Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 20Article 528829

General News of Monday, 20 July 2020

Source: camerounactuel.com

Clash entre Fame Ndongo et le président de l’Université Yaoundé I


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Une circulaire du recteur enlève toute initiative de dépense aux chefs d’établissements placés sous la tutelle académique de cette université d’Etat.
Le ministre de l’Enseignement supérieur et le recteur de l’Université de Yaoundé I ne s’accordent pas depuis quelques semaines au sujet d’une circulaire signée par le responsable de la première université d’Etat au Cameroun. Selon cette note du recteur, les chefs d’établissements supérieurs placés sous la tutelle académique de l’université de Yaoundé I ne devront plus engager une dépense sans l’accord du recteur, de l’Université de Yaoundé I.

Cette circulaire du recteur signée le 23 avril dernier entre dans le cadre d’une instruction relative au suivi et au contrôle de l’exécution du budget de l’université de Yaoundé 1. Dans cette lettre on peut lire : « l’exécution des dépenses de l’université de Yaoundé I incombe au recteur, (ordonnateur principal des dépenses). Celui-ci exerce cette prérogative lui-même ou par l’intermédiaire des ordonnateurs délégués. Les ordonnateurs de crédits doivent, à l’initiative de la direction des affaires administratives et financières déposer les spécimens de leurs signatures auprès du contrôleur financier et de l’agent comptable dès l’ouverture de l’exercice ».

Cette circulaire qui suscite des incompréhensions entre le ministre de l’Enseignement supérieur et le recteur de l’université de Yaoundé I enlève toute initiative de dépense aux responsables d’établissement placés sous la tutelle académique de l’université de Yaoundé I. « Désormais si le directeur de l’Ecole normale supérieur ou le directeur de l’Ecole polytechnique veulent engager les dépenses pour la réfection des bâtiments, ils doivent se référer désormais au recteur. Cette circulaire du recteur ne paralyse pas le fonctionnement de l’université mais plutôt cela vient renforcer la qualité de la dépense dans notre institution «explique un responsable de l’université de Yaoundé I.

Selon certaines sources, c’est la gestion des fonds alloués au Centre d’excellence Africaine en technologie de l’information et la Communication (Cetic) par la banque mondiale qui est au centre de cette circulaire signée par le recteur. Le Cetic est un programme du gouvernement camerounais de l’université de Yaoundé I, financé à hauteur 4 milliards F.Cfa par la banque mondiale.

Ledit programme a comme coordonnateur, le directeur de l’Ecole nationale polytechnique de l’université de Yaoundé I Yaoundé. « Les dépenses sont engagées sans que le recteur ne soit informé et raison pour laquelle la circulaire a été signée pour faire savoir aux chefs d’établissements que le recteur est le seul responsable à répondre devant la justice en cas de détournement.

Cette circulaire fixe les orientations générales de la politique budgétaire, ainsi que les dispositions pratiques pour le suivi et le contrôle de l’exécution du budget de l’université. La circulaire tient aussi compte’ du contexte de la pandémie Covid 19 qui exige une gestion efficace et rigoureuse de la dépense », ajoute un cadre de l’Université de Yaoundé I.

A la cellule de Communication du ministère de l’Enseigne-ment supérieur, l’on affirme que la circulaire du recteur de l’Université de Yaoundé I va à l’encontre de la gouvernance managériale dans les universités d’Etat, tant prônée par le chef de l’Etat. Notre source à la Cellule de communication affirme que les directeurs d’école nommés également par décret présidentiels peuvent engager les dépenses comme ordonnateurs délégués, car ils sont reconnus à ce titre par le ministère des Finances.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter