Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 09Article 617785

Actualités of Thursday, 9 September 2021

Source: www.camerounweb.com

'Ceux qui ont mangé Amobé Mévégué auront mal au ventre '

Amobe Mevegue a tiré sa révérence play videoAmobe Mevegue a tiré sa révérence

• Amobe Mevegue aurait été sacrifié par les sorciers du village

•Hervé Emmanuel Nkom confirme cette thèse

• Il déclare aux auteurs de cet acte qu'ils auront mal au ventre



Hervé Emmanuel Nkom, cadre du RDPC confirme la thèse de l'assassinat de l'homme de médias Amobé Mevegue, décédé le 8 septembre en France, des suites de paludisme sévère selon une source proche de la famille.

Reçu sur ABK Radio ce matin 9 septembre 2021, à en croire l'homme politique, sa soudaine disparition cache une vérité crue, difficile à avaler. Il a été simplement tué par les "sorciers" de son village pour s'être attaqué à eux lors des obsèques de sa maman il y a plus de deux semaines.

En effet, lors des funérailles, il s'est adressé à la jeunesse de son village Nkolbogo en mettant en cause leur manque de volonté à se dépasser et à construire la localité.

"J’étais venu ici il y a 15 ans pour vous dire que Mevegue était un enfant du peuple camerounais, un enfant Eton. Il a fait beaucoup ici (…).Chaque fois qu’on demande à quelqu’un de veiller sur ce bien commun, on nous demande de vous envoyer de l’argent. Qui a amené un dispensaire ici ? Qui construisait des routes ici pour que vous continuiez à évoluer ? Qui a essayé de payer les études des gens dont certains sont devenus des ministres dans la République camerounaise ? Est-ce que c’est normal que la majorité de la jeunesse ici soit toujours livrée à elle-même ?, s’est-il adressé à la foule.

Ce discours si révélateur des tares de la société camerounaise et de la mauvaise gestion de la chose politique n'a pas été apprécié à sa juste valeur. Il était tombé dans les oreilles des esprits malfaisants qui aurait voulu sa mort. Suite à l'annonce de son décès, Hervé Emmanuel Nkom a pointé du doigts les auteurs derrière son assassinat et leur a envoyé un message clair et net. "Amobe Mevegue était mon ami. Ceux qui l’ont mangé auront mal au ventre !", a déclaré le cadre du RDPC.


Jalousie - Envie - Regret: le dernier message d'Amobe Mevegue aux jeunes de son village

Le célèbre animateur camerounais Alain Amobe Mevegue est passé de vie à trépas ce mercredi 08 septembre des suites d'une courte maladie.

Le fondateur de la chaîne de télévision Ubiznews Amobe Mevegue était au Cameroun il y a quelques semaines pour assister aux obsèques de sa mère dans son village Nkolbogo. Très attaché à ses origines, le présentateur de France 24 et grand défenseur des cultures africaines s’est soumis aux rites ancestraux de sa communauté.

Ce témoignage lors des obsèques de sa maman fait froid dans le dos. Ses parents on beaucoup œuvré pour leur village mais en retour leurs œuvres n'ont pas été perpétrés par les habitants de ce village. Entre jalousie, envie, regret et constellation familiale on ressent que le mal est vraiment profond et que le journaliste par respect pour la mémoire de la disparue n'a pas voulu tout étaler ni déballer et a préféré rester poli et courtois.

Au cours de la cérémonie, Alain Amobe Mevegue a pris la parole pour interpeler la jeunesse de la localité sur leurs conditions vie.
"J'étais venu ici il y a 15 ans pour vous dire que Mevegue était un enfant du peuple camerounais, un enfant Eton. Il a fait beaucoup ici (...).Chaque fois qu'on demande à quelqu'un de veiller sur ce bien commun, on nous demande de vous envoyer de l'argent. Qui a amené un dispensaire ici ? Qui construisait des routes ici pour que vous continuiez à évoluer ? Qui a essayé de payer les études des gens dont certains sont devenus des ministres dans la République camerounaise ? Est-ce que c'est normal que la majorité de la jeunesse ici soit toujours livrée à elle-même ?", s'est interrogé l'animateur.

Il était revenu sur les réelles causes de l'échec des différents projets dont il était l'initiateur dans le village.
"Nous avions décidé de faire des choses mais rien n'a marché parce que chacun tirait la couverture à lui. (...). Et je ne comprends pas que tout ce qui est ici est à vous et que nous n’ayons pas été capables de perpétuer le rêve de mon père, combattu par certains membres de sa famille dont certains ne sont même pas venus ici à ce deuil. Le message qui j'apporte est un message de responsabilisation", avait ajouté Alain Amobe Mevegue.


Rejoignez notre newsletter!