Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 23Article 575050

General News of Tuesday, 23 February 2021

Source: Actu Cameroun

Ces poids lourds du régime qui ont détourné plus de 400 milliards

Atangana Kouna et Alain Mebe Ngo’o Atangana Kouna et Alain Mebe Ngo’o

Lancée en 2006 par Paul Biya sous la pression des bailleurs de fonds et de l’opinion publique nationale et internationale, l’opération de lutte anti-corruption Épervier a repris du service le 06 mars 2019 avec l’arrestation spectaculaire d’Edgar Alain Mebe Ngo’o, ancien ministre de la défense, par ailleurs dauphin putatif de Paul Biya.

Il s’agit là d’un signe de temps qui annonce un sale temps pour les dignitaires camerounais, dont les oreilles sifflent encore à l’évocation des mésaventures de leurs ex-collègues Edgar Alain Mebe Ngo’o et de Basile Atanga Kouna, ex-ministre de l’eau et de l’énergie. Ce dernier, déguisé en femme et limogé du gouvernement le 2 mars 2018 et sitôt recherché par toutes les polices est parvenu à s’enfuir au Nigeria voisin, d’où il a été ramené de force quelques jours plus tard avant d’être écroué à la prison centrale de Kondengui.

L’infortuné voyageur a été conspué comme en d’autres temps on stigmatisait des individus issus de groupes criminogènes. Dans les prisons camerounaises croupissent un ancien Premier ministre, deux anciens secrétaires généraux de la présidence, cinq ex-ministres, onze anciens directeurs généraux…

A Yaoundé, de nombreux hauts fonctionnaires redoutent le retour de cette opération. Humiliée, déconsidérée et parfois embastillée, l’élite tremble dans ses fondements. Les juges ont démystifié le graal de la fonction ministérielle en ouvrant grandes les portes des prisons aux ministres et directeurs généraux sans leur accorder beaucoup plus d’égards qu’à de vulgaires voleurs de poules.

Actuellement, il est annoncé au tribunal criminel spécial (Tes), le passage de plusieurs personnalités donc, l’ancien ministre de la santé publique André Marna Fouda et de l’ex-directeur général de la Camtel, David Nkoto Emane. Il faut dire que les anciens hauts commis de l’État appelés par le TCS à rendre des comptes sont nombreux.

Parmi eux, Jean-Marie Atangana Mebara, ex-secrétaire général à la présidence, puni de vingt ans de prison en 2013, Ephraïm Inoni, l’ancien Premier ministre condamné à la même peine la même année, ou, plus récemment, Yves Michel Fotso, envoyé finir ses jours derrière les barreaux avant d’être « gracié » par le Président Paul Biya dans le cadre d’une évacuation sanitaire.

Le procès de Polycarpe Abah Abah, autrefois ministre et accusé d’avoir détourné 1,15 milliard de F CFA (1,7 million d’euros), est toujours en cours, et Gervais Mendo Zé, l’ancien patron de la CRTV, la télévision publique camerounaise, est incarcéré depuis novembre 2014. Sa santé est actuellement chancelante. Il est interné à l’hôpital central de Yaoundé.

Le tribunal s’interroge sur la disparition de 2,6 milliards de F CFA. Urbain Olanguéna, ancien inspecteur d’État, commit l’erreur de snober ses anciens collègues en mission de contrôle dans ses services. Leur rapport corsé, évoquant un détournement de 14,8 milliards de F CFA, fut passé au crible par les juges d’instruction, qui firent d’OIanguéna leur tout premier 'client'.

Détention préventive

L’article 184 du Code pénal prévoit une peine de prison à vie pour tout détournement de plus de 500 000 Fcfa. Selon les sources proches du Tes, 60% des enquêtes ne sont pas clôturées dans la période légale de trente jours renouvelable deux fois , et seul une petite partie des sommes détournées , a ,à ce jour, été recouvrée.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter