Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 03Article 539221

Actualités Régionales of Thursday, 3 September 2020

Source: Le Messager

Chefferie Bamougoum : la justice gèle les comptes de la succession

Une décision de la Cour suprême confie l’administration de l’héritage du défunt chef supérieur Bamougoum au greffier de la Cour d’appel de l’Ouest.

C’est un épilogue inédit dans le registre des successions dans les chefferies de la région de l’Ouest. Un jugement de la Cour suprême a débouté l’actuel chef supérieur des Bamougoum dans l’affaire qui l’oppose au collectif des enfants de feu Sa Majesté Fotso Kankeu Joseph. La haute juridiction a gelé les comptes de la succession du défunt roi des Bamougoum et a désigné le greffier en chef de la juridiction comme administrateur séquestre de cette succession à polémique. En clair, la Cour suprême enlève au chef supérieur Bamougoum le privilège de gérer les biens personnels laissés par le défunt chef supérieur Bamougoum, Sa Majesté Fotso Kankeu Jacques.

L’ordonnance de la Cour suprême provoque néanmoins des remous entre certains proches du chef et le collectif réunissant plus de cent enfants du défunt chef supérieur Bamougoum. La décision notifiée par la justice aux ayants droit de feu Sa Majesté Fotso Kankeu Jacques est à l’origine d’une nouvelle bataille entre l’actuel chef supérieur Bamougoum, Sa Majesté Moumbé Fotso Mitterand et le collectif regroupant ses frères et sœurs ainsi que des veuves du défunt chef supérieur Bamougoum.



L’affaire qui fait grand bruit dans la ville de Bafoussam et dans les milieux traditionnels de la région de l’Ouest fait l’objet d’une nouvelle plainte portée par le collectif des enfants et veuves du défunt chef supérieur Bamougoum. Ainsi en date du 27 août 2020, le collectif regroupant plus de 120 enfants de feu Fotso Kankeu a saisi le Bureau spécial de recherches et d’enquêtes criminelles au motif d’attraire devant la justice des proches du chef supérieur Bamougoum. Les notables et soldats de la cour royale accusés par le collectif ainsi qu’un homme en tenue sont présumées avoir perpétré des agressions diurnes, détruits des biens appartenant à des locataires des commerces appartenant au patrimoine familiale.

La plainte initiée par le collectif des enfants et veuves du défunt chef supérieur Bamougoum souligne que l’actuelle bataille entre les ayants droits et usufruitiers de la succession Fotso Kankeu Jacques est due au refus par l’actuel chef supérieur Bamougoum de respecter l’arrêt prononcé par la Cour suprême le 12 mars 2020 ainsi que l’ordonnance délivrée par la même juridiction le 6 août dernier.

Nouvelle plainte Le nouvel épisode déclenché le 27 août 2020 avec des affrontements physiques suscite des actes de pratiques mystiques au sein des ayants droits de feu Fotso Kankeu Jacques, certains notables de la chefferie supérieure Bamougoum ainsi que des élites politiques et économiques de ce groupement situé dans la ville de Bafoussam. Des rites magiques observés au sein de la concession familiale et dans le marché Casablanca dont de nombreuses boutiques font partie du patrimoine disputé par les fils et filles du défunt Fotso Kankeu. Approchés des notables et autres personnels de la chefferie supérieure Bamougoum accusent le collectifs des enfants et veuves de «vouloir s’approprier le patrimoine de la chefferie Bamougoum» Une version réfutée par le collectif des fils et filles du défunt chef supérieur Bamougoum. Au cours d’un point de presse qu’ils ont organisé le 30 août 2020 dans la concession familiale à Bafoussam, le collectif des enfants de feu Fotso Kankeu a martelé son attachement aux valeurs traditionnelles et culturelles de la communauté Bamougoum ainsi qu’aux us et coutumes des grassfields.

Kengne Fotso Serge Alain, porte-parole de ce collectif et principal orateur de cette rencontre qui regroupait de nombreux ayants droit de la succession Fotso Kankeu, souligne que «pour lever toute forme d’équivoque, nous le collectif des enfants du feu roi des Bamougoum tenons à préciser qu’il ne s’agit pas d’une guerre de succession au trône Bamougoum. Personnes d’entre nous ne remet en cause la situation actuelle. Aucun de nous ne vise à renverser l’actuel monarque.» Le collectif des enfants de feu Fotso Kankeu soutient être engagé dans la défense de leurs droits. Selon eux, il s’agit de procéder à la distribution équitable des biens personnels laissés par le défunt chef supérieur Bamougoum.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter