Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 14Article 520483

General News of Sunday, 14 June 2020

Source: voa

Comment les procureurs livrent les victimes de violences sexuelles à leurs agresseurs


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les cas d’abus sexuels sur des enfants sont en augmentation au Cameroun, selon les associations et les avocats qui mènent la lutte contre ce phénomène qui touche les enfants des deux sexes.

Des rapports d’activités de certaines associations révèlent que même des enfants de 6 mois ont été victimes d'abus sexuels ces derniers mois.
Les autorités camerounaises, en collaboration avec des associations et des partenaires extérieurs tels que l'Unicef, ont pris ces dernières années des mesures pour endiguer cette vague d'abus contre les mineurs. Mais de nombreuses complexités empêchent encore que justice soit rendue pour les victimes.
Il y a d’abord la loi du silence au sein des familles, à cause des pressions sociales.

"Près de 90% de ces situations de violences ont été commises dans le cercle familial, ou amical ou encore par des gens qui sont proches de ces enfants", confie Rabeantoandro Haingo Manga Ada, directrice du Centre vie et femmes au sein de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF).
Au centre d'écoute des enfants de l’ALVF, plus d’une quarantaine de cas d’abus sexuels ont été enregistrés rien qu'entre mars et juin 2020.

Jean Pierre Edjoa, directeur de la Protection sociale de l'enfance au ministère des Affaires sociales, dit avoir assisté, impuissant, à "des désistements spectaculaires de la famille devant la police et la gendarmerie". En effet, témoigne-t-il, il arrive régulièrement qu’une famille déclare que l’enfant a été abusé, mais "le lendemain elle vous dit que le problème n’existe plus".
Cette situation, que ce haut cadre attribue "aux intimidations et pressions des bourreaux", prive de nombreux enfants abusés de leurs droits.

Il y a trois ans, l’Unicef et l'ALVF ont mis en place un programme spécifique de prise en charge des enfants victimes de violences sexuelles. Le programme est sous la houlette du Centre vie et femmes de l'ALVF, situé au quartier Tsinga à, Yaoundé.

Trois assistantes sociales et une juriste coordonnent le processus de prise en charge des enfants et des familles qui viennent dénoncer des cas d’abus sexuels.

"La confidentialité, la gratuité des services sont nos maitres mots", précise Rabeantoandro Haingo Manga Ada.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter