Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 21Article 514591

General News of Thursday, 21 May 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Cessez-le feu avec le régime Biya: le vice-président sécessionniste lève le ton


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le leader en exil du peuple du sud du Cameroun, le vice-président Dabney Yerima, a déclaré au journal Voice à Yaoundé que le gouvernement de la République du Cameroun serait entièrement responsable de toute conséquence négative si un coronavirus faisait la vie d'un ambazonien dans ses centres de détention. Ci-dessous, la conversation complète que le vice-président ambazonien a eue avec The Voice.


La pandémie de coronavirus dévaste les communautés du sud du Cameroun, pourquoi, en tant que vice-président d'Ambazonia, n'avez-vous pas appelé à un cessez-le-feu pour que le peuple puisse obtenir l'aide et les ressources dont il a besoin du gouvernement?


Vice-président DabneyYerima Le cessez-le-feu mondial qui a été appelé par les Nations Unies en mars après que le coronavirus est devenu une pandémie mondiale a été une excellente occasion pour le gouvernement de La République du Cameroun de faire preuve de responsabilité et de respect pour les normes internationales, mais il a échoué. Alors que le gouvernement intérimaire a répondu à cet appel et faisait des préparatifs, le gouvernement de la République du Cameroun a envoyé plus de troupes dans nos communautés comme il l'a fait récemment à Bafut pour assassiner notre peuple sans discrimination. Ils ont profité de cette période de pandémie mondiale pour déchaîner plus de terreur sur un peuple sans défense.


The Voice: Que faites-vous en tant que vice-président pour aider les habitants du sud du Cameroun pendant cette pandémie?


Vice-président Dabney Yerima: éduquer la population sur les choses à faire et à ne pas faire concernant ce tueur mondial est d'une importance primordiale, nous avons donc communiqué de courtes vidéos et audios à notre peuple. Nous avons fourni plus de 150 000 masques et plus de 100 000 désinfectants. Nous avons également envoyé des colis aux réfugiés au Nigeria et au Ghana. Mais il reste encore beaucoup à faire et nous ne laissons rien au hasard dans notre lutte contre ce tueur mondial.


The Voice: Êtes-vous satisfait des mesures que le gouvernement a prises pour freiner la propagation de Covid-19?


Vice-président Dabney Yerima: Il est incroyable que le gouvernement de la République du Cameroun n'apprécie pas vraiment la gravité et la mortalité de cette pandémie. Les agents du renseignement d'Ambazonia m'ont informé que les aéroports et les frontières de la République du Cameroun restent scellés au moment où je parle, à l'exception de quelques vols bavardés, mais les bars et les licences sont ouverts.



La Voix: Barrister Blaise Shufai a été transporté à l'hôpital militaire de Yaoundé le samedi 16 e mai. Quelles sont vos pensées?


Vice-président DabneyYerima: C'est une situation inquiétante car l'homme de droit est malade depuis quelques semaines maintenant. Mon attention a été attirée sur une infection cachée dans le centre de détention principal de Yaoundé qui se propage de manière inquiétante. Nous sommes alarmés par le fait que nombre de nos prisonniers d’opinion sont atteints de cette mystérieuse infection. Notre principale préoccupation est que, malgré la pandémie mondiale, le gouvernement de la République du Cameroun et les autorités pénitentiaires ont refusé d'effectuer des tests COVID-19 dans le centre de détention. Ceci est inacceptable et une violation continue des droits de l'homme de nos détenus politiques et le gouvernement de la République du Cameroun seront entièrement responsables de toute conséquence négative si ce virus fait des morts d'ambazoniens dans leurs centres de détention.


Dimanche dernier , le 10 e mois de mai, le maire de Mamfé a été assassiné par des hommes armés Ambazonie. Samedi, les habitants de Mamfe ont protesté contre le terrorisme. Quelle est votre position à ce sujet?


Vice-président DabneyYerima: Le gouvernement intérimaire d'Ambazonie a officiellement déclaré qu'il avait interdit les élections au sud du Cameroun organisées par le régime de Yaoundé. Ainsi, les habitants du sud du Cameroun ne reconnaissent pas ledit individu comme le maire légitime de Mamfe, chef-lieu du comté de Manyu. Cependant, le gouvernement intérimaire d'Ambazonie sait que le maire imposé par la République du Cameroun a été assassiné par des hommes armés lourdement armés fidèles à certains barons du régime au pouvoir du RDPC à Yaoundé.



De nombreux combattants écoutent l'appel du gouvernement à déposer les armes, la poursuite de votre cause n'est-elle pas inutile maintenant?


Vice-président DabneyYerima: Notre cause n'a jamais été liée aux armes. Nous avons pris les armes comme politique de légitime défense après que la République du Cameroun a déclaré la guerre à notre peuple. Pour votre information, les forces de restauration d'Ambazonie ne lâchent pas leurs armes. Nous comprenons que le gouvernement de la République du Cameroun a ses milices qui se présentent comme nos forces d'autodéfense qui ont largué des armes. Nos combattants authentiques sont résolus à assurer à jamais l'indépendance ou la résistance.



Dans quelle mesure êtes-vous confiant que votre cause réussira?


Vice-président DabneyYerima L'une des choses que je soulignerai pour vos lecteurs est que lorsque les États-Unis se battaient pour l'indépendance contre les puissants Britanniques; le premier pays à les reconnaître a été le Royaume du Maroc. À l'époque, le Maroc était considéré comme une nation obscurcie dans la politique internationale. En conséquence, le peuple d'Ambazonie continuera de se battre jusqu'à ce que notre propre Maroc nous reconnaisse. En outre, les expériences de l'Afrique du Sud, du Timor oriental, du Soudan du Sud, de la Namibie et de l'Érythrée sont des exemples pratiques que la détermination et la résilience d'Ambazonia pour restaurer son indépendance et sa liberté totale ne seront jamais une exception. L'histoire est de notre côté et nous avons tout ce qu'il faut pour faire de notre retour à Buea une réalité.


Merci de nous avoir parlé.

Vice-président DabneyYerima, Merci de m'avoir invité .

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter