Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 09Article 518989

General News of Tuesday, 9 June 2020

Source: cameroon-info.net

Carnet noir: voici la dernière plaidoirie de Me Sama Francis avant sa mort


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Me Francis Sama Ansanga n’est plus. L’ancien bâtonnier (2012-2015) du barreau du Cameroun s’est éteint ce lundi 8 juin 2020 à Yaoundé. Hospitalisé à la clinique du Jourdain, l’avocat est décédé à 62 ans des suites de Covid-19, rapporte une source interne à l’Ordre des avocats du Cameroun.

Son passage à la tête du barreau camerounais aura été marqué par plusieurs actions surtout au plan disciplinaire. L’une des initiatives entreprises les plus commentées dans ce sens restera sans doute la décision de radiation d’une centaine d’avocats jugés «?indisciplinés?» par le conseil de l’ordre en 2013.

Cette décision était en réalité la concrétisation d’une promesse faite au moment de son élection à Bamenda. «?Nous reconnaissons que notre barreau a tergiversé pour plusieurs raisons, c’est pourquoi je dis au peuple camerounais que pendant mon bâtonnat, le blason du barreau du Cameroun sera redoré?», avait-il déclaré.







Baroudeur

Me Francis Sama Asanga, qui s’exprimait parfaitement en français et défendait la cause des avocats d’obédience anglo-saxonne, est surtout resté, pour beaucoup d’observateurs, le berger du barreau d’un pays à double culture. Une position pour le moins logique pour celui qui militait pour les idéaux d’un parti politique qui prône le retour au fédéralisme.

En effet, Francis Sama était un militant de première heure du Social Democratic Front (SDF), lors de sa création en 1990. De ses fonctions de conseiller juridique dudit parti, il a été de tous les combats aux côtés de son oncle John Fru Ndi, chaiman du SDF et principal challenger de Paul Biya aux élections présidentielles de 1992, 2004 et 2011.

La dernière grande apparition publique du défunt baroudeur des prétoires remonte d’ailleurs aux audiences publiques du Conseil constitutionnel dans le cadre du contentieux post-électorale du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018. Il conduisait alors le collège d’avocats commis à la défense du candidat du SDF





Joshua Osih Nambangi.

Cursus

Francis Asanga est né le 20 février 1958 à Baba II, un village de l’arrondissement de Santa dans la région anglophone du Nord-ouest. Titulaire d’un GCE A Level, l’équivalent du baccalauréat dans le sous-système éducatif anglophone, obtenu avec brio au lycée Bilingue de Bambili, il opte pour les études de droit à la faculté de droit et des sciences économiques de l’Université de Yaoundé, d’où il sort en 1981, nanti d’une licence en droit privé.

Le bâtonnier émérite Me Luke Sendze ouvre alors les portes de son cabinet au néo-licencié en novembre 1982, pour une formation qui va durer presque trois ans. Francis Sama Ansanga prête serment le 10 octobre 1985 à la Cour suprême à Yaoundé et devient de plein droit, avocat au barreau du Cameroun. Il se détachera deux ans plus tard du cabinet de son mentor pour s’installer à son propre compte. Depuis 2004, il s’était spécialisé en droit des médias à l’Université d’Oxford.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter