Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 15Article 541567

General News of Tuesday, 15 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Carrière politique de Kamto: la plus grosse erreur de sa vie, selon Laila Mbombo

Dans une publication il y a quelques minutes sur sa page, la fondatrice du mouvement les Marmites Bouillantes a fait une analyse des actions politiques posées par le président du MRC ces dernières années. De ces analyses, il, ressort que Maurice Kamto a pêché décidant de 'sortir du jeu électoral après l'élection présidentielle'.


Voici les conséquences de cette action selon Laila Mbombo



'Maurice Kamto est un homme politique aux capacités certaines et le leader d'un grand mouvement politique. Il incarne pour toute une partie de la population camerounaise , un espoir d'alternance et il aspire en ayant sans doute l'envergure, aux plus hautes fonctions de L’État. Mais des qualités d'homme d’État ne mettent pas à l'abri d'erreurs d’appréciation conduisant parfois à des formes d'impasse.

En effet, le pari de sortir du jeu électoral après l'élection présidentielle s'est avéré une stratégie perdante pour le MRC. La première heure d’appréciation a porté sur le fait de penser que la communauté internationale ne reconnaîtrait pas le résultat de l'élection présidentielle qui a donné le président sortant largement gagnant et que des fraudes massives seraient démontrées. Malgré une campagne volontariste de plusieurs mois de M. Maurice Kamto pour alerter sur les irrégularités, le résultat de l'élection a été entériné. A New-York comme à Nairobi, c'était couru d'avance que dans un contexte déjà instable de la région, ni l'ONU, ni l'UA ne remettraient en cause cette échéance électorale. Et soyons honnêtes, malgré l'usure du pouvoir et la lassitude de la population, Paul Biya a remporté ce scrutin. Deux raisons l'expliquent: la faible participation au vote (ce qui en dit long sur l'état de la démocratie au Cameroun avec des citoyens désabusés) et l'implantation réelle du RDPC sur l'ensemble du territoire national.

Ce constat fait, de la volonté de la communauté internationale de valider les résultats de la présidentielle, la logique aurait voulu, comme l'ont compris les autres partis d'opposition d'occuper l'espace public tel que défini par la constitution en participant aux élections suivantes. Ce qui naturellement n'empêchait aucunement de critiquer , s'opposer et descendre dans la rue pour manifester Toutes ces options restaient ainsi ouvertes. Dans ce contexte, avoir renoncé aux élections législatives constitue une autre erreur et prive le parti de sa représentativité. De plus,les militants qui s'engagent soient utiles aux Camerounais. Même en étant opposant au pouvoir central, dans sa circonscription, sa région ou sa commune, l'élu peut agir.

En outre, sans mesure de la représentativité, quid de la prochaine échéance présidentielle?Que Paul Biya vienne à être empêché par son état de santé en cours de mandat ou que l'élection se tienne aux échéances prévues, dans tous les cas Maurice Kamto ne peut pas se présenter sous la bannière du MRC. Alors, le fruit de ses différentes erreurs conduit ce parti à faire le choix radical de la fuite en avant, en appelant à l'insurrection populaire. Cela apparait comme sa seule option dans le but d'une conquête rapide du pouvoir. lancer ainsi le peuple dans la rue viserait à miser sur une situation insurrectionnelle qui mettrait à bas toutes les institutions et rendrait possible une candidature du MRC.

J'en appelle à votre responsabilité et au sens même de votre engagement au service des camerounais, monsieur Le Ministre Maurice Kamto. Avoir commis à certains moments des erreurs d'appréciation (se tromper est humain), ne doit pas conduire à la faute politique , à l'option du pire. Oui, il y a des changements profonds à conduire pour les Camerounais, vous pouvez en être un des puissants moteurs. Mais, dans le cadre d'une transition démocratique qui utilise la voie électorale et si nécessaire celle de la manifestation pacifique, il faut débattre ,construire un programme rassembleur en commun avec d'autres formations politiques, faire croitre des idées en s'appuyant sur les forces vives de la nation ,associatives ou traditionnelles pour préparer le vrai changement, pas seulement celui des hommes mais apporter l'espoir d'une nouvelle façon de vivre dans notre pays. Appeler à un soulèvement violent d'une minorité de la population ajoutera des tourments supplémentaires aux difficultés que rencontrent les Camerounais. C'est aussi faire payer cher au pays des erreurs de stratégie politique certes réelles mais qui ne sont pas , à ce stade, rédhibitoires. L'avenir est en jeu, le changement démocratique est enfin accessible.

NE NOYONS PAS L'ESPOIR DANS LE SANG. LA FAUTE SERAIT INEXCUSABLE !'

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter