Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 26Article 575893

General News of Friday, 26 February 2021

Source: camerouweb.com

'Ce marabout est à l'image de ce régime', dixit la BAS à propos de Joshua Osih

L'initiative de la lettre adressée aux élus des USA (afin de demander à ces derniers de ne pas se mêler de l'affaire du massacre dans le NoSo) prise par le député Joshua Osih est un acte de 'marabout', selon la BAS.

Cette organisation de la diaspora qui s'est engagée contre le régime Biya a réagi par rapport à cette lettre sur sa page Facebook.

'Qui doute encore que ce marabout est à l'image de ce régime qui marche par la tête ?! 4 années de génocide dans le NoSo n'ont pas réussi à faire naître de l'empathie en ce voyou. Espèce de ventru petit caleçon !', écrit la BAS.


Le mercredi 24 février 2021, 63 membres de l'Assemblée nationale du Cameroun se sont offusqués de «quelques membres égarés» du Congrès américain pour avoir décrit le Cameroun dans «un langage horrible, irréaliste et faux».
Les législateurs répondaient à une lettre du 17 février 2021 de plus de 40 membres démocrates du Congrès américain au président Joe Biden et au secrétaire du Département de la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, leur demandant «d'accorder un statut de protection temporaire aux Camerounais vivant aux États-Unis en plaçant un 18 -mois d'interruption de la procédure sur leurs expulsions ».

Un statut de protection temporaire est accordé aux personnes déjà aux États-Unis en provenance de pays dévastés par des conflits ou des catastrophes naturelles.

Les membres américains du Congrès ont demandé à l'administration Biden d'accorder soit un statut de protection temporaire, soit ce que l'on appelle le départ différé, un pouvoir donné au président qui permettrait aux Camerounais d'être protégés de l'expulsion sans avoir à s'inscrire à un programme spécial.

Ils affirment que ces Camerounais sont en danger s'ils sont expulsés.

Les membres de l'Assemblée nationale du Cameroun ont déclaré: «Le Cameroun qu'ils décrivent et auxquels ils font allusion dans leur correspondance n'existe pas et nous pensons qu'il est le fruit des vues mal informées de certains individus qui sont déterminés à provoquer une déstabilisation supplémentaire dans toute la région de l'Afrique centrale.

«En tant que législateurs, nous nous félicitons d'une véritable expression de préoccupation et de soutien pour le bien-être de la grande majorité des Camerounais. Nous exhortons les membres du Congrès des États-Unis à s'engager plus vigoureusement dans le respect des conventions internationales contre la criminalité transnationale et la criminalité dont les États-Unis sont signataires et à faire en sorte que leur pays ne soit pas un refuge pour les auteurs de crimes et les financiers d'actes extrêmes. violence et terrorisme sur le peuple camerounais », ont poursuivi les députés.

Les membres de l'Assemblée nationale du Cameroun se disent «consternés par le mensonge, l'opinion déformée et la qualification extrêmement négative» du Cameroun par les membres du Congrès américain.

«En tant que législateurs au Cameroun, nous cherchons à ne pas interférer dans les processus de prise de décision du système d'application de l'immigration du gouvernement des États-Unis pour faire face à ses défis, mais nous rejetons les opinions de ces membres du Congrès sur la situation qui prévaut au Cameroun». ils ont dit. «Nous considérons ces remarques sur le Cameroun comme des plus inamicales, désobligeantes et sentant une tentative de ternir notre image, la respectabilité en cherchant à tromper l'opinion publique, créant de la confusion pour justifier l'obtention du statut de TPS et de DED de certains groupes défendant les droits des immigrés. aux Etats-Unis."

Les 63 députés affirment que l’immigration est un phénomène mondial et qu’aucune nation ne peut ou ne doit empêcher ses citoyens de se rendre dans aucune partie du monde.

«Le Cameroun délivre facilement des documents de voyage et des passeports à ses citoyens pour voyager partout dans le monde et considère le droit de voyager, d'émigrer, un droit humain fondamental», lit-on dans leur lettre. «Dans les situations où les Camerounais sont entrés illégalement dans un pays étranger ou ont dépassé la durée de leur visa, nous sommes tenus par nos obligations internationales de faire affaire avec un gouvernement étranger, de délivrer des documents de voyage et d'accepter le retour physique de nos citoyens.

Les législateurs soulignent que le gouvernement du Cameroun «entretient une coopération de longue date avec le département d'État et d'autres services américains dont le DHS, l'ICE, le DOJ, en matière d'éloignement de certains Camerounais qui auraient pu entrer aux États-Unis sans inspection, leurs visas, persécutés pénalement ou avec des documents frauduleux. »

Cette coopération entre le gouvernement des États-Unis et le gouvernement du Cameroun s'est maintenue au fil des ans dans un esprit de coopération internationale et de respect mutuel, a indiqué une partie de la lettre.

La lettre de mercredi se lit plus loin: «Le Cameroun a reconnu la nationalité de la liste actuelle des personnes à renvoyer et a délivré les documents de voyage pertinents pour assurer la collaboration et pour rejeter le classement en tant que 'pays récalcitrant non coopératif (ARON)' par le DHS qui a un potentiel impact négatif sur la délivrance de visas d'immigrant et de non-immigrant ainsi que sur les intérêts de politique étrangère bilatérale et commune en Afrique centrale.

«Nous, les législateurs camerounais, sommes consternés et regrettons que dans un effort pour prendre en considération et pour succomber à la pression venant de leurs juridictions respectives, des organisations américaines de défense des droits de l'homme, et d'autres groupes de pression, quelques parlementaires égarés décriraient le plus le Cameroun langage horrible, irréaliste et faux juste pour obtenir de l'exécutif américain un sursis d'exécution d'une décision du DHS d'éloigner certains Camerounais des USA, tout cela aux dépens de notre pays.

«Nous ne pouvons pas nier nos citoyens, mais si l'objectif est de continuer à résider aux États-Unis, par tous les moyens, gardez-les là-bas, mais pas aux dépens des millions de Camerounais épris de paix qui vaquent à leurs occupations, luttent pour la prospérité développement économique.

«Il est regrettable que ces membres du Congrès affichent un tel malentendu malgré le point de vue de l'ambassade des États-Unis à Yaoundé et ne parviennent pas à reconnaître et à reconnaître les progrès importants réalisés par le Cameroun:

«Offrir un refuge sûr aux réfugiés et aux personnes déplacées du nord du Nigéria à la suite de la lutte contre l’islam militant et Boko Haram,

«Pour recevoir et accueillir des milliers de personnes fuyant le conflit en République centrafricaine,

«En poursuivant sa coopération avec de nombreux pays, dont les États-Unis, pour lutter contre la piraterie dans le golfe de Guinée,

«Créer un environnement propice au retour à la paix et à la sécurité dans les régions agitées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun grâce à une multitude d’actions et de programmes gouvernementaux bénéficiant d’un large soutien et d’une large participation internationale,

«Vérifier la propagation du virus COVID-19 et organiser avec succès une compétition internationale de football dans l'environnement COVID-19.

«Reconnaître le processus positif de décentralisation et de transfert des pouvoirs du gouvernement central aux assemblées régionales et le droit des Camerounais de participer au processus de prise de décision dans leurs régions d'origine.


Et pourtant, dans l’émission « L’invité de la semaine » du 20 février 2021 sur Canal 2 international, Joshua Osih a nié tout proximité avec le régime en place.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter