Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 06Article 565448

General News of Wednesday, 6 January 2021

Source: Actu Cameroun

Ceux qui revendiquent leur CNI doivent le faire devant les locaux de Mbarga Nguele - Wilfried Ekanga

Homme politique et analyste il affirme dans un style propre à lui que des camerounais doivent abandonner l’activisme sur les réseaux sociaux pour aller revendiquer leurs cartes nationales d’identité chez le délégué général à la Sûreté nationale.

Le Cameroun est le seul pays « émergent » au monde où un étranger ne peut pas venir t’épouser pour obtenir les papiers, vu que toi-même tu n’as pas les papiers. Ce pays est certainement le numéro 1 mondial en nombre d’immigrés clandestins locaux. Il y a plus de Camerounais illégaux au Cameroun que de Camerounais illégaux à l’extérieur. C’est le pays du « Kaolo impossible. ».

Donc quand ces braves gens traitent la diaspora de « sans-papiers », je ris de toutes mes dents (même s’il en manque une). Bon, avouons-le, c’est un énorme avantage, puisque ça te permet de savoir que le Soudanais ou le Béninois qui vient t’épouser le fait par amour (Au pire, c’est même toi qui profite de sa nationalité).

C’est en ce sens que vous devriez en principe remercier Mbarga Nguele (le paire de la peau lisse), pour l’énorme service rendu ! Je ne comprends vraiment pas ceux qui se plaignent ni de quoi ils se plaignent

Toutefois …

Cependant, quelque chose nous intrigue. C’est le fait que ceux qui revendiquent leur CNI le font uniquement sur Facebook plutôt que de le faire devant les locaux de Mbarga (Même s’il est gelé, ça reste Mbarga). Moi qui pensais que le changement ce n’est pas dans les réseaux sociaux ; moi qui pensais qu’il faut être » sur le terrain » pour faire bouger les lignes, et que ceux qui sont sur le terrain allaient montrer l’exemple, en organisant de grandes campagnes de protestation, ou des sit-in devant les bureaux de la peau lisse.

Vous comprenez maintenant qu’il pleut sur tous les toits n’est-ce pas ? Nous utilisons les réseaux parce que nous sommes à distance, et nous les utilisons pour éduquer et sensibiliser. C’est d’ailleurs la meilleure utilisation qu’on puisse en faire. C’est bien plus noble que le Kongossa sans lendemain, les ragots de bidonville et la promotion du tribalisme auxquels se livrent les ayopistes jour et nuit, à coups d’argent public et de faux profils. Mais alors … vous qui êtes sur place, quelle est l’excuse ?

Notre pays c’est Facebook. Mais vous qui êtes au Cameroun… que faites-vous sur Facebook ? En outre, je pensais aussi que seuls les MRCistes subissaient le problème de la pénurie de CNI. Maintenant je découvre que les ayopistes huilâtres sont encore plus nombreux dans ce Tartare administratif.

A force d’être bêtement endoctrinés à la sauce » Un Bamileke ne sera jamais président « , vous avez fini par oublier qu’il y avait délestage dans votre maison aussi, n’est-ce pas ?

Alors maintenant c’est quoi la suite ? Vous allez aussi marcher pour vos droits ou souffrir en silence ? Vous n’avez pourtant rien à craindre : Kondengui, c’est pour les terroristes de Kamto. Vous ne risquez rien !

En bref :

Je n’oublie pas les « républicains » qui nous ont martelé qu’il faut être à l’assemblée pour défendre les droits de l’homme (en gros il faut être député pour comprendre qu’on ne tire pas sur des bébés dans le dos de leurs mères). Nous avons constaté avec stupeur que ceux-là mêmes qui sont à l’assemblée (et « sur le terrain ») nous ont encore rejoint sur Facebook pour se plaindre, alors que l’hémicycle leur est ouvert !

C’est très grave docteur. Le wamakoulisme est général ! La loi du 19 décembre 1990 dans son article 5 condamne de 3 mois à 1 an de prison assortis d’une amende de 50 000 à 100 000 FCFA, ceux qui s’avèrent coupables de défaut de carte d’identité. Mais que dit la loi sur la punition du patron de la peau lisse quand c’est lui-même qui vous prive de CNI pendant 2, 3 ou 38 ans ? Bref, débrouillez-vous à trouver vous-mêmes la réponse dans les rues, à l’assemblée … ou sur Facebook, ça vous regarde.


Claude Wilfried Ekanga Ekanga

(L’autre jour, la police allemande nous a contrôlés dans le TGV : » Monsieur, vos papiers s’il vous plaît ! ». Et moi de répondre : » Mon pauvre ami. Dans mon pays je n’ai pas de papiers, ce n’est pas chez toi que je vais en avoir! »… Et il m’a laissé tranquille)

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter