Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 22Article 598084

General News of Saturday, 22 May 2021

Source: Zephirin Koloko

Comment la chambre des comptes a discrédité son rapport en accusant à tort le Mincommerce

Le rapport n’a pas tenu compte du principe de contradiction Le rapport n’a pas tenu compte du principe de contradiction

Le rapport ressort des accusations qui discréditent les innocents

la mercuriale du ministère du commerce fixe à 17500 f un kit de 25 tests et non 17 500 f par test.

Le rapport n’a pas tenu compte du principe de contradiction

Dans cette tribune qui fait suite à la publication d'un rapport d'audit de la chambre des comptes de la Cour suprême, le directeur de publication revient sur les erreurs dudit rapport sur lesquels s'appuie les accusations de ladite chambre contre le ministre du commerce. Lire sa tribune.

Indiquons que l'entreprise Mediline Médical Cameroon SA doit être poursuivie pour faux et usage de faux car, la mercuriale validée par le ministère du commerce est de 17500 f par kits de 25 tests et non 17 500 f par test.


On dit que la vérité, c’est comme les fesses. On finit toujours par s’asseoir avec. Alors que le Cameroun est pris en otage par l’affaire du covidgate et que les noms des plus éminentes personnalités sont cités à hue et à dia dans des hypothèses de détournement de fonds alloués à la lutte contre la propagation du coronavirus, il faut reconnaître quand même qu’il existe des confusions et des accusations à même de jeter le discrédit sur certaines personnes innocentes. Etre accusé ne fait pas de vous un coupable. Prenons le cas par exemple du ministre du commerce, Luc Magloire Atangana Mbarga dont le nom est, bien avant même l’avènement du rapport de la chambre des comptes de la cour suprême sur les réseaux sociaux, mangé à toutes les sauces dans cette affaire. Il suffit juste de gratter un peu la peinture pour que les évidences sautent aux yeux. Non, le Mincommerce n’a pas pêché. Contrairement à certaines allégations en circulation sur les réseaux sociaux, la commission spéciale de validation des prix mise en place par le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana, a travaillé en toute transparence.
D’abord, l’un des péchés imputable au rapport de la chambre des comptes, c’est qu’il n’a pas été tenu compte du principe de contradiction. Ce document accuse à tort le Mincommerce de ''manque de transparence'' dans la validation des prix des tests Covid-19. Pourtant, les responsables de ce département ministériel n'ont pas été abordés pour leur version des faits au moment des auditions. C'est maintenant qu'ils viennent d'être officiellement saisis par la chambre des comptes de la cour suprême avant l'élaboration du rapport définitif. Des éléments de preuve ont été déposés à l'intention de ladite cour. Nous pensons qu’il faut surtout comprendre ici

L'opération de validation des prix est purement technique et doit être adossée sur un certain nombre de fondements juridiques. Ainsi, si le produit à commercialiser ne se trouve pas dans la mercuriale, la direction des prix procède à une validation. Comme le test Covid était nouveau sur le marché, le ministère du commerce a reçu une demande de validation des prix de la part du ministère de la santé publique. On est alors le 27 mai 2020. Cette lettre est assortie d'une facture proforma de l'entreprise'' Mediline Médical Cameroon S.A'' , adjudicataire du marché de livraison de 3 millions de test Covid en faveur de l'Etat du Cameroun via le ministère de la santé publique . En parcourant ladite facture proforma dont nous avons eu copie, on constate que l'unité du test est facturée à 17 500 Fcfa. Toute chose qui a attiré l'attention du ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

La commission speciale de validation des prix

Voilà certainement pourquoi en vue d'étudier les dossiers liés à la riposte contre l'épidémie à Coronavirus , le Mincommerce va créer une commission spéciale de validation des prix et tarifs de référence des équipements, travaux et services destinés aux administrations publiques et parapubliques dans le cadre de la lutte contre la Covid 19. Elle est présidée par le professeur Magellan Omballa, inspecteur général au ministère du commerce. C'est cette commission qui se charge donc de traiter le dossier de validation des prix du test Covid. Selon un membre de cette commission qui a requis l'anonymat, quand un dossier est reçu par l'instance, l'étape préalable constitue à faire des recherches sur le produit commercialisé pour savoir où se trouve le produit et à quel prix il est vendu.

En clair, ''lorsque nous avons reçu le dossier des tests Covid 19, nous avons fait des recherches sur le net. On s'est rendu compte que le produit n'est pas disponible au Cameroun. On a trouvé les tests dans certains pays étrangers. Malheureusement les prix n'étaient pas disponibles. Pour connaître le prix, on a fait les recherches sur les sites de l'OMS et de quelques partenaires internationaux'', confie l'un de nos interlocuteurs. Et d'ajouter, '' les tests ne se vendaient pas en unité. Ça se vendait en kit de 25 ou de 40. Pour ce qui concerne notre pays, nous avons décidé d'appliquer une mercuriale de 17 500 f / kit de 25 tests, soit 700 FCFA/ test''. Rappelons que la mercuriale numéro 59-000-160634 a été attribuée au test (SD-Biosensor). Kit de 25 tests par carton. En témoigne la décision de la commission spéciale datée du 1er juin 2020.
Voilà ce qui est.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter