Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 21Article 591406

General News of Wednesday, 21 April 2021

Source: La Nouvelle Expression n°5449

Carrières de pouzzolane : même mort, Paul Eric Kingue bouscule les exploitants

Quelle ironie! Paul Eric Kingue, maire de Njombe-Penja meurt le 22 mars 2021. Et 21 jours après, le Tribunal de première instance de Mbanga compétent effectue une descente sur les sites d’exploitation des carrières de pouzzolane, à l’effet de constater les dégâts causés par les exploitants de ces ressources sur la nature.

Dans une note d’information publiée mercredi 14 avril 2021 par la mairie de Njombe-Penja sur sa page Facebook, l’on apprend que le collège d’avocats mobilisé par l’ancien édile de la ville, et conduit par Me René Manfo, vient de «demander au juge d’expulser les exploitants illégaux des carrières de pouzzolane sous astreinte de 20.000.000 (FCFA) par jour de retard à payer à la commune de Njombe-Penja».

Le Tribunal de première instance de Mbanga compétent pour juger de cette affaire d’exploitation illégale de pouzzolane1, aurait fait une descente sur les sites d’exploitation des carrières le mardi 13 avril 2021, à l’effet «d’identifier ceux qui sont sur le terrain et de faire le constat du dégât causé par les exploitants illégaux des carrières de pouzzolane de Njombe-Penja», renseigne la note. Il va sans dire que le verdict du tribunal dans cette affaire ne devrait plus tarder. Un fait qui survient trois semaines après le décès brusque de Paul Eric Kingue.

Quelle célérité! D’aucuns sont surpris car la – lenteur dans les procédures est la panacée de la justice camerounaise. Il s’agit là d’une nouvelle nui aurait pu être célébrée avec faste bien que la décision de justice finale n’est pas encore rendue. C’est un grand pas qui aurait alors ravi Paul Eric Kingue, le défunt maire de la commune de Njombe-Penja, dans le département du Moungo, région du Littoral. Le combat qui était le sien, les , plaintes déposées auprès des tribunaux, ont été engagés il y a bien des mois avant sa disparition.

Incompréhensions
«Pourquoi de son vivant, les tribunaux ne pouvaient-ils pas justement faire preuve de cette célérité pour effectuer une descente sur les lieux? Pourquoi avoir attendu le décès du combattant de la cause des populations de NJombe-Penja afin d’initier cette action ? De qui se moque-t-on? Du corps qui ne parle plus ou des populations qui continuent de pleurer la perte de leur soldat? 3 semaines après. Cela aurait pu .être 3 semaines avant. Hélas!»


Autant de questions qui taraudent les esprits des proches du défunt maire et qui laissent un goût de sucré-salé-amer dans leurs bouches ainsi que dans celles des victimes- des prédateurs des carrières de pouzzolane de Njombe-Penja. Celles-là même qui espèrent que le tribunal compétent en la matière continuera quand même à faire preuve de cette rapidité et d’ordonner la fin de (’exploitation illégale de ces carrières.

Pour rappel, Paul Eric Kingue en avait fait son véritable cheval de bataille, et avait porté l’affaire devant les tribunaux, convaincu, au sens du nouveau Code Général des’ Collectivités Territoriales Décentralisées (CGCTD), qu’il revient aux communes, le droit de gérer pleinement l’exploitation des substances minérales dans leurs ressorts territoriaux.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter