Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 02Article 545908

General News of Friday, 2 October 2020

Source: Actu Cameroun

Colère de Cabral Libii qui accuse la police de Maroua d’intimider un cadre du PCRN

Dans une nouvelle publication il y a quelques minutes, Cabral Libii, le président du PCRN a accusé la police judiciaire de Maroua d'avoir posé des actes d'intimidation contre un cadre de son parti politique dans la localité.


'Que l'intimidation orchestrée par la police judiciaire de Maroua à l'endroit du camarade aimé SADOU, membre du comité d'arrondissement PCRN de KAELE, prenne immédiatement fin!
Il a été arrêté pour "diffamation dans les réseaux sociaux".
Il n'a jamais tenu le moindre propos diffamatoire contre un ancien Ministre.
Quand on connait minimalement l'intéressé et ses publications, on ne peut que tomber des nues. Laissez-nous travailler bon sang!', écrit Cabral Libii.


Cabral Libii tacle Kamto


Même si Calbral Libii ne partage pas les méthodes du MRC, il dénonce la mise en résidence surveillée de Maurice Kamto qu’il juge illégale. Abordant le caractère illégal où non des marches du 22 septembre, le président du PCRN préfère laisser les juges décider. Il fait cependant observer que l’organisation des manifestations publiques au Cameroun est régie par un régime d’autorisation. Il a évoqué le triste sort reservé aux manifestants en 2008 alors que Maurice Kamto était ministre délégué de la justice au Cameroun.

« Il y a une loi en vigueur au Cameroun que tout le monde connait avec ses insuffisances. C'est que les manifestations publiques ne sont pas sous le régime de la déclaration du régime de l'autorisation. C'est une anomalie mais elle est toujours en vigueur. Mais ça ce n'est pas moi qui vais l'apprendre au professeur Kamto parce qu'il est juriste et a été ministre de la justice à une période où des gens s'étaient autorisés à des marches. C'était en 2008. Et on sait le sort qui a été reservé aux marcheurs à Douala. D'ailleurs dans son passé, il souvent rappelé la légalité aux uns et aux autres. Quelqu'un lui rappelait dans un média il y a quelques jours les propos qu'il avait tenu en 2004 lorsqu'après l'élection présidentielle certains candidats déclarés vaincus voulaient s'organiser pour manifester, il avait fait une sortie dans un média où il leur rappelait que selon les termes de la loi, la parole du juge constitutionnel est une parole dogmatique comme celle du pape. Ces lois n'ont pas changé », a indiqué Cabral Libii.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter