utilisation de la sécurité de l'État pour leur gain personnel.
Même la Commission n'a pas réussi à tordre le bras du président à vie de 87 ans du Cameroun pour s'adresser à la nation en anglais.

Il n'a pas non plus tenu compte d'une seule des nombreuses propositions faites pour normaliser la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en difficulté.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter