Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 23Article 582388

General News of Tuesday, 23 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Combats contre le régime: Eric Kingué rejoint son allié Lapiro de Mbanga

Ils étaient de fervents opposants au régime Biya. Paul Eric Kingue et artiste de l'as, Lapiro de Mbanga ne font plus partie de ce monde terrestre. Les deux compagnons peuvent se retrouver. En raison de leur engagement en tant que société civile, les deux hommes ont passé trois ans ensemble à la prison centrale de Douala.

Bien que leurs idéologies politiques se soient séparées par la suite, leur contribution au paysage politique du pays ne peut être minée.
Par la suite, la mort de Lapiro de Mbanga va être attribuée par Rémy Ngono à Eric Kingué qui n'a jamais répondu à ces accusations.


Remy Ngono accuse Paul Eric Kingué d’avoir empoisonné Lapiro de Mbanga

Dans un direct sur sa chaine YouTube, le journaliste Camerounais exilé en France, J. Remy Ngono fait un certain nombre de « révélations ».

Partant de l’interpellation d’Emmanuel Macron par un activiste en février dernier, passant par la crise du Covid-19 pour aboutir à l’affaire Lapiro de Mbanga, le journaliste révèle que « Lapiro de Mbanga lui avait dit avant sa mort qu'il avait été empoisonné par Paul Eric Kingue ».


Rappelons que Lapiro de Mbanga commence sa carrière musicale au Nigéria sous le nom de Pastor Sanjo Lapiro. De retour au Cameroun, il prend le nom de scène « Lapiro de Mbanga ».

Populaire notamment avec la sortie de son disque Pas argent no love en 1985, il a aussi effectué des tournées en Europe.

Artiste engagé et critique du régime de Paul Biya, il devient « le porte-parole de la jeunesse de son pays, en particulier des ndos, ces personnes désœuvrées qui jonchent les stations de trains et de bus des métropoles camerounaises. ». Il chante dans un pidgin local, mélangeant Français, Anglais et Douala truffé de mots d'argot auquel on donnera le nom de « Mboko talk ».

Fin 2007, Paul Biya propose d’amender la Constitution du Cameroun, qui limitait la Présidence de la République à deux termes de sept ans. En réponse, Lapiro de Mbanga compose la chanson Constitution constipée qui, interdite d’antenne, fut reprise lors des manifestations de février 2008 contre cet amendement qui, une fois adopté, permit à Paul Biya d’être réélu le 21 octobre 2011.

Lapiro de Mbanga est arrêté le 9 avril 2008 et condamné à trois ans de prison par le Tribunal de Grande Instance. Incarcéré à la prison de New Bell, à Douala, il contracte la fièvre typhoïde en décembre 2009.

En prison, il rédige un ouvrage « Cabale politico judiciaire ou la mort programmée d’un combattant de la liberté » qui ne trouvera pas d'éditeur avant son décès. Il est libéré le 8 avril 2011.

Pendant l’été 2011, il se produit en Europe (Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Suisse), aux États-Unis et au Canada. Le 2 septembre 2012, il quitte le Cameroun avec son épouse et cinq de ses six enfants pour les États-Unis où il obtient le droit d’asile. Lapiro de Mbanga est décédé le 16 mars 2014 à New York.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter