Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 19Article 608980

Actualités of Monday, 19 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Christian Ntimbane Bomo traite Claude Abe d’inculte

Il estime que la Brigade anti-sardinard est une organisation tribale Il estime que la Brigade anti-sardinard est une organisation tribale

Claude Abe a fait une sortie pour dénoncer la présence du trop-plein de Bamileke au sein de la BAS.

Il estime que la Brigade anti-sardinard est une organisation tribale.

L’avocat Ntimbane Bomo réplique en expliquant que la BAS n’est pas une organisation fondamentalement tribalistes.


De passage à l’émission grand débat, le professeur Claude Abe s’est violemment attaqué à la Brigade Anti-sardinard qu’il qualifie d’organisation tribale. Après cette sortie, il a été pris à partie par plusieurs intellectuels. « Désolé, il ne s'agit pas d'organisations fondamentalement tribalistes. En tant que sociologue, vous serez rentré dans l'histoire des faits sociaux du Cameroun, pour mieux expliquer ce phénomène, sauf si vous êtes dans la manipulation de l'opinion. Et ce serait regrettable. Car on ne joue pas à instrumentaliser le tribalisme pour des objectifs politiques inavoués. C'est malsain », a lancé Maitre Ntimbane Bomo.
« S'il est vrai qu'il y a un fort courant d' ethno fascistes Bamileke très bruyants que nous avons eu à dénoncer les agissements au sein de la diaspora militante , il reste que l'activisme politique marquée de la jeunesse Bamileke dans notre pays est lié à l'histoire », a tenu à préciser l’avocat au barreau de Paris.

Histoire .

Selon l’avocat l’histoire politique du Cameroun peut motiver la présence des Bamilekés au sein de la BAS. « Ce peuple a la culture de la contestation politique depuis la colonisation. Le plus grand contingent de victimes contre le colonialisme a été d'origine Bamileke. Était-ce aussi du tribalisme contre les colons? Pour preuve, des centaines de milliers de jeunes Bamileke sont morts pour notre indépendance. D'autres sources sérieuses parlent de près d'un million de morts. D'ailleurs l'idée d'un génocide Bamileke est de plus en plus convenue par les historiens. Pendant le régime Ahidjo, la jeunesse Bamileke a été très active dans les mouvements contestataires des camerounais à l'étranger », a ajouté l’avocat.
Cet activisme a d’ailleurs été hérité par les jeunes Bamileke de l’ère Biya. « Lors des mouvements des années 90 pour l'avènement de la démocratie au Cameroun, ils étaient remarquablement majoritaires. Ce qui a amené certaines pontes du régime à parler de mouvements anglo-bami. En 2008, lors des manifestations contre la révision constitutionnelle visant la non limitation des mandats présidentiels, ils étaient majoritaires. Ce sont des faits. Ils sont têtus », conclut Ntimbane Bomo.

Rejoignez notre newsletter!